Je suis un vrai danger public, quand je ne me contrôle pas [P.V : Charles Xavier]


Partagez | .
 

 Je suis un vrai danger public, quand je ne me contrôle pas [P.V : Charles Xavier]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar
Messages : 10

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Je suis un vrai danger public, quand je ne me contrôle pas [P.V : Charles Xavier]   Jeu 1 Juin - 17:40

 
Je suis un vrai danger public,

quand je ne me contrôle pas

Nous sommes en semaine, c'est assez calme au boulot, pas beaucoup de clients. Les clients viennent beaucoup plus le week-end surtout le vendredi soir, pour oublier un peu leur dure semaine au boulot. Alors, il arrive qu'en semaine, quand les clients se font rare, que l'on puisse rentrer plus tôt et ce soir, c'est le cas. Je ne me suis pas laissé prier quand le patron m'a proposé de partir avant l'heure prévue. J'ai presque couru vers mon vestiaire, j'ai enfilé mon jean, mon débardeur noir mit ma veste en cuir noir par-dessus et enfiler mes bottes en à peine quelques minutes seulement, plus rapide ce n'est pas possible. Je dis au revoir à tout le monde, puis je sors par la porte de derrière en sifflotant. Je regarde ma montre pour voir quelle heure il est : 3H35. Je vais rentrer chez moi tranquillement et faire un bon gros dodo, comme ça demain matin, quand j'irais voir ma mère, je ne serais pas trop fatigué.

Alors que j'ai à peine fait quelques pas, je sens soudainement, je sens mon téléphone vibrer au fond de ma poche de jean. Je l'attrape immédiatement me demandant qui cela peut-il bien être, à une heure aussi tardive. Mon regard se fige quand je vois le numéro afficher, je le connais, je le reconnais. Je commence à trembler de tout mon long, j'appuie difficilement sur le bouton pour décrocher. Ma voix tremble, j'essaye de retenir mes larmes comme je peux.


- Allô ?

- Mademoiselle Johnson ? Je suis désolé de vous appeler à une telle heure, c'est le St Elizabeth’s Hospital à l'appareil.

Bien sûr, je sais qui vous êtes, je connais votre numéro par cœur, c'est pour cela que je tremble et que je me retiens de pleurer au téléphone. Je sais aussi que si vous appelez à une telle heure, c'est parce que vous avez une mauvaise nouvelle pour moi... Je n'ose vous poser la question, j'ai bien trop peur de la réponse, de plus ma gorge commence à se serrer, j'ai du mal à parler. J'arrive difficilement à vous répondre :

- Oui... Qu'est qu'il y a ?

- Eh bien, vous avez tenu à être informés de tout, qu'importe l'heure de la journée, vous nous aviez dit travailler la nuit, donc cela ne vous...

- Abrégez, je vous en prie !

- Je suis désolé... Votre mère vient de faire une crise cardiaque, son état stable pour l'instant, mais... Elle est malheureusement tombée dans le coma... Je suis sincèrement désolé...


- ....

- Mademoiselle Johnson ?

- Merci de m'en avoir informé...

- Mademoiselle Johnson, si l'on peut faire quoi que....


Je ne lui laisse même pas le temps de finir sa phrase, j'ai déjà raccroché. Je déambule dans une petite ruelle, je suis à peine à quelques pas de mon boulot. Je ne pourrai pas me contenir jusque chez-moi... Il faut que j'explose, que je hurle, que je pleure, que je... Oh et puis merd* ! Je tape de toutes mes forces dans une poubelle vide, je l'envoie valser à l'autre bout de la ruelle. De la glace s'est formé là ou mon pied à taper dans la poubelle. Je n'ai pas besoin de me regarder dans une glace, je sais que ma peau est bleue et que mes cheveux sont blancs, comme de la neige. Je hurle dans cette ruelle toute ma colère, je tape dans tout ce que je trouve, laissant de la glace apparaître tout autour de moi. Je finis même par taper du poing contre le mur, le recouvrant peu à peu de glace. Au bout de quelques minutes, je me laisse tomber par terre, contre ce mur en larmes. Je n'arrive pas à m'arrêter, mes larmes coulent toutes seules le long de mes deux joues avant de tomber par terre. Par ailleurs, ces larmes se transforment en petit glaçon lorsqu'elles coulent sur mes joues. L'air est devenu glacé dans cette ruelle, on sent tout de suite une différence de températures. Je sais que je ne devrais pas laisser mes émotions m'envahir, car je prends le risque que quelqu'un me découvre ici et qu'il découvre surtout que je suis différente. Mais comment ne pas s'effondrer en larmes après avoir appris une telle nouvelle ? Je me mets en boule, je rapproche mes genoux de mon visage, comme cherchant à me cacher... Avec un peu de chance et vue l'heure qu'il est, personne ne me remarquera moi et surtout la glace un peu présente partout dans cette ruelle.

Codage par Libella sur Graphiorum
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Je suis un vrai danger public, quand je ne me contrôle pas [P.V : Charles Xavier]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Higashino, Keigo] La maison où je suis mort autrefois
» Traduction finnois==>français
» Quand la vie nous sépare (pour Jean-Charles)
» Est-ce que je suis un vrai Brony?
» HyperSpace Mountain - Disneyland Paris

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Infinity :: Entrez en scène :: New York City :: Brooklyn :: Brooklyn's Streets-