Parfois, il ne faut pas grand chose pour relancer les choses. (Liv)


Partagez | .
 

 Parfois, il ne faut pas grand chose pour relancer les choses. (Liv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Inspecteur
Messages : 369

MessageSujet: Parfois, il ne faut pas grand chose pour relancer les choses. (Liv)   Lun 12 Juin - 21:56

Parfois, il ne faut pas grand chose pour relancer les choses.
Marcus avait vraiment le sentiment que la situation ne se débloquait pas, que son enquête n’avançait pas du tout. Et c’était quelque chose que l’homme ne supportait pas. Il avait eu beau éplucher les diverses pistes qu’il avait, rien ne menait concrètement à l’assassin de la victime. Oh, il y avait des choses qui pouvaient coller, mais ça lui semblait… il ne savait pas trop comment le caractériser en fait. Il y avait vraiment quelque chose qui n’allait pas avec cette enquête, quelque chose qui titillait son instinct de policer. Bon, on ne pouvait pas non plus dire qu’il avait un instinct parfait, mais il osait croire qu’il pouvait quand même s’y fier assez souvent. Et là, vraiment, il y avait quelque chose qui ne collait pas. Bathory avait de nombreux ennemis, ou plutôt il y avait de nombreuses personnes qui pouvaient avoir des choses à lui reprocher. Mais en grande partie parce qu’il était un homme d’affaire, parce qu’il avait tout fait pour gagner encore et encore de l’argent. De ce qu’il avait découvert, l’homme n’avait donc pas eu que des amis dans les affaires. Mais, vraiment, il ne voyait pas qui aurait pu agir pour le tuer de la sorte. Surtout qu’au vu de la manière dont il avait été retrouvé, dans l’état où ils avaient trouvé son corps, Marcus se permettait de croire qu’il y avait beaucoup de vengeance dans la situation. Qu’on lui avait vraiment voulu pour quelque chose et qu’on avait eu envie qu’il souffre pour cela.

Est-ce qu’il était arrivé au stade de soupçonner la jeune fille qu’il avait rencontré en se rendant chez les Bathory, non. La jeune femme lui avait semblé quelque peu étrange, il ne pouvait pas dire le contraire, mais pas au point de comprendre qu’elle était la responsable dans la mort de son père. Il lui manquait clairement des éléments pour arriver à cette conclusion, c’était évident. Et donc, il n’avait vraiment pas le sentiment d’avancer. Marcus soupira vivement alors qu’il était en train de faire le point sur le dossier, avant de finalement se lever pour quitter son bureau. Il en avait assez d’avoir le sentiment de ne pas avancer d’un pouce, c’était particulièrement frustrant. Alors, autant qu’il fasse une pause. Le policier se rendit dans la salle de pause du commissariat, parce qu’il était évident qu’il n’allait pas non plus quitter son travail. Il avait juste besoin de sortir un instant sa tête de son dossier, de penser à autre chose pour prendre un peu l’air et pouvoir s’y remettre plus facilement ensuite. Enfin, c’était ce qu’il espérait. Au pire, il allait travailler sur autre chose ensuite. Cela faisait un moment maintenant que l’affaire sur Bathory était ouverte, il pourrait ne s’y remettre que le lendemain que ça ne changerait pas grand-chose. Mais il serait frustré. Quand il arriva dans la salle de pause, il tomba sur Liv. Rien d’exceptionnel en soit, ils se croisaient évidemment plusieurs fois dans la journée puisqu’ils travaillaient au même endroit.

« Salut. » Se contenta-t-il de dire en s’approchant de la machine à café, pour se servir une grande tasse. Avant d’en boire une gorgée dans la foulé. « Toujours aussi horrible ce café. »
Code by Gwenn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 671

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Parfois, il ne faut pas grand chose pour relancer les choses. (Liv)   Mar 13 Juin - 15:41



Parfois, il ne faut pas grand chose pour relancer les choses.
D

ernièrement, Liv avait le sentiment de ne plus être la même qu'il n'y a pas si longtemps, beaucoup de choses avaient changé pour elle, des bouleversements qui n'avaient pas seulement trait à sa vie mais à sa personne tout entière. Elle avait cru qu'elle savait exactement tout de ce que serait son existence, du début à la fin, elle pensait avoir le contrôle total de son existence. Mais elle s'était trompée. Elle avait laissé quelque chose d'exceptionnel se produire, elle avait laissé une part d'inconnu, d'incertitude, brouiller les pistes, modifier son destin, changer qui elle était. Elle avait laissé des sentiments jusqu'alors inconnus ou tout du moins refoulés dominer un être qu'elle avait imaginé entièrement dévoué à la plus totale des impassibilités, à l'incapacité manifeste d'éprouver quoi que ce soit. Elle avait laissé Pietro tenir dans sa vie le rôle qu'elle avait rêvé qu'il tienne sans se rendre compte que c'était exactement ce qu'elle voulait, et depuis longtemps. Oui, elle avait pris conscience de nombreuses choses, et ça l'avait changée, brutalement et définitivement changée. Mais pas forcément non plus au point que cette différence ne puisse qu'être perçue par son entourage. Au quotidien, elle restait finalement la même, si l'on y prêtait pas garde : l'impassible, froide et intraitable criminologue qui accomplissait son devoir en se mêlant au minimum au reste de ses collègue, l'irrascible mutante qui assassinait de sang froid toutes les victimes que la Confrérie prenait soin de placer sous les serres acérées et gourmandes d'un corbeau qui pensait ne rien pouvoir éprouver s'il n'y avait pas ne serait-ce que le strict minimum de sang versé.

Les changements, les bouleversements, comme bien d'autres choses, elle les refoulait avec soin, si bien que ses collègues n'avaient pas dû observer une grande différence avec son attitude usuelle. Comme toujours, elle se concentrait avec soin sur les affaires en cours, pragmatique et irréprochable (quand elle ne cherchait pas à couvrir ses propres crimes ou ceux de l'un ou l'autre membre de la Confrérie), et comme toujours, réglée comme du papier à musique, passée une certaine heure, elle se rendait en salle de repos sans jamais s'y éterniser dans le seul et unique (mais néanmoins nécessaire) but de reprendre une dose à ses yeux nécessaire de caféine. Alors qu'elle portait les lèvres à sa tasse de café, Marcus fit son irruption dans la pièce. Liv le salua d'un geste de la tête. Marcus était certes son collègue, mais Liv ne pouvait le considérer au même titre que les autres, parce qu'il avait connaissance de son pouvoir, et que cela changeait bien évidemment plus d'une chose pour elle, même si en soi, elle ne faisait pas mine de se comporter différemment avec lui qu'à l'accoutumée.

-Oui,
se contenta-t-elle de répondre sans faire vraiment d'effort non plus, elle se fichait bien du goût du café. Tout va bien ? demanda-t-elle tout de même, pas parce qu'elle se souciait vraiment de lui mais parce qu'elle avait l'impression que quelque chose le taraudait. On t'a mis sur quelle affaire ?


code by Mandy


_________________
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Parfois, il ne faut pas grand chose pour relancer les choses. (Liv)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Ça me prends pas grand chose pour m'exciter!
» Voigtländer Color-Skopar 20 mm f 3.5 : un objectif super grand-angle pour Canon
» je cherche un grand angle pour les paysages ..
» Complément grand angle pour FZ18
» Quel grand angle pour mon D7000 ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Infinity :: Entrez en scène :: New York City :: Manhattan :: New York City Police Department-