[Validé] I am fire, death coming from above × Aleks


Partagez | .
 

 [Validé] I am fire, death coming from above × Aleks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 19

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: [Validé] I am fire, death coming from above × Aleks   Ven 7 Juil - 23:12

Aleksandrya Dyr
Chimera
Nom complet : Aleksandrya du clan Dyr
Surnom(s) : Aleks ou Chimera ou encore ‘Den styrtende flamme slående fra himmelen’ qui signifie littéralement ‘La vive flamme frappant du ciel’
Identité : Secrète sur Midgard
Age : 735 ans, mais 35 en apparence
Lieu de naissance : Plaine bouillante, Nidavellir, Continent d'Asgard
Date de naissance : Solstice d'été de 1282
Nationalité : Asgardienne
Race : Chimère et Asgardienne
Taille : 1.70m
Poids : 80 kg (les cornes et les ailes, ça pèse)
Yeux : dorés
Cheveux : blonds
Statut civil : Célibataire
Origine du pouvoir : Extraterrestre
Type de pouvoir : Habilités des Asgardiens (force, agilité et endurance surhumaine) + longévité + régénération accélérée + corps de chimère (cornes, ailes, griffes, crocs, sabots, queue de serpent) + rugissement effrayant + vol + pyrokinésie
Affiliation : Neutre
Métier : Guerrière au service d'Odin

feat: Katheryn Winnick
Biographie

1292 Ap JC d’après le calendrier Midgardien – plaine bouillante, près des montagnes entourant la cité d’Asgard

Je sens l’herbe brûlante sous mes sabots, l’air est étouffant et lourd et pourtant je suis parfaitement à l’aise dans ce genre de milieu, y étant habituée depuis la naissance. Ce genre de climat est tout ce que j’ai connu. Du haut de mes dix ans, je ne remets pas en question la décision de Père de rejoindre la bordure des plaines, il sait probablement qu’il fera moins chaud là-bas et que ça n’en sera que plus long pour le chemin du retour. Je n’ai pas non plus questionné cet acte soudain, je l’ai suivi sans rechigner quand il m’a appelée, je n’ai même pas dit au revoir à Mère, je lui ai simplement souri, la saluant de la main en lui promettant de ne pas rentrer trop tard. Je passe le plus de temps avec Mère, même si toutes les femelles du clan élèvent tous les petits. Il n’y a que trois mâles adultes dans le clan pour l’instant et Père est le dominant. Mais ça ne sera pas toujours ainsi, Mère le dit. Père se fait vieux et un jour il se fera exclure en perdant sa place, s’il survit à l’affrontement. Mais cela fait parti des coutumes du clan, de ma race, de ma nature même. Je ne me plains pas, je ne connais rien d’autre. Pour moi, c’est tout à fait normal, comme mes ailes sont normales et ma queue aux écailles vertes l’est aussi.
Père n’a pas voulu qu’on vole jusqu’à la bordure des plaines. C’est dommage et ridicule, puisque nous aurions une meilleure vue et on y serait plus vite. Sans compter le fait que je serais capable de faire l’allée d’une seule traite. Mais je ne dis rien, je ne suis pas en position de le critiquer. Nous avons donc marché durant des heures sous le soleil brûlant jusqu’à ce que ce dernier se retrouve pile au-dessus de nos têtes. Lorsque j’ai commencé à ralentir un peu la cadence, il m’a prise par la main, ses griffes frôlant les miennes et sans dire un mot. Même quand je lève la tête vers lui il ne dit rien, ne me regarde même pas et continue de marcher, sa silhouette imposante et majestueuse. Je ne dis rien non plus et continue d’avancer durant de nouvelles heures.
Le soleil a déjà bien basculé lorsque nous arrivons au pied des montagnes. Cela fait plusieurs heures qu’on les voit de près, depuis le campement du clan on les voit seulement de loin. C’est tout de même quelque chose d’impressionnant que de les voir de si près et je suis sur le point de remercier Père de m’avoir emmenée ici quand il lâche ma main et me regarde pour la première fois depuis que nous sommes partis.
- Fait attention au froid si tu montes trop haut.
Je le regarde sans comprendre et il soupire.
- Tu as dix ans, Aleksandrya. En tant que digne représentante du clan Dyr, tu dois survivre toute seule pour pouvoir entrer dans l’âge adulte. Nous t’attendrons au campement, reviens dans dix ans lorsque tu seras prête à intégrer notre clan comme une femelle adulte. Nous t’attendrons.
- Mais…
Il n’a pas répondu à mes plaintes, s’est envolé en direction du campement sans se retourner une seule fois, ses ailes dorées disparaissant à l’horizon.
C’est la dernière fois que je l’ai vu puisque je ne suis jamais rentrée.

Après le départ de mon père, j’ai essayé de retrouver la trace du campement, essayant de renifler une piste pour pouvoir rentrer, mais les odeurs de toutes les bêtes et créatures ont brouillé mon odorat. La nuit est tombée et je n’ai jamais appris à lire les étoiles puisque je suis uniquement sortie du campement le jour et je me repérais au soleil. Errant entre les hautes herbes alors que la terre se refroidissait durant la nuit, j’ai levé la tête vers les montagnes qui montaient bien plus haut dans le ciel que je n’ai jamais osé voler. Mère disait que la cité des dieux Asgardiens se trouvait de l’autre côté, que durant les plus grandes victoires on pouvait les entendre festoyer si on écoutait bien. Ne pouvant pas rentrer, je me suis dis que ça pourrait être une bonne idée d’aller voir ce monde de rêve que je ne connaissais que par les récits de mes cousins chimères. Bien entendu, je ne suis pas montée bien haut à cause du froid auquel il m’a fallut quelque temps pour m’habituer. Je me suis contentée de longer le flan des montagnes par l’est, me disant que je finirai bien par percer à un endroit sans devoir aller me geler les cornes. Après tout, j’avais dix ans à perdre.

×××

1302 Ap JC d’après le calendrier Midgardien – forêt enchantée, près des montagnes entourant la cité d’Asgard

Je sens le vent sur mon visage et son souffle soulever ma masse de cheveux bariolée de plumes, perles et petites nattes, formant ainsi un joyeux désordre. La nature est calme autour de moi, pas un bruit étranger. Le chant de quelques oiseaux me parvient depuis l’est à une bonne centaine de mètres, une rivière coule non loin plus au nord. Je m’accroupis, mes mains touchant la terre et j’observe les traces de sabots sur le sol. Cela fait une heure que je traque ma proie. Je renifle l’air, ma queue de serpent sifflant doucement sous l’adrénaline grimpante de la chasse. Il y a toujours des proies intéressantes dans la forêt enchantée. Ce qui est l’une des raisons pour lesquelles je m’y suis installée plus de cinq ans auparavant. En ces lieux, je suis certaine de trouver tout ce dont j’ai besoin sans avoir à me soucier du froid ou d’un prédateur m’étant supérieur.
Un sourire carnassier aux lèvres, je quitte ma position accroupie pour m’élancer sur le chemin boisé lorsqu’un bruissement dans les buissons à ma droite me fait me mettre en position de défense. J’aperçois une ombre dans les fourrés et lui lance immédiatement une petite boule de feu dessus, ma queue fouettant l’air à mes côtés, la tête de serpent aussi tournée dans la direction du bruit. La personne que j’ai délogée fait une roulade en sortant des fourrés et pointe un objet dans ma direction, quelque chose de pointue et de brillant qui ressemble vaguement à mes griffes, mais en bien plus large et imposant.
- Qui êtes-vous ? me demande la personne se trouvant en face de moi.
C’est une femelle à la crinière très foncée. Comme moi, elle n’a pas de poils sur le corps, mais ne possède pas de plumes dans le dos, ni de queue. De plus, ses membres et son tronc sont couverts de choses bizarres, certaines brillent, d’autres ont des couleurs chatoyantes. On dirait une seconde peau. La femelle tient aussi quelque chose de solide et rigide dans l’autre main, elle semble vouloir se cacher derrière. Et je n’ai absolument pas compris ce qu’elle a dit.
- Tu ne vas pas réussir à te cacher derrière ça, tu sais ? Je peux toujours te voir, je lui fais gentiment remarquer.
Ma curiosité prend le dessus et je m’approche d’elle, toute position de défense abandonnée, cherchant à toucher la chose allongée et brillante qu’elle pointe vers moi comme si elle voulait me le donner. Mais dès que mes mains s’en rapprochent trop, elle l’avance brutalement, traçant un trait de feu sur ma main. Je couine sous la douleur et donne un coup de griffe à son objet plat. Un bruit métallique résonne lorsque des étincelles volent au contact de mes griffes sur sa protection. Je recule ensuite en me tenant la main, rugissant et montrant les crocs, mes ailes déployées et brassant l’air, soulevant ainsi la poussière.
La femelle semble réfléchir un instant et reprend la parole.
- Qui es-tu ?
Cette fois-ci je comprends et lui réponds :
- Aleks.

Après cette petite altercation musclée, la femelle a rangé ses objets étranges, les accrochant sur son corps dans des emplacements encore plus bizarres. C’est si drôle de la voir transporter des emplacements de stockage comme si elle comptait les garder toute sa vie. Pourquoi faire et ne pas les utiliser directement avant de les jeter ? J’ai appris à la connaître et nous avons réussi à communiquer avec ses paroles maladroites. Elle s’appelait Sif, mais les Asgardiens l’appelaient Lady Sif et c’est de la cité des dieux qu’elle était originaire. Elle savait parler ma langue, qu’elle appelait « le dialecte sauvage », disait que c’était la langue que parlaient les espèces intelligentes d’Asgard. Petit à petit, je me suis liée d’amitié à elle.
Elle m’a appris à parler la langue commune, l’Asgardien, elle m’a montré ses armes, sa double épée et son bouclier, elle m’a montré comment ils fonctionnent, elle m’a expliqué pourquoi elle porte des vêtements, de quoi ils sont faits et à quoi ils servent. À ce propos, elle m’a prêté sa cape qu’elle a arrangée autour de mon corps de manière à cacher les « parties intimes » comme elle dit. Soi-disant que cela ne se fait pas et que c’est dans les coutumes des dieux de les cacher. Je ne voyais vraiment pas l’intérêt d’une telle chose sauf pour se protéger du froid en devant traverser les montagnes, mais bon. Elle m’a appris les coutumes des Asgardiens, m’a parlé des légendes et m’a appris l’histoire. Elle m’a parlé de la société, de la hiérarchie des dieux et des habitants, des neufs mondes et d’Yggdrasil. Je me souvenais des contes de Mère à propos de l’arbre, aussi certaines choses je les savais déjà, mais je ne remercierais jamais Sif assez pour m’avoir apporté les connaissances suffisantes pour comprendre son monde, un monde que j’avais toujours rêvé de voir.
En échange, je lui ai parlé de mes coutumes, de mon clan et de ma race, du fait que j’aurai du rentrer au clan, mais que j’avais envie de découvrir le reste de l’univers. Toutes les choses qu’elle m’a apprises m’ont encore plus donné envie de voyager et elle a accepté de m’emmener à Asgard. Elle trouvait mon style de combat intéressant, mais rouillé ou du moins « rudimentaire » comme elle disait. Elle était certaine qu’avec de l’entraînement, je pourrais devenir une grande guerrière et me focaliser sur autre chose que simplement la chasse pour survivre. Je voulais en découvrir plus sur l’univers ainsi je l’ai suivie.
Durant les semaines qu’il nous a fallut pour rejoindre la cité d’Asgard, elle m’a appris plus de choses encore plus complexes, comme l’étiquette et les bonnes manières, elle m’a expliqué l’économie et la politique, elle m’a un peu parlé de Midgard et du Bifrost. En arrivant à la cour, je me suis très vite rendue compte que toutes les personnes présentes, qu’elles appartiennent à la famille royale ou non, n’avait rien d’animal, rien de sauvage. Beaucoup de regards dégoutés et méprisants m’ont été adressés, mais je ne les comprenais pas et donc je les ignorais. Je suis principalement restée auprès de Sif les premières années. Odin a fini par m’autoriser à suivre un entraînement pour rejoindre son armée et j’ai développé mon propre style de combat. La seule arme que j’ai appris à maîtriser fut la lance, mais je n’en transporte jamais avec moi, préférant utiliser mon corps qu’un objet fabriqué qui peut se casser ou se perdre à tout moment. J’ai ainsi passé les années suivantes à Asgard, dans la cité que je rêvais de voir étant gamine.

×××

1405 Ap JC d’après le calendrier Midgardien – cité d’Asgard, terrains d’entraînements des soldats de l’armée d’Odin

Étant une créature et non une Asgardienne, il m’a fallut plus de temps pour finir mon entraînement, notamment à cause de mon caractère et de mes réflexes parfois animaliers, mais aussi parce que je ne parviendrais jamais à me fondre complètement dans la masse. Je suis et je reste une créature. Je partage certains idéaux, notamment l’appréciation du courage que je valorise grandement depuis mon entraînement, mais je ne fonctionne et ne réfléchit pas de la même manière que les autres guerriers. Au cours des années, j’ai appris à vivre avec et mes camarades aussi.
Combattre Lady Sif ou bien les trois compagnons de Thor, ce qui fut un grand honneur, ne fut pas tâche aisée. Mais je parvenais à battre un grand nombre des soldats, en utilisant tous mes attributs. C’est lors de l’un de ces entraînements que je me suis vraiment rendue compte que toutes ces années ont porté leurs fruits.

Je vois la lance de Khaley arriver rapidement dans ma direction et je l’esquive en me décalant sur le côté, juste assez pour que l’arme ne me touche pas. Je laisse Khaley me viser plusieurs fois, m’écartant suffisamment jusqu’à attraper la lance et sauter dans les airs, mes ailes se déployant. Mes sabots percutent son torse et l’envoient voler en arrière sur plusieurs mètres, alors que sa lance reste dans ses mains. Furieux, il s’empare de son arc après une roulade et me tire une flèche dessus, que je brûle avec ma pyrokinésie. Voletant au-dessus de lui et faisant tourner sa lance entre mes mains je le taquine.
- Bah alors, on est fatigué aujourd’hui ?
- C’est pas juste Aleks !
- Tu utilises tes armes, j’utilise les miennes. C’était un combat parfaitement à la loyale.
Je redescends ensuite sur le sol et lui redonne sa lance. J’ai bien changé physiquement depuis le siècle dernier. Je porte dorénavant tout le temps une tunique aux couleurs de l’armée d’Odin ainsi que, grand drame, des sous-vêtements. Je suis obligée, puisque je vole souvent et que les gens se retrouvent en-dessous de moi. Ce n’est pas « décent » comme me l’a fait remarquer Sif une fois. Mes cheveux, bien qu’ils soient toujours aussi touffus et imposants, son maintenant soigneusement tressés, même si la majorité d’entre eux restent assez libres. Je n’ai plus de plumes dans les cheveux, seulement des perles précieuses que j’ai accumulées au cours des années. Je porte aussi une légère armure comme tous les soldats, bien que la mienne ressemble plus à celle de Sif qu’à celles de mes camarades mâles. Je fais aussi maintenant attention à la brillance et douceur de mes plumes et je suis malheureusement contrainte de prendre des bains assez souvent pour rester « décente ». Mais bon, qu’est-ce qu’on ne ferait pas pour un métier.

×××

1828 Ap JC d’après le calendrier Midgardien – planète au nom inconnu, territoire Spartax

Forcément, qui dit armée, dit guerre.
Des champs de bataille, j’en ai vu. J’ai rencontré des races aliens au cours de mon service dans l’armée d’Odin, que ce soit aux côtés de Sif ou seule avec mon régiment. Je n’avais aucunement la position de chef, d’une part parce que je n’en voulais pas et d’autre part parce que je ne suis pas faite pour diriger. L’une de ces batailles fut particulièrement difficile.
De ce temps-là, les relations entre Asgard et Spartax étaient tendues (cela ne s’est pas arrangé avec le temps, malheureusement). Nous étions sur l’une des planètes ennemies, sur le territoire de Spartax sans pour autant être sur la planète royale elle-même. Cela faisait trois jours que nous combattions les troupes de l’empereur de Spartax, que nous leur bottions les fesses progressivement. Bien entendu, nous perdions des troupes, après tout, c’était une guerre. J’étais chanceuse que Khaley fut toujours à mes côtés, que je ne l’ai pas perdu dans un fossé, jamais oublié, mais pourtant laissé derrière. C’est le quatrième jour qui fut un désastre pour moi lorsqu’il s’est mis à pleuvoir.

Appuyée contre l’entrée de la grotte, je regarde la pluie tomber en trombe dehors, couvrant la flore sauvage de la jungle d’une couche transparente, comme un voile. Les bras croisés sur ma poitrine, ma tunique me collant à la peau et l’armure luisant dans la pénombre. Il n’y a presque pas de soleil aujourd’hui, l’ennemi nous a eus par surprise. Beaucoup des nôtres ont péris aujourd’hui. Nous avons pénétré un nouveau terrain, la jungle et je suis la seule capable de me débrouiller pleinement dans une végétation aussi dense. C’est sans doute du à mes années passées dans la forêt enchantée bien avant que je ne rencontre Sif.
- Viens nous filer un coup de main, Aleks.
Je n’entends pas les paroles de Khaley malgré mon ouïe excellente. Je scrute l’horizon, m’attendant à voir les troupes ennemies sortir, le fracas de la pluie inondant mes sens.
- Aleks !
Le haussement de ton dans la voix de Khaley me tire de ma torpeur et je me retourne vers les gars. Nous ne sommes plus qu’une cinquantaine. Je n’ai même pas eu la foi de compter. Notre commandant d’unité est gravement blessé, mais sa régénération lui a sauvé la vie. C’est juste qu’il ne sera pas opérationnel avant plusieurs jours, même d’après les standards Asgardiens son état est grave. Il est allongé au fond de la grotte, notre étendard le recouvrant.
Je m’approche des trois soldats au centre de la grotte. C’est un miracle que nous ayons réussi à en trouver une aussi grande. Située en amont de la jungle, elle nous offre à la fois un abri de la pluie et un point de vision pour surveiller les environs. Les soldats sont tous plus ou moins avachis dans la grotte, certains s’occupent du chef, d’autres nettoient leurs armes en silence, d’autres encore essaient d’allumer un feu avec Khaley.
- Tu veux pas nous filer un coup de main minette ? lance l’un des soldats. Avec tes flammes, on aurait un feu en moins de trois secondes.
Je hausse les épaules.
- Désolée, Raighlor, je suis entièrement mouillée, je ne suis même pas capable de produire une petite étincelle actuellement et je n’ai rien pour m’essuyer. Il faudra attendre que je sois entièrement sèche.
Ma queue de serpent apparaît à mes côtés, triste et déprimée, sa langue fourchue pendant inutilement. Je me retiens de trembler à cause du froid auquel je suis nettement plus sensible que les autres. Mes sabots claquent sur le sol froid de la grotte alors que je m’approche du chef et m’agenouille devant lui. Je vérifie ses bandages.
- Il est en train de guérir, mais il en a encore pour quelques jours, trois au minimum. Il n’est même pas encore conscient alors il est hors de question qu’il combatte avec nous dans les prochaines heures.
Je prends son pouls après avoir rétracté mes griffes, comptant sérieusement les secondes quand soudain l’un des soldats se met à hurler :
- Ils arrivent ! Les fils de chien sont venus nous finir !
Malgré la pluie qui s’abat sur nous comme un glas funeste, malgré le chef qui reste dans la grotte accompagné d’un garde, malgré le nombre supérieur de Spartaxiens, je me précipite hors de la grotte, mes ailes déjà déployées. J’ai beau être incapable d’utiliser ma pyrokinésie dans ces conditions, je peux encore me battre. Je m’élance dans la foule, sortant griffes et crocs, mordant et griffant, donnant des coups de sabots et des coups d’ailes, me débrouillant comme je peux pour aider les miens et repousser l’ennemi. Je ne saurai dire combien de Spartaxiens j’ai blessé, non, tués ce jour-là. J’ai arrêté de compter une fois que mes griffes sont devenues entièrement rouges, encore plus sombres que ma tunique.

Il a tellement plu cette journée-là qu’à certains endroits le champ de bataille s’est transformé en marais et toute la partie est n’était plus qu’un lac boueux, mais suffisamment profond pour couvrir à moitié un homme s’il s’avérait tomber dedans. Le Spartaxien avec lequel j’étais en train de me battre depuis plusieurs minutes se trouvait près de cette étendue d’eau sale. Progressivement, il a reculé, son épée en main, m’invitant à le suivre. Je l’ai fait, mais depuis les airs. Frappant rapidement comme la foudre, j’ai réussi à lui arracher son bouclier et comptait le désarmer, mais sa lame s’est plantée dans mon aile, ne tranchant pas celle-ci, mais la perçant, m’empêchant de voler correctement. Il m’a ensuite attrapé par le sabot et m’a tiré violement vers le sol, me faisant entièrement plonger dans l’eau. Il n’avait pas besoin de me donner de coups de pieds ou de coups d’épée, j’étais en train de mourir toute seule.

Paniquée, je n’arrive plus à rien. J’ai beau secouer mes bras et mes jambes dans tous les sens, je reste dans cette étendue sombre et boueuse, épaisse presque. Je ne peux plus respirer et la boue mélangée à l’eau s’infiltre dans ma gorge, me brûlant les poumons. Je ne vois absolument rien et n’arrive à me concentrer sur rien d’autre que la peur panique de la noyade. Même la blessure à mon aile est déjà oubliée.
Je ne saurais dire combien de temps s’est écoulé depuis que je suis tombée dans cette étendue d’eau boueuse. Cela me semble être une éternité et mes yeux se sont fermés depuis longtemps. Je ne lutte plus, subit seulement, mon dos et mes ailes reposant déjà au fond de l’eau, sur ce champ de bataille dans lequel je m’investie depuis des jours. C’est la fin, je sens la mort approcher. Faites que les Valkyries m’emmènent au Walhalla.
Une main puissante me tire soudain hors de l’eau sombre et me dépose violemment sur une surface plus dure, mais tout aussi humide. À moins que ce ne soit l’eau qui s’est accrochée à ma peau qui mouille le sol. Pourtant, je ne réagis pas, je ne sens même pas les mains compressant ma poitrine pour intimer à mon cœur de se remettre à fonctionner. Mais mon corps est déjà endormi, je ne sens plus rien, je ne suis plus rien.
Pourtant le puissant coup qui s’écrase au bout d’un moment sur ma poitrine et si semblable au coup de tonnerre de Thor ou d’Odin en personne me plie en deux, me forçant à ouvrir les yeux et cracher une première partie de l’eau boueuse obstruant mes poumons. Rapidement, je me mets à tousser et observe faiblement les environs. Khaley me soutient, souriant alors que la bataille continue autour de nous, même si les choses semblent se calmer. Raighlor est en prise avec le guerrier qui m’a saboté l’aile, un grand guerrier avec des peintures de guerre sur le visage et des dessins de soleil sur son armure. En parlant d’armure, je me rends compte que mon plastron m’a été enlevé et que ma tunique ne cache que légèrement mes attributs de femelle. Khaley semble s’en rendre compte aussi puisqu’il me redonne mon armure après être sûr que je ne vais pas mourir dans ses bras.
- Content de savoir que les Valkyries ne sont pas encore venues te chercher, me lance Khaley en m’aidant à me relever.
Pourtant, la bataille est terminée. Le guerrier que j’affrontais et contre qui j’ai une dent maintenant s’est enfui avec un petit nombre des siens. Mais ils seront de retour, nous n’avons pas encore capturé leur base.

Le lendemain, les choses ne se passent pas comme prévues pourtant, car je dois m’occuper du chef. Ou plutôt, je suis de garde. Nous avons avancés sur le territoire et l’attaque sur leur base, une ville Spartaxienne, est lancée. Mais je n’en fais pas partie, puisque les autres soldats, maintenant une trentaine, ont voté contre. Je dois attendre le dernier moment et évacuer le chef si notre bataillon perd, ce qui risque fortement d’arriver vu notre petit nombre face aux renforts qui se cachent en ville. C’est du suicide et les gars le savent, mais ils doivent tenter le tout pour le tout, qu’ils me disent avant de partir, me laissant dans la jungle en compagnie du chef. Mon aile est presque guérie, c’est une question de quelques heures et d’un peu d’échauffement avant que je ne puisse retourner au combat, mais Khaley et les autres n’ont rien voulu savoir. Je dois évacuer le chef si on foire et retourner à Asgard pour apporter le compte-rendu de la bataille afin de préparer une meilleure stratégie lors de la prochaine attaque.
Je fais donc les cent pas dans la jungle, le chef est assis contre un arbre, il a repris conscience une heure plus tôt.
- Vas-y, me lance-t-il soudain en soupirant.
Je m’arrête et le regarde.
- Je suis capable de me défendre tout seul maintenant. Et les gars ont besoin de toi. Tu peux voler maintenant non ?
Je déploie mes ailes et les teste, sentant l’air glisser autour des plumes, le trou d’hier parfaitement refermé et aucune douleur irradiant de la blessure inexistante dorénavant.
- Alors vas-y. Je ne dis pas qu’avec toi on a une chance de gagner, mais au moins, ils mourront le sourire aux lèvres. Tu as toujours eu l’art de faire sourire les gens Aleksandrya. Unique en ton genre et tu ne t’en rends même pas compte.
Je hoche la tête et disparais dans la frondaison épaisse de la jungle jusqu’à la percer et retrouver le ciel, mon terrain favoris.

Une fois au-dessus de la ville, je repère immédiatement les miens grâce à leurs couleurs. Khaley est aux prises avec le guerrier qui m’a blessée la veille et ce dernier a l’avantage. Mon ami se retrouve acculé contre le mur, son épée dérape de ses mains… mais tout cela, je ne le vois pas puisque je suis à des dizaines de mètres au-dessus du sol. C’est une journée ensoleillée… les Spartaxiens n’ont qu’à bien se tenir !
Une fois certaine que je suis au bon endroit et assez haut, je me laisse tomber, ailes repliées contre le corps, sabots vers le sol, droite comme un I et les bras le long du corps. Lorsque je perce la couche de nuages et vois ce qui se trouve en dessous, j’ajuste légèrement ma trajectoire et active ma pyrokinésie, créant de légères flammes autour de mes jambes et sous la base de mes sabots. Je m’écrase lourdement sur le guerrier sur le point d’abattre Khaley, mes sabots dans sa face. L’impact est tellement puissant que j’en ressens toutes les vibrations dans mes jambes (je suis sûre que j’ai même cassé quelque chose). Le sol sous nos pas s’enfonce, créant un petit cratère de pierre.
Après mon arrivée, nos soldats semblent avoir regagné leur confiance et se battent avec plus d’acharnement. Nous réussissons à prendre la ville lorsque des renforts arrivent depuis Asgard quelques heures plus tard. Le chef est retrouvé dans la jungle et emmené en soins. Et les soldats survivants ont le droit à tous les soins possibles et imaginables. Ah et j’ai parlé de l’invitation de membre d’honneur à l’orgie post-bataille ?

Vêtue d’une tunique brodée d’or et incrustée de joyaux, mes cheveux pâles coiffés en multiples nattes, je ne me reconnais pas dans le miroir. Ce n’est pas ma première fête post-bataille, mais celle-ci est importante, Thor y sera en personne. Après les cinq minutes de conversation les plus longues que j’ai eu avec le prince d’Asgard et les félicitations de Sif pour mes actes héroïques, je suis tirée sur le côté par Khaley qui me tend un verre. Liqueur Asgardienne, ma préférée. Comme un nectar. Raighlor fini par se joindre rapidement à nous et ouvre grand les bras en gueulant en me voyant.
- La vive flamme frappant du ciel ! Notre Héroïne Flamboyante !
Après de nombreuses plaisanteries, des danses sensuelles, quelques verres de liqueur de trop, Raighlor m’embarque par la main en direction d’un endroit plus privé, vide pour la soirée. Je n’ai que le temps de saisir Khaley par la main que nous disparaissons tous les trois dans l’ombre de la débauche.

×××

1er février 2015 Ap JC d’après le calendrier Midgardien – Asgard, palais royal

Je rejoins la salle que les gardes m’ont indiquée dans laquelle m’attend Lady Sif. Après l’avoir respectueusement saluée, je l’écoute attentivement. Je sais qu’elle m’a fait venir pour une mission à Midgard. J’ai récemment demandé à être envoyée à Midgard si l’occasion se présente, car c’est l’un des Neuf Mondes que je n’ai pas encore eu l’occasion de visiter et je dois avouer qu’il me fait rêver après tous les récits des guerriers qui y sont allés, tels que Fendral ou même Sif elle-même. Après Spartax, j’ai vu de nombreuses contrées, de nombreuses planètes. L’univers est si vaste après tout. Mais je ne suis encore jamais allée sur Midgard. Ma mission est pourtant simple : retrouver Loki et le ramener à Asgard.
Personnalité

Je suis très fière d’être Asgardienne et particulièrement menaçante envers certaines races aliens, comme les Kree. Certains mortels me considèrent racistes à cause de cela. Pourtant je sais reconnaître la valeur guerrière de certains mortels, surtout le courage. La bravoure me tient très à cœur et j’ai un profond respect pour les personnes capables d’en faire preuve. De par ce trait de caractère, je ressemble grandement à Lady Sif, pourtant je ne possède pas sa diplomatie, sa capacité à diriger ou encore sa civilité. Car, si je suis une guerrière au service d’Odin, je reste une créature partiellement animale, ou du moins se comportant comme telle dans certains cas. J’évite de faire des promesses, car je ne les tiendrais sans doute pas. La survie est un autre aspect qui me tient à cœur, comme un animal je ferais tout pour survivre, quitte à faire des coups bas et utiliser des techniques de bas étage, pas forcément pour gagner, mais principalement pour survivre. Si je ne peux gagner, je prendrais la fuite sans hésitation si je suis seule. Mais je sais aussi reconnaître la force d’une équipe et si j’en viens à croiser un enfant, je pourrais le défendre comme une lionne puisque je possède aussi l’instinct maternel et familial de la meute de lions. Pourtant, contrairement aux Asgardiens ou Midgardiens, je n’ai aucune notion de matérialité. Mes maigres possessions consistent en une tunique pour rester décente et mon armure aux couleurs d'Odin, le reste est presque immédiatement consommé ou jeté pour éviter de gêner. En ce qui concerne l’argent, je comprends tout à fait les systèmes des humains, mais les trouve inutiles. S’il me faut quelque chose, je ferai du troc ou proposerais mes services. Habituée à survivre dans la nature, il m’arrive très souvent d’avoir des réflexes animaliers comme renifler l’air ou fouetter ce dernier avec ma queue. Je suis parfaitement capable de survivre dans la nature, ce côté sauvage et axé sur la survie limite aussi une éventualité de relation sérieuse puisque le sexe sert majoritairement à se reproduire chez les miens. Pourtant, après des siècles passés à être une guerrière d’Asgard et participer aux fêtes post-batailles, j’ai appris à profiter des plaisirs charnels sans pour autant voir l’intérêt de posséder toujours le même partenaire. Cela me vient aussi du fait que je ne veux entraver personne et considère les relations amoureuses comme emprisonnantes. Je tiens à ma liberté plus que tout, autant sentimentalement parlant que physiquement. Mon rapport au sexe est donc purement physique. Je prévois aussi rarement à l’avance et je vis au jour le jour. Avec un minimum de liqueur Asgardienne, je peux devenir très rapidement amicale et me mettre à chanter des chansons guerrières comme un véritable bonhomme.
Habilités

Je possède deux pouvoirs principaux qui en comprennent des plus petits. Tout d’abord, je suis une Asgardienne, je possède donc leur force, agilité et endurance surhumaine. J’ai aussi une longévité très poussée et une régénération accélérée qui me permet de me soigner plus vite.
Mon deuxième pouvoir me vient de mon corps de chimère, propre à ma nature de créature mystique née dans la plaine bouillante par-delà les montagnes d’Asgard entourant la cité des dieux. Je possède une silhouette « humaine », cependant il y a quelques différences à cause du côté animal. Les deux cornes d’obsidienne qui me sortent de la tête, mes canines pointues, mes griffes acérées et mes sabots fendus me donnent accès à un tout nouveau style de combat. Les autres différences sont les ailes dorées que j’ai dans le dos qui me permettent de voler. Je suis aussi capable de laisser échapper un bruyant rugissement qui a pour objectif d’effrayer mes ennemis ou bien de signaler ma présence. Enfin, je possède une queue aux écailles d’émeraude juste au-dessus des fesses. Cette queue a la particularité d’avoir une tête de serpent au bout et de pouvoir cracher du feu et de siffler comme ce reptile. Je peux contrôler ces flammes grâce à ma pyrokinésie.
Je possède par contre une grande faiblesse : l’eau. En petites quantités, cela ne me dérange pas trop, je peux en boire notamment, mais dès qu’il s’agit de prendre un bain, je dis non. Le pire, ce sont les grandes étendues d’eau, comme les rivières, les lacs ou les océans. J’ai la phobie de me noyer et je panique complètement si je me retrouve dans cette situation, l’eau étant le seul milieu que je ne maîtrise pas, contrairement à l’air où je peux voler et la terre sur laquelle je peux courir. J’ai horreur qu’on me jette de l’eau dessus juste pour m’énerver et ma pyrokinésie est complètement inutilisable sous la pluie (et je déteste quand il pleut aussi).
Derrière l'écran

Prénom/pseudo : Titania Sarys
Age : *tousse*
Comment avez vous connu le forum ? : Mwahahaha
Autres comptes ? : Oui  
Un mot pour la fin ? : Banana


Dernière édition par Aleksandrya Dyr le Sam 8 Juil - 14:47, édité 8 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Inspecteur
Messages : 378

MessageSujet: Re: [Validé] I am fire, death coming from above × Aleks   Ven 7 Juil - 23:18

Re bienvenue sur le forum
Bon courage pour cette nouvelle fiche
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 2366

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: [Validé] I am fire, death coming from above × Aleks   Ven 7 Juil - 23:36

Rebienvenue !!

_________________
- "She was like John Rambo meets Polly Pocket" -

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar
Messages : 19

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: [Validé] I am fire, death coming from above × Aleks   Ven 7 Juil - 23:51

Merci mes chéris ♥

_________________

You could be the greatest You can be the best You can be the King Kong banging on your chest You can be a master Don't wait for luck Dedicate yourself and you gonna find yourself Standing in the hall of fame And the world's gonna know your name 'Cause you burn with the brightest flame And the world's gonna know your name
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
je vois tout
Messages : 441

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: [Validé] I am fire, death coming from above × Aleks   Sam 8 Juil - 15:12

Eh bien quel personnage incroyable ! J'ai adoré lire ta fiche Cool
Elle est évidemment validée !
Amuse toi bien avec ton Asgardienne
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://marvel-infinity.forumactif.org

avatar
Messages : 34

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: [Validé] I am fire, death coming from above × Aleks   Lun 10 Juil - 22:58

Rebienvenue !

_________________

UPHOLDER OF THE LAW OR MURDERER
« Find me the most degenerate and most unhealthy souls ...
Those as you, Eli Morrow, and I shall destroy them.
Them, and nobody else. »

Robbie » #CECECE | Eli » #850606

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: [Validé] I am fire, death coming from above × Aleks   

Revenir en haut Aller en bas
 

[Validé] I am fire, death coming from above × Aleks

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» DEATH BATTLE
» Manga Death Note
» FABULOUS FAB - Death Guard
» Living Death
» [vente] Death Korp of Krieg

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Infinity :: Le commencement d'une vie :: Le Registre :: Présentations validées-