Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))


Partagez | .
 

 Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

avatar

Messages : 674

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Sam 25 Juil - 1:26

Norman & Peter
Quand on rencontre son ennemi sans le savoir.
Le lycée avait rouvert ses portes, même si l'aile détruite par le Hobgoblin n'était toujours pas utilisable. Il avait fallu un peu de temps pour sécuriser la zone, pour réorganiser les choses et surtout pour permettre aux élèves de se remettre de ce qu'ils avaient vécu. Et encore, certaines personnes comme Gwen avaient besoin de plus de temps pour se remettre de leurs émotions, ce qui était parfaitement normal. Peter s'était donc rendu en cours, même si visiblement personne n'avait trop la tête à travailler. Gwen était absente, le jeune homme ne savait pas quand elle allait revenir. Harry également était absent, ce qui étonnait bien plus Peter. Ce dernier eut toutes les peines du monde à se concentrer sur les cours. En même temps, il peinait à se concentrer ces derniers temps, il ne faisait que penser à l'attaque et au décès du père de Gwen. Quoi qu'elle puisse dire, le jeune homme continuait de s'en vouloir, il se sentait responsable de son décès. Il ne faisait donc que de penser à ça et au fait qu'il espérait pouvoir arrêter le deuxième Bouffon Vert, qu'il avait plus que tout envie de le faire. Mais chaque fois que le jeune homme avait l'occasion de le croiser, quand il portait son costume d'homme-araignée, il n'y arrivait pas. Peter pensait d'ailleurs partir en chasse, une fois qu'il aurait quitté les bancs de l'école, mais finalement ses projets changèrent quelque peu.

Le jeune homme décida de se rendre chez Harry, afin de voir s'il allait mieux. Il avait compris avec Gwen, puisqu'elle l'avait vu à l'enterrement de son père, qu'il allait mieux et qu'il avait l'intention de retourner en cours. Mais il n'était pas venu et Peter se demandait bien pourquoi. Il avait peut-être eu un autre souci et dans le doute, il avait l'intention de se renseigner. Après tout, même s'ils étaient moins proches, Harry et Peter étaient quand même amis. Ils ne se comprenaient pas toujours, mais ils étaient pote et le jeune homme s'inquiétait pour l'héritier d'Oscorp. Ce n'était peut-être rien, il avait eu peut-être simplement la flemme de se rendre en cours, mais Peter préférait aller voir. Il se rendit donc chez les Oscorp. Il avait eu parfois l'occasion de se rendre chez eux, mais très peu de fois. En même temps, on ne pouvait pas vraiment dire qu'Harry soit du genre à inviter des amis pour des party. Peter arriva donc devant la grande demeure des Osborn. Il s'approcha de la grande porte et appuya sur la sonnette. A ce moment-là, il se demandait concrètement s'il n'était pas en train de faire une erreur. La porte s'ouvrit alors, mais pas sur Harry (en même temps, rien ne disait au jeune homme que son ami se trouvait chez lui), ce fut Norman Osborn qui lui ouvrit la porte.

« Bonjour, monsieur. » Dit-il en tentant de se montrer le plus cordiale et le moins timide possible. « Est-ce qu'Harry est là ? »

Il n'avait plus qu'à attendre de savoir si son ami était dans le coin ou non.

_________________
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 496

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Mar 28 Juil - 14:14


Quand on rencontre son ennemi sans le savoir
R

ares étaient les moments où l'on pouvait espérer trouver Norman Osborn chez lui. La demeure du père et du fils Osborn était gigantesque, témoignage manifeste des revenus plus que confortables qui tombaient régulièrement dans la poche du chef d'entreprise, mais il n'en profitait guère, ni ne tenait particulièrement à le faire. L'on pouvait sans nul doute affirmer qu'il était un père absent pour son fils (et quand il était présent, c'était d'une manière bien singulière), et un travailleur acharné qui faisait passer à peu près tout ce qui n'était pas le travail au second plan. Il passait donc un temps monstrueux dans son bureau, à gérer les affaires aussi bien officielles qu'officieuses d'Oscorp, ne rechignant pas à rentrer tard le soir, comme si personne ne l'attendait à la maison (et le soir, pas sûr que Harry l'attendait encore)... Et quand il n'était pas à Oscorp, souvent, c'est qu'il avait enfilé sa tenue de super-vilain et était partie terroriser quelques innocents sous les traits du bouffon vert. Sonner à la porte des Osborn, c'était risquer fort de se retrouver face à un employé de maison ou, dans le meilleur des cas, de Harry..., et souvent, on ne trouvait pas la personne que l'on souhaitait. D'ailleurs, le jeune homme qui venait de sauter à la porte n'allait pas non plus recevoir l'accueil qu'il avait envisagé ni se retrouver face à la personne qu'il espérait. Exceptionnellement, dans l'encadrement de la porte, c'était bel et bien Norman qui se trouvait là. Et qui le toisait, un sourire de façade collé au visage.

-Bonjour... Peter, c'est bien cela ?
Oui, il était presque certain qu'il s'agissait de Peter Parker, un étudiant dans la classe de Harry, et plus ou moins ami de ce dernier. Il l'avait déjà croisé à quelques prises, mais n'avaient jamais vraiment eu de grandes conversations ensemble. En fait, il l'avait même croisé plus qu'il ne le soupçonnait, mais Norman n'était pas le moins du monde conscient de se retrouver face à son nemesis, en présence de l'homme-araignée en personne. S'il le savait... Nul doute qu'il aurait trouvé une autre façon de l'accueillir, sans doute bien moins polie et civilisée. Harry s'est absenté, mais il m'a dit qu'il rentrerait bientôt. Tu veux entrer l'attendre ?

À vrai dire, il n'était pas vraiment certain de ce qu'il avançait. Depuis qu'il lui avait injecté le serum contre son gré, Harry s'absentait de plus en plus souvent (ce qui n'était pas pour déplaire à Norman au demeurant), et s'il lui avait dit revenir rapidement, ce n'était pas pour autant qu'il allait s'y tenir. Il n'aurait pas forcément eu d'intérêt, en d'autres circonstances, à faire entrer l'ami de son fils chez lui, mais quelque chose lui disait qu'une conversation avec Peter Parker pourrait bien être assez constructive. Ne serait-ce que pour savoir quels soupçons son attitude pouvait bien éveiller (il devinait qu'il devait y en avoir, et dans ce cas là, il faudrait bien évidemment les taire), et, tout simplement, avoir l'opinion générale de ses camarades concernant son fils... même s'il pensait dors et déjà en connaître la teneur. C'est ce que ferait un père consciencieux, non ?
... Sans doute pas de cette manière, non.






code by Mandy


_________________


“The itsy bitsy spider climbed up the water spout.
Down came the Goblin and took the spider out."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 674

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Mer 19 Aoû - 16:19

Norman & Peter
Quand on rencontre son ennemi sans le savoir.
Quand Peter voyait la maison des Osborn, il se rendait bien compte de la vie que son camarade avait. Cela n’avait rien à voir avec la maison qu’il partageait avec sa tante (et son oncle avant). Evidemment, Peter avait parfaitement conscience que les Osborn étaient des personnes riches, mais il avait quand même rarement l’occasion d’y être confronté directement. En dehors du fait qu’Harry venait à l’école avec un chauffeur, alors que lui se contentait de son skate-board. Enfin, le jeune homme n’avait aucune jalousie concernant son camarade, parce qu’il savait bien qu’Harry était loin d’être quelqu’un d’heureux. Il attendait donc devant une grande porte de cette grande maison, quand le père d’Harry l’ouvrit. Peter n’avait jamais vraiment parlé avec Norman Osborn, mais il savait parfaitement qui il était. En même temps, on ne pouvait pas dire que l’homme avait un visage capable d’être oubliable. Le peu de fois où le jeune homme avait eu l’occasion de le croiser (il ne se rendait pas compte qu’il avait déjà eu l’occasion de le croiser de nombreuses fois sous une autre forme), il avait eu l’occasion de marquer son visage dans son esprit. Peter était un peu mal à l’aise en compagnie du paternel Osborn, mais on ne pouvait pas dire qu’il avait le choix de toute façon.

« C’est bien ça oui. » Il était bel et bien Peter, il était même étonné que l’homme connaisse son nom. Visiblement, Harry n’était pas présent chez lui. Comme il n’avait pas été en cours non plus, Peter se demandait bien ce qu’il pouvait bien faire. Enfin, il devait avoir une bonne raison (et il ne se doutait pas à quel point oui). Evidemment, Peter n’avait pas l’intention de mettre le doute à Norman sur l’absence de son fils à l’école. Il avait parfaitement conscience des relations difficiles entre le père et le fils, il n’avait pas spécialement envie d’envenimer les choses. Même si bien sûr, il ne se doutait pas qu’il était parfaitement au courant et même satisfait de cela. « Je veux bien l’attendre oui. »

Il ne savait pas vraiment s’il faisait bien d’accepter, mais Norman l’impressionné suffisamment pour qu’il n’arrive pas à refuser sa proposition. Avec un peu de chance, son ami n’allait pas tarder à arriver, qu’ils puissent passer du temps ensemble et loin de l’homme. Quoi que ce dernier était quelqu’un de très occupé sans doute, il était quand même PDG d’une entreprise, il allait peut-être se contenter de dire à Peter d’attendre Harry dans un coin du salon et le laisser tout seul. Au fond, le jeune homme devait bien avouer qu’il espérait que ça allait être comme ça. Parce que Peter ne savait vraiment pas ce qu’ils allaient pouvoir se dire tous les deux. Heureusement que Peter n’avait pas conscience de qui était vraiment Norman Osborn, quoi qu’ainsi il pourrait sans doute se sentir moins à l’aise (parce qu’il aurait simplement en tête de l’arrêter, depuis le temps qu’ils s’affrontaient).

« Vous savez quand Harry va arriver ? »

Oui, il était vraiment impatient que son camarade rentre chez lui.

_________________
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 496

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Sam 19 Sep - 10:22


Quand on rencontre son ennemi sans le savoir
E

n soi, rien n'indiquait qu'inviter Peter Parker à patienter plutôt que de le congédier sous le prétexte que son fils n'était pas là et qu'il avait du travail (en même temps, il en avait toujours) était une bonne chose, Norman pourrait tout à fait ne rien tirer de bien intéressant de cette conversation. Mais il tentait tout de même. Il était bien rare que l'on se présente à sa porte pour rendre visite à son fils. On ne pouvait pas dire que Harry était l'adolescent le plus sociable qui puisse exister, loin s'en faut. Alors, s'il pouvait en apprendre plus sur son fils par l'intermédiaire de Peter, et surtout sur son comportement (qui devait le moins possible éveiller les soupçons, cela va de soi - car il en dépendait de la sécurité et de l'anonymat de Norman également, ou plus spécifiquement du bouffon vert, et oui, ils étaient même pour lui deux personnes assez distinctes, qui cohabitaient dans le même corps), il n'allait pas s'épargner une occasion telle que celle-ci. À ce sujet, d'ailleurs, Norman ne savait effectivement pas quand Harry allait revenir. Il n'était déjà pas bavard en règle général, et moins encore avec son géniteur, mais il lui avait dit rapidement ne pas en avoir pour longtemps, sans savoir pour autant où il s'était rendu. Peut-être avait-il enfilé sa tenue de Hobgoblin, et sillonnait le ciel de New York debout sur son planeur ? Norman devait bien admettre que c'était une perspective tout sauf pour lui déplaire. Mais qui ne rendait pas évidente l'estimation de son retour (auquel, quoi qu'on en pense, l'homme était vigilant. S'il négligeait sans aucun doute son fils à sa manière, c'est qu'il en prenait "soin" d'une autre manière, et il était attentif aux faits et gestes de sa progéniture. Un peu. À sa manière, une fois de plus).

-Il ne devrait pas tarder.
répondit-il sans donner plus de précisions. S'il finissait par trop tarder, tant pis, Peter quitterait les lieux, et Norman, pour sa part, aurait peut-être récolté les quelques informations qu'il voulait connaître sur Harry et que ce dernier, cela va de soi, ne lui communiquerait jamais de son plein gré. Je peux te servir quelque chose à boire, peut-être ? Un thé ? Un verre d'eau ? ... Ou rien, il posait juste les jalons d'une certaine politesse pour mettre le jeune homme en confiance. Une fois qu'il eût répondu, et après s'être servi lui-même une tasse de thé. Je vais peut-être te poser une question indiscrète, fit-il une fois rassis, en ancrant son regard dans celui de son interlocuteur. Mais il est tellement rare que je puisse parler avec les amis de mon fils. Je m'inquiète pour Harry. Tu dois savoir qu'il n'a pas été au meilleur de sa forme, dernièrement, et à son vieux père, tu penses bien qu'il ne dit jamais rien. A-t-il l'air d'aller mieux ?

Au final, ce n'était pas tant l'état de son fils (il était après tout responsable de ce dernier, et il n'avait à ce sujet pas l'ombre d'un regret) qui l'intéressait que la façon dont ses camarades le percevait.





code by Mandy


_________________


“The itsy bitsy spider climbed up the water spout.
Down came the Goblin and took the spider out."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 674

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Mar 13 Oct - 19:22

Norman & Peter
Quand on rencontre son ennemi sans le savoir.
Peter espérait entendre le père d’Harry lui dire qu’il allait arriver rapidement, parce qu’il ne se sentait pas forcément à l’aise en compagnie de l’homme. Il n’avait, techniquement, rien contre Norman Osborn qu’il connaissait à peine, mais il savait par le biais de son ami et de Gwen que ce n’était pas le type le plus sympathique qui puisse exister. C’était le genre de père absent qui passait son temps à travailler, ce que lui reprochait en grande partie Harry (du moins, de ce qu’avait suivi Peter). Le jeune homme savait que son camarade lui avait souvent affirmé envier la relation qu’il avait avec son Oncle Ben, qui fut plus un père pour Peter que son propre père. Il s’attendit à ce que Norman reprenne ses activités, qu’il le laisse en plan sur place pour attendre Harry, mais au lieu de cela il lui proposa de lui offrir à boire. Peter accepta que ce dernier lui serve une tasse de thé, principalement pour se donner bonne contenance. Ainsi, il allait pouvoir occuper un peu ses mains avec la tasse. Il attendit que l’homme le serve, sans ajouter quoi que ce soit. Et finalement, ce fut Norman qui lança la conversation.

Peter fut un peu surpris d’entendre l’homme lui dire qu’il était inquiet pour son fils. A première vue, comme cela, le jeune homme ne reconnaissait vraiment pas la description que ses amis avaient bien pu lui faire. Au contraire, il voyait un père qui s’intéressait au sort de son fils qui avait été malade dernièrement. Peut-être qu’Harry n’était pas vraiment objectif sur son paternel, ce qui ne l’étonnerait pas spécialement. En même temps, ce n’était pas forcément facile de cerner Harry et Peter avait le sentiment d’y arriver encore moins dernièrement. Cependant, il pensait pouvoir se fier au jugement de Gwen quand même. Il préférait donc rester sur ses gardes, même s’il ne pouvait évidemment pas éviter la question de Norman Osborn.

« Eh bien, c’est un peu compliqué. » Il marqua une pause, buvant une gorgée du thé histoire de prendre le temps de réfléchir plus profondément à sa réponse. Qu’est-ce qu’il pouvait bien répondre à ça vraiment ? « Il a l’air un peu plus renfermé qu’avant… même si c’était difficile. »

Peter ne se trouvait vraiment pas dans une très bonne position. Il n’était pas le mieux placé pour parler d’Harry en plus, parce que ça avait toujours été un peu difficile entre eux. Le jeune homme ne savait pas vraiment pourquoi, mais il avait le sentiment qu’Harry ne se sentait que mieux en présence de Gwen. Mais il n’avait pas l’intention de mentionner la jeune femme (il avait quand même suivit l’histoire où le père Osborn ne voulait plus que son fils fréquente la jeune femme, si c’était vrai).

« Mais d’une manière générale, il a l’air d’aller un peu mieux oui. Même s’il semble… fatigué. »

Ca, Peter était connaisseur de la fatigue quotidienne à cause des virées nocturnes dans le costume de l’homme araignée.

_________________
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 496

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Mer 14 Oct - 20:08


Quand on rencontre son ennemi sans le savoir
U

n léger sourire, difficilement interprétable, se déposa sur les lèvres de Norman quand Peter fit remarquer que Harry semblait encore plus renfermé qu'avant, si cela était vraiment possible, non pas que la nouvelle soit véritablement réjouissante (elle ne l'était pas du tout, même), mais c'était dans le tempérament de Harry que d'être à ce point renfermé. Cela lui passerait sans doute, Norman y comptait du moins, il n'avait jamais qu'une attitude propre à son âge, un jour, il s'accepterait pleinement, et alors, il serait beaucoup plus simple pour le jeune homme de s'affirmer et de tenir la place qui devait être la sienne. Il le prouvait dors et déjà lorsqu'il endossait le costume du Hobgoblin. Et il le prouverait quand il prendrait à sa suite les rennes d'Oscorp. Il avait, après tout, le temps encore de faire ses preuves, et il en surprendrait beaucoup à ce moment là, son interlocuteur en premier lieu. Oui, Norman, sans en donner l'air, et même s'il rabaissait son fils plus qu'autre chose, nourrissait en fait en lui de grands espoirs, et ces ambitions étaient d'ailleurs ce qui - assez contradictoirement il est vrai - justifiait son attitude. Et ce soucis de lui justifiait également, oui, qu'il s'interroge sur l'attitude qu'il adoptait auprès de ses camarades (même si cela relevait en grande partie du fait qu'il ne voulait pas le voir les trahir). Apparemment, rien à part la fatigue ne pouvait le trahir, et c'était tout à fait normal, la situation, même si elle n'en donnait pas forcément l'air, était donc plus rassurante qu'engageante.

-Je m'inquiète pour lui.
mentit-il en père pseudo aimant, quoi que ce n'était certainement pas le portrait que sa progéniture se serait chargée de faire de lui. Je suis rassuré qu'il ait des amis pour veiller sur lui. disait celui qui avait pourtant interdit à son fils de fréquenter Gwen Stacy. Entre sa maladie et l'attaque de votre école, il n'a pas vraiment été ménagé.

Même si Harry, techniquement (techniquement seulement), n'y avait pas assisté. C'était, pour Norman un moyen de sonder le jeune homme sur cet épisode encore récent. Il était assez curieux d'entendre son témoignage sur le sujet. Ignorant, bien sûr, que lui aussi avait tenu un rôle pour le moins important dans toute cette histoire. Pour sa part, et même s'il n'en avait eu écho que via les informations (Harry s'était bien gardé, évidemment, de lui apprendre son escapade avant ou après cette dernière, et Norman était bien sûr trop accaparé par son travail pour s'en être rendu compte sur le moment), il était plus que satisfait de cet épisode, qui marquait les débuts du hobgoblin en tant que super-vilain. Il avait eu écho de la réaction de certains élèves et professeurs, mais c'était la première fois qu'il s'adressait directement à un élève qui avait directement assisté à la scène.






code by Mandy


_________________


“The itsy bitsy spider climbed up the water spout.
Down came the Goblin and took the spider out."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 674

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Mar 3 Nov - 10:18

Norman & Peter
Quand on rencontre son ennemi sans le savoir.
C’était bien la première fois que Peter parlait autant avec le père d’Harry, c’était vraiment étrange. Pendant des années son ami n’avait pas manqué de descendre son père (même quand il ne le faisait pas directement, ce n’était pas difficile de comprendre que le jeune homme avait un problème avec son géniteur), il avait même eu des échos négatifs via Gwen. Norman Osborn ne donnait vraiment pas l’être d’être le géniteur insensible dont Peter avait souvent entendu parler. Mais en même temps, il n’agissait peut-être pas de la même manière en cette seconde qu’autrement, peut-être que les derniers évènements poussaient l’homme à se montrer plus humain avec sa progéniture. Peter n’en savait trop rien, mais alors que Norman lui parlait, il avait le sentiment qu’il était sincère. Le jeune homme ne se rendait pas du tout compte que le chef d’entreprise était en train de simplement lui mentir, il ne voyait en ces mots que de l’inquiétude. Il le disait lui-même qu’il était inquiet, qu’il était même heureux qu’Harry ait des amis pour veiller sur lui. Ces derniers temps, ce n’était facile pour personne, mais Harry était peut-être plus faible que d’autre. En tout cas, Peter ne le comprenait pas et il ne le comprendrait sans doute jamais. Les deux jeunes hommes s’appréciaient – du moins c’était le cas pour Peter – mais ça ne suffisait sans doute pas.

« Harry a eu de la chance de ne pas être à l’école à ce moment-là. » Dit-il concernant l’attaque du lycée. « Mais il a été touché quand même indirectement. »

Evidemment, Peter ne se rendait pas compte que celui qui était en cause de cette attaque était justement le sujet de conversation entre Norman et lui. Il pensait qu’Harry était simplement bouleversé par le décès du père de Gwen, ça les avait tous touché. Peter principalement parce qu’il se sentait coupable, mais même s’il n’avait pas été directement concerné il aurait été touché. Et ce n’était pas vraiment difficile de savoir qu’Harry et Gwen étaient proches (un peu trop peut-être). Peter ne savait pas vraiment s’il pouvait ainsi se permettre de parler de son camarade, il était fort possible qu’il n’apprécie pas la conversation qu’il avait avec son père. Ni même s’il pouvait se permettre certaines remarques. Mais le jeune homme fut incapable de se retenir.

« Il a aussi besoin que son père veille sur lui… je pense… »

Peter ne se sentait pas vraiment à l’aise avec sa remarque, mais il n’y pouvait rien. Le jeune homme était bien placé pour savoir que son camarade avait des gros soucis avec son père et l’homme n’avait pas l’air si mauvais que ce qu’il prétendait. Peter ne pouvait pas s’empêcher de se dire qu’il y avait quelque chose à faire, même si ça ne le regardait pas du tout. Sauf qu’au final, Harry était l’un des derniers de la petite bande à avoir encore sa figure paternelle. Il ne fallait pas qu’il se rende compte de l’importance que c’était après l’avoir perdu.

_________________
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 496

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Mar 3 Nov - 21:47


Quand on rencontre son ennemi sans le savoir
S

i Norman ne s'appliquait pas à calmer l'"autre", celui qui hantait sa personne et son corps depuis bien longtemps à présent, il est évident que, en cet instant, il rirait aux éclats, il fallait qu'il se contienne pour n'en rien faire, qu'il reste à tous prix Norman Osborn et laisse le bouffon vert dans un coin. Mais ce dernier, tapi au fond de lui, pourtant, avant bien des difficultés à se tenir tranquille alors qu'il jubilait à la seule idée d'entendre le jeune homme déclarer que Harry avait eu la chance de ne pas se trouver sur les lieux durant l'attentat du lycée alors qu'il en avait été le commanditaire, à la grande fierté du père, pour tout dire, qui pour une fois savait en éprouver à l'adresse de son père. Au moins Norman pouvait-il être rassuré, semble-t-il, il y avait, bien sûr, toujours une possibilité pour que son interlocuteur soit en train de lui mentir, mais le PDG d'Oscorp ne le pensait pas, ce qui signifiait donc, par conséquent, qu'Harry avait gardé sa langue, et n'avait pas cédé à la pression et à la culpabilité. Car s'il n'avait normalement pas le moindre intérêt à révéler son secret à d'autres, on ne peut jamais être sûr, et Norman comptait bien conserver son propre anonymat dans le processus, tout de même. Il n'y avait pas à s'en faire. Harry n'attirait que la compassion, et aucune rumeur compromettante ne pouvait enrayer une machine bien huilée. Il était, au fond, réconfortant d'avoir l'avis d'un élève sur la situation, quand bien même il n'attendait pas après cela du tout, il considérait quoi qu'il en soit avoir la situation bien en main. Toutefois, les derniers propos prononcé par Peter, cet adolescent qu'il aurait considéré avec bien moins d'égards s'il savait la vérité le concernant, eurent le don de changer un tant soit peu l'état d'esprit de Peter. S'il y avait bien une chose que Norman Osborn n'appréciait pas, c'est que l'on considère à sa place ce qu'il convenait de faire ou non, que ce soit au sein de son travail ou dans l'éducation de son fils (même si dans ce dernier cas, il est plus qu'évident qu'il devrait appliquer les conseils qu'on lui adressait). Norman semblait entendre comme une pointe de reproche dans la voix de son interlocuteur, mais il sut garder contenance, et même afficher un léger sourire avant que de répondre au jeune homme.

-Oh mais je veille sur lui, ne t'en fais donc pas.
dit-il d'un ton qui contrastait quelque peu avec son attitude aimable, en effet, il y avait une soudaine froideur dans son ton. Tout mauvais père qu'il était, il refusait corps et bien qu'on l'accuse d'en être un. Il marqua une pause, son regard soutenant celui de son interlocuteur. Qu'est-ce que Harry t'a dit sur moi, au juste ?

Sur ce sujet également, il était assez curieux, même s'il ne pensait en définitive pas apprendre grand chose. Ce n'était pas nouveau, que Harry ne le tenait pas en odeur de sainteté, et ne se privait pas de le répéter autour de lui, mais même à ce sujet précis, Norman comptait bien garder un certain contrôle sur la situation.






code by Mandy


_________________


“The itsy bitsy spider climbed up the water spout.
Down came the Goblin and took the spider out."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 674

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Mer 25 Nov - 14:46

Norman & Peter
Quand on rencontre son ennemi sans le savoir.
Peter se doutait bien qu’il allait sans doute un peu trop loin en affirmant à Norman Osborn que son fils avait besoin de lui. Le jeune homme n’avait pas son mot à dire que la situation, évidemment, sauf qu’il voyait quand même les choses de son point de vu. Il avait si souvent entendu Harry se plaindre de son géniteur, regrettant que son ami n’ait pas pu avoir de vraie relation agréable avec lui. Bon, en même temps, Peter n’avait que la vision des choses d’Harry et il savait que ce dernier était un peu difficile. Il ne voulait pas accabler entièrement Norman bien sûr, mais puisqu’ils étaient en train de discuter de son fils, autant qu’il sache ce qu’il y avait là-dessous. Harry ne semblait pas aller bien ces derniers temps, il pouvait compter sur ses amis (surtout Gwen évidemment), mais il fallait qu’il compte pour son père aussi. Quand Norman Osborn affirma qu’il veillait sur son fils, Peter sentit la froideur dans sa voix. Il voulait bien croire qu’il l’avait un peu vexé en lui disant cela, il s’en rendait bien compte et il en avait conscience. L’homme ne manqua pas de se monter plus curieux encore sur ce que son fils avait bien pu dire sur lui. Peter ne savait pas vraiment ce qu’il devait répondre, s’il devait vraiment dire la vérité ou pas. Il n’avait aucune envie que cela retombe sur Harry ensuite.

« Beaucoup de chose. »
Dit-il, légèrement mal à l’aise. Quand il avait décidé de venir chez les Osborn, c’était dans le but de voir Harry et non pas d’avoir cette conversation avec Norman dont il ne connaissait vraiment rien (du moins, c’était ce qu’il pensait, parce qu’il ne se rendait pas compte qu’il se retrouvait devant son grand ennemi). « Il dit surtout que vous n’en avez que faire de lui. »

Peter ne pouvait évidemment pas se contenter d’ignorer la question. Il n’avait pas envie de trop en dire en tout cas, parce qu’il n’était pas question qu’Harry le lui reproche. Il se contentait donc de dire cela, ce qui n’était à ses yeux pas un secret. Peter était persuadé que son ami avait déjà fait ce reproche directement à son père, il ne devait pas prendre trop de risque en disant cela. Peter ne savait pas vraiment comment cette discussion allait tourner, si elle allait être utile pour Harry, mais il avait envie de croire que le géniteur d’Harry s’inquiétait vraiment pour lui. Le jeune homme ne pouvait pas se contentait de voir l’homme qu’il avait sous les yeux comme on le lui avait souvent décrit. Il avait vraiment le sentiment que Norman Osborn s’inquiétait pour Harry, qu’il avait envie de prendre soin. Et cela malgré le léger reproche qu’il lui avait fait précédemment, dépassant vraiment son rôle. Mais il se contentait de réagir sur ce qu’il pouvait souvent entendre de la bouche de son ami.

_________________
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 496

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Ven 27 Nov - 16:37


Quand on rencontre son ennemi sans le savoir
E

n posant une telle question à un ami de son fils, Norman s'exposait bien sûr au fait que le jeune homme pourrait très bien décidé de servir les intérêts de Harry, et donc de dissimuler la vérité. Cela étant, ce n'était pas forcément dérangeant pour autant, après tout, le but n'était pas tant de savoir ce que le fils pensait du père (cela, Norman le savait plutôt bien, en vérité) que de faire comprendre à cet ami que Harry exagérait peut-être ses propos. Il avait une opportunité de se présenter comme un père soucieux de sa progéniture, et au vu de ce qu'il avait fait subir à cette dernière il y a peu de temps, c'était certainement le meilleur jour sous lequel se présenter, afin de réduire au maximum les soupçons qui pourraient bien peser sur sa personne, que ce soit maintenant ou dans les temps à venir. Peter Parker aurait dorénavant deux sons de cloche, à lui de décider de celle qui serait la plus mélodieuse, mais Norman voulait se croire un orateur convaincant. Le simple fait qu'il ait lui-même décidé d'orienter la conversation au sujet de Harry devrait plaider en sa faveur, non ? ... On allait dire que oui. Peter apprit donc à Norman ce que Harry disait de lui, "beaucoup de choses", semble-t-il, le chef d'entreprise était bien tenté d'en demander d'avantage, et que ces termes soient explicités, mais il s'en abstint fort heureusement, ce qui fut finalement décrété était que Harry pensait que son père n'en avait que faire de lui. Norman secoua la tête d'un air désolé en apprenant cet état de fait dont il avait bien l'intention de se justifier, puisque l'occasion lui en était donné.

-C'est complètement faux.
affirma-t-il.

Et, si incroyable cela pouvait-il bien paraître, c'était effectivement faux. Le sort de Harry n'indifférait pas Norman, bien au contraire. S'il se montrait si dur et sévère avec lui, c'était parce que c'était en réalité tout l'inverse. Norman tenait à Harry comme n'importe quel père à son fils, il avait juste envers lui des exigences démesurées, des attentes qui ne le faisaient que reproduire un schéma paternel qu'il avait lui-même bien connu, et ce sans rendre compte. La mort de son épouse avait engendré un déclic. Dans le sens le plus négatif du terme.

-Je dois reconnaître ne pas être le père le plus démonstratif du monde, je lui en demande sans doute beaucoup trop, parfois.
Beaucoup, c'était un doux euphémisme. Mais je tiens sincèrement à lui. Il marqua une pause. Enfin, j'imagine que nos histoires de famille n'ont pas grand intérêt pour toi.

Mais Norman songeait bien rarement à l'intérêt des autres, il tenait néanmoins à ce que cette conversation soit répétée à son fils, qui sait. Même si ce dernier ne changerait pas d'opinion sur le moment, pas tant qu'il ne comprendrait pas que tout ce qu'il faisait, c'était pour son bien. Inutile de préciser que Norman avait des conceptions du bien et du mal très différentes du commun des mortels.




code by Mandy


_________________


“The itsy bitsy spider climbed up the water spout.
Down came the Goblin and took the spider out."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 674

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Mer 23 Déc - 11:51

Norman & Peter
Quand on rencontre son ennemi sans le savoir.
C’était un sujet vaste, Harry et son père. Peter savait depuis le tout début que les relations entre le jeune homme et son père n’étaient pas au beau fixe, il avait souvent entendu son ami se plaindre de l’homme. D’ailleurs, dernièrement, c’était en rapport avec le fait que Norman Osborn ne souhaite pas qu’il fréquente Gwen. Peter ne comprenait vraiment pas pourquoi, mais en même temps il n’avait que la vision des choses d’Harry. Il n’était pas si proche que cela de son ami (qui semblait surtout proche de Gwen et c’était tout), il ne savait pas exactement comment interpréter tous ses propos. Il était difficile de cerner Harry en même temps. Sans que Peter soit vraiment surprit, Norman Osborn affirma que c’était faux, qu’il n’en avait pas que faire de son fils. Il avait l’air vraiment sincère en affirmant cela et l’homme n’avait sans doute aucune raison de ne pas le penser en fait. Il n’avait aucune raison de se justifier auprès d’un ami de son fils, du moins c’était ce que pensait le jeune homme. L’homme se justifia un peu plus, affirmant même qu’il avait en partie une responsabilité dans tout cela. Qu’il n’était pas assez démonstratif, qu’il en demandait trop à son fils. Peter savait bien que les relations avec les parents n’étaient jamais évidentes, qu’il y avait des moments un peu compliqué. Même si de son côté, ce n’était pas avec ses parents, mais avec son oncle et sa tante. Mais Oncle Ben et Tante May s’étaient toujours comportés comme des parents envers Peter, c’était bien plus un père et une mère que ceux qui lui avaient donné la vie en fait et qu’il avait perdu si jeune.

« Ca affecte Harry alors… » Alors même si en effet, le jeune homme ne se sentait pas vraiment à l’aise en cet instant à discuter avec Monsieur Osborn, il ne pouvait pas s’empêcher de s’intéresser quand même. Même s’il ne parvenait pas toujours à comprendre son camarade, il avait quand même à cœur qu’il aille mieux. Et ces derniers temps, il avait visiblement passé une très mauvaise passe. Il ne pouvait pas s’empêcher de se sentir un peu concerné du coup. « Je crois qu’il manque surtout de confiance en lui. Il a vraiment très peu de vous décevoir. » Peut-être que Peter aurait dû arrêter de parer de ça, mais il ne pouvait pas s’en empêcher. En plus, ça pourrait peut-être aider Harry. Visiblement, le jeune homme avait énormément de mal à communiquer avec son géniteur. Peter ne savait pas vraiment jusqu’où il pouvait aller comme ça, mais Norman avait quand même réussi à le mettre assez en confiance. Comme s’ils pouvaient parler assez librement d’Harry. « Il vous en veut énormément de l’empêcher de voir Gwen. »

Peter espérait vraiment que ses propos n’allaient pas apporter des ennuis à son ami, ce n’était vraiment pas son intention. Mais puisque Norman s’inquiétait de ce que son fils pouvait bien penser de lui, c’était sans doute une bonne chose qu’il lui en parle. Ou pas, il verrait bien de toute façon.

_________________
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 496

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Dim 27 Déc - 0:47


Quand on rencontre son ennemi sans le savoir
P

eter n'était sans doute pas outre mesure intéressé par les histoires de famille des Osborn (et d'un autre côté, c'était tant mieux, surtout lorsqu'on savait quelles étaient leurs double-identités respectives - restait à souhaiter qu'ils ne le découvrent jamais), mais il paraissait se sentir en revanche suffisamment concerné par le sort de Harry pour ne pas occulter le sujet et accepter d'en parler plus longuement. De quoi d'autre auraient-ils pu discuter, quoi qu'il en soit, en attendant le principal concerné ? Il était leur seul point en commun... C'était du moins ce qu'ils ne pouvaient que croire, l'un comme l'autre, n'ayant pas conscience de ce qu'ils avaient en vérité en commun... Ne sachant pas qu'ils se retrouvaient l'un comme l'autre face à leur ennemi juré. Alors oui, Harry était au coeur de leur conversation, et Norman écoutait attentivement ce que lui apprenait son interlocuteur, pas tant comme se devrait de le faire un homme qui se soucie sincèrement de son fils unique, plus comme le stratège qu'il ne savait jamais cesser d'être, qu'il soit Norman Osborn ou bien le bouffon vert. Harry manquait de confiance en lui. Sur ce point, Norman était d'accord avec Peter, il ne put d'ailleurs s'empêcher d'acquiescer légèrement à cette remarque. Et à cette absence de confiance en lui, Norman ne cessait de chercher à palier... Il s'avérait seulement que ses méthodes n'étaient pas forcément les plus... admirables imaginables. Il avait peur de le décevoir, et en effet, il le décevait. Mais c'était cette peur, justement, qui le décevait. Il voulait voir en son fils un reflet de lui-même, et pour cela, il devait encore déceler plus d'orgueil et de suffisance. Par l'intermédiaire du Hobgoblin (et quoique Harry, qui ne réalisait pas encore le service qui lui était rendu, puisse en dire), il avait le sentiment de commencer à toucher au but. Autant d'informations qu'il ne pouvait pas partager avec le jeune Peter, bien sûr. Là où, par contre, il pouvait sans mal se montrer bavard, c'était concernant la Gwen Stacy. Visiblement, Harry ne s'était pas privé de parler du petit chantage que son père lui avait fait subir autour de lui. Il ne comprenait décidément pas... Cela viendrait.

-J'ignore ce qu'il vous a dit au sujet de cette jeune femme, mais je pense qu'il aura très largement exagéré les faits.
Non, il ne les avait pas exagérés, c'était bel et bien aussi simple que cela, Norman avait compris la faiblesse de son fils pour la fille du feu capitaine Stacy et avait décidé d'en tirer avantage en l'empêchant de la revoir, ni plus ni moins que cela. Gwen Stacy semble être une jeune femme agréable et très sérieuse. Et en effet, pour la seule fis où tous deux s'étaient adressé la parole, elle s'était montrée d'une infinie politesse. Mais elle aurait pu être la belle-fille idéale que cela n'aurait rien changé à l'attitude et aux positions du chef d'entreprise. Mais les sentiments de mon fils à son adresse lui font plus de mal que de bien, je le crains.

Oui, il sous-entendait clairement ce qu'il lui semblait avoir très exactement deviné. Harry éprouvait plus qu'un simple sentiment d'amitié pour la jeune femme. Que Peter l'ait deviné ou non lui était bien égal.




code by Mandy


_________________


“The itsy bitsy spider climbed up the water spout.
Down came the Goblin and took the spider out."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 674

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Sam 6 Fév - 23:35

Norman & Peter
Quand on rencontre son ennemi sans le savoir.
Peter n’aimait vraiment pas parler ainsi d’Harry à son père, mais il pouvait difficilement refuser de répondre à Norman Osborn de toute façon. Il était évident qu’on pouvait difficilement refuser quelque chose à cet homme. C’était dans sa façon d’être, il avait une prestance hors du commun qui mettait un peu mal à l’aise le jeune homme. Ce dernier avait envie de simplement venir en aide à son ami, peut-être qu’il parviendrait à faire comprendre à son géniteur qu’il cherchait simplement à le rendre fier de lui. Depuis toujours le jeune homme entendait les soucis que son ami avait avec son père, il avait le sentiment que jamais le jeune Osborn n’ait parlé de son père avec de bons termes. C’était dommage, parce qu’Harry avait quand même énormément de chance d’avoir un père encore en vie dans sa vie. Cependant Peter se mêlait sans doute un peu trop de ce qui ne le regardait pas, il aurait dû éviter de mentionner Gwen. Il ne voulait pas attirer plus encore des soucis à Harry, il ne voulait pas que Norman comprenne qu’il continuait à fréquenter la jeune femme à l’école (et même en dehors d’ailleurs). Norman ne manqua pas de relancer la conversation sur ce sujet précis, ne s’&attardant pas spécialement sur le fait qu’Harry manquait de confiance en lui et qu’il avait peur de le décevoir. Norman affirma alors que son fils avait exagéré les faits. Au fond, cela ne pouvait pas vraiment étonner Peter. Harry avait quand même tendance à envenimer les choses.

L’homme poursuivit en affirmant que Gwen semblait être une fille agréable et sérieuse. Peter ne prit pas la peine de répondre, de toute façon on ne pouvait pas vraiment dire qu’il était objectif sur ce sujet. A ses yeux, Gwen était tout simplement parfaite. Mais quand Norman Osborn reprit la parole, évoquant les sentiments d’Harry à son égard, il ne put s’empêcher de se questionner. Ce que l’homme était en train de sous-entendre, c’était bien qu’Harry avait des sentiments plus qu’amicale pour celle qui était normalement juste sa meilleure amie. Du moins, c’était comme cela que Peter le comprenait, mais il ne pouvait pas non plus complètement s’avancer. Peut-être qu’il se faisait des idées.

« Qu’est-ce que vous entendez par les sentiments qu’il a à son adresse ? »

Peter ne savait pas vraiment s’il faisait bien de poser cette question, mais il avait besoin de savoir. Est-ce qu’il pouvait vraiment prendre la parole de l’homme pour acquis, il n’en savait pas plus. Dans tous les cas, il ne pouvait pas ignorer les propos de l’homme et il avait besoin de savoir. Parce qu’en cet instant, il était vraiment en train de se dire qu’Harry aimait Gwen et évidemment, ce n’était pas quelque chose qui lui plaisait. Parker n’avait pas vraiment besoin d’être jaloux, il faisait entièrement confiance à Gwen, mais quand même. Ce n’était pas vraiment agréable de comprendre que quelqu’un avait des sentiments pour sa petite-amie. Et le pire, c’était que ça pourrait expliquer beaucoup de chose.

_________________
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 496

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Lun 8 Fév - 0:16


Quand on rencontre son ennemi sans le savoir
E

n parlant si ouvertement des sentiments que son fils pouvait avoir pour la jeune Gwen Stacy, il est évident que Norman cherchait avant tout à obtenir une réaction de la part de son interlocuteur, à qui il manquait peut-être cette variable pour avoir une vue d'ensemble de la situation, trahissant par la même ce qui était sans doute le secret de sa progéniture (il l'imaginait mal s'épancher sur ses sentiments auprès de qui que ce soit, loin de là), mais s'en moquant bien. S'il pouvait faire mine de se dédiaboliser auprès des amis de son fils, ce ne serait pas un mal. La parole de Harry et la façon dont autrui l'entendait ne pouvaient l'affecter que peu, mais il préférait se mettre ces amis en question dans la poche, cela pourrait toujours lui servir, d'une manière ou d'une autre. Ne serait-ce que pour exercer une certaine pression sur son fils, ni plus ni moins. Visiblement, sa remarque avait effectivement fait mouche, car la réaction de Peter fut sans appel. Il faut dire qu'il lui manquait à lui aussi un élément de compréhension qui ne pourrait pas manquer d'avoir un certain poids. Peter était amoureux de Gwen Stacy. Même, il était officiellement son petit ami. Il allait mettre en place une machination qui dépassait de bien loin ce qu'il s'imaginait en cet instant, et qui ne saurait que lui servir dans l'avenir. Le chef d'entreprise préférait la réflexion à l'impulsion, mais preuve allait en être que l'impulsivité avait parfois ses avantages. Un fin sourire s'esquissa sur les lèvres de Norman à la question de Peter. Il avait forcément compris, mais il se ferait tout de même un plaisir de confirmer ses présomptions.

-Je pensais que tu l'aurais deviné toi-même, Harry n'est pas le plus... efficace, quand il s'agit de gérer ses sentiments.
Ça, c'était peu de le dire, et quiconque connaissait un tant soit peu Harry ne pouvait qu'être pertinemment au courant de tout cela. Norman avait peut-être interprété bien trop rapidement la situation, mais il avait trouvé assez flagrante l'inclination de son fils pour la jeune fille qu'il avait ramené chez eux, une fois. Ce n'était pas pour rien qu'il avait pris quelque mesure radicale le concernant.. Il marqua une légère pause, comme s'il ménageait son effet. Sans doute parce que c'était bel et bien le cas. Harry est amoureux d'elle, j'ai cru que tu le savais.

Manifestement non et, découvrant que le jeune Parker n'avait rien deviné de tout cela (même s'il était suffisamment intelligent pour déduire de lui-même ce qui découlait de cette situation), il aurait certainement dû se taire, mais ce n'était pas son intention. Parce que la curiosité dont avait fait preuve son interlocuteur lui avait laissé croire que la réponse l'intéressait grandement, et pourrait susciter une situation intéressante. Il n'avait même pas idée.




code by Mandy


_________________


“The itsy bitsy spider climbed up the water spout.
Down came the Goblin and took the spider out."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 674

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Lun 7 Mar - 12:09

Norman & Peter
Quand on rencontre son ennemi sans le savoir.
Peter n’aimait vraiment pas comprendre en avance les propos de Norman Osborn, il espérait vraiment qu’il était en train de faire fausse route. C’était bien pour cette raison qu’il questionna un peu plus l’homme sous ses yeux, il avait besoin de savoir exactement ce qu’il sous-entendait par ses propos. Est-ce qu’il était vraiment en train de lui dire qu’Harry était amoureux de Gwen ? Le pire, c’était que maintenant qu’il y pensait, le jeune homme ne pouvait pas s’empêcher de se dire que ça expliquerait pas mal de chose. Mais Peter ne voulait pas s’emballer avant que Norman lui explique un peu plus ce qu’il voulait dire, ce qu’il ne tarda pas à faire même s’il ménagea un peu son effet. L’homme pensait qu’il l’avait deviné lui-même, qu’Harry n’était pas doué concernant ses sentiments. Ca, le jeune homme l’avait compris oui, mais pas la deuxième partie de la révélation qu’il lui confirma ensuite. Harry était amoureux de Gwen… C’était bien ça alors. Peter ne dit rien sur le moment, se contentant d’encaisser un peu la nouvelle. Est-ce qu’il devait vraiment croire les paroles de Norman Osborn ? Normalement non, il devait continuer de se méfier de l’homme, mais quand même. Maintenant qu’il lui disait ça, le jeune homme avait un peu le sentiment de comprendre certaine chose. Comme le fait qu’Harry semblait plus froid encore avec lui depuis qu’il était avec Gwen. Evidemment, il ne pouvait pas se douter qu’ils avaient aussi un instinct tous les deux les poussant à se haïr, au vu de leurs vies cachées. C’était pour ça alors ? C’était parce qu’il était jaloux ?

« Non, je ne savais pas… »

Parvint-il à exprimer finalement, encore perturbé par cette révélation. Au fond, ça ne changerait peut-être pas grand-chose. Peter avait confiance en Gwen, elle l’aimait et il savait bien qu’il n’avait pas besoin de se montrer jaloux. Mais bon, ce n’était pas vraiment agréable d’apprendre que quelqu’un d’autre était amoureux de sa petite-amie, surtout quelqu’un d’aussi proche d’elle. Harry était son meilleur ami, ils passaient énormément de temps ensemble. Ce n’était pas le moment pour lui de devenir paranoïaque non plus. Il devait réserver ça quand il prendrait la décision de s’éloigner de Gwen pour son bien.

« Je suis désolé de vous avoir dérangé. » Dit-il soudainement en se levant. Il agissait peut-être trop brusquement, mais il n’avait pas spécialement envie de rester ici maintenant qu’il connaissait les sentiments d’Harry pour sa petite-amie. Norman ne le comprendrait peut-être pas, mais tant pis. « Est-ce que vous pourrez dire à Harry que je suis passé ? »

Ou pas, il faisait comme il voulait, Peter disait ça simplement pour se montrer cordiale au vu de la manière dont il était en train de prendre la poudre d’escampette. C’était une réaction sans doute idiote, mais le jeune homme savait parfaitement qu’il ne parviendrait pas à être naturel avec Harry. Déjà qu’ils avaient dû mal à se comprendre et à s’entendre, ça allait être bien pire maintenant.

_________________
Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur

avatar

Messages : 496

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   Lun 7 Mar - 18:43


Quand on rencontre son ennemi sans le savoir
P

eter lui confirma ce que Norman ne devinait que trop bien, déjà. Le jeune homme n'était en effet pas au courant des inclinations (avérées quoi qu'il puisse en dire) de son fils pour la jeune Gwen Stacy. Évidemment, le chef d'entreprise ignorait complètement la nature des relations de la brillante étudiante blonde avec son non moins brillant interlocuteur. Il pressentait seulement que cette situation ne laissait pas son interlocuteur de marbre, et si quelque effet appréciable pouvait en découler - qui sache quelque peu remuer son fils - il n'était pas mécontent d'avoir fait ses révélations à son interlocuteur. Il n'y aurait plus qu'à en attendre la portée. Peut-être qu'il ne se passerait rien, c'est vrai. C'était, après tout, assez probable, mais à l'âge où les hormones sont en ébullition et où n'importe quelle déconvenue anodine peut prendre des allures de fin du monde, il n'en fallait parfois pas beaucoup pour mettre le feu aux poudres. Observant la brusquerie avec laquelle le jeune homme prit la décision de prendre congé tout à coup, Norman voulait bien croire, en tous cas, qu'il avait appuyé sur un point sensible. Il aurait été assez tenté d'en rajouter un peu, d'ailleurs, d'insister pour que le jeune homme reste encore un peu, prétextant que Harry ne devrait vraiment plus tarder maintenant, mais il n'avait pas vraiment de raisons de le retenir (en vérité si, il en avait, il n'en avait tout simplement pas conscience. S'il savait à qui il avait affaire à réalité, il était certain que la situation se présenterait d'une manière bien différentes, de même que le seraient les circonstances qui en découleraient). Le mal était déjà fait, après tout.

Norman se contenta d'un simple geste de la tête qui, somme toute, signifiait que ce n'était rien, qu'il ne l'avait pas vraiment dérangé, et qu'il avait été ravi de discuter un peu avec un ami de son fils (oui oui, tout cela en un seul geste) même si, en vérité, le travail l'appelait bel et bien, et son temps était toujours précieuse, qu'il soit employé à s'acquitter très sobrement de son travail ou, plutôt, à baigner dans l'illégalité la plus crasse.

-Je n'y manquerai pas.
affirma-t-il, quand Peter lui demanda s'il pourrait prévenir Harry de sa visite. S'il accordait quelques secondes à son fils pour l'en avertir, c'était effectivement possible.

Sur ce, il serra la main de Peter et lui souhaita une bonne soirée avant que de prendre la peine de l'accompagner jusqu'à la porte. En guise d'ultime formule de politesse, il affirma espérer qu'ils auraient l'occasion de se revoir prochainement. Le fait est que ce serait certainement vrai sans qu'aucun d'eux ne le sache. Où le bouffon vert faisait ravages, l'homme-araignée n'était jamais loin, c'est un fait.






code by Mandy


_________________


“The itsy bitsy spider climbed up the water spout.
Down came the Goblin and took the spider out."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))   

Revenir en haut Aller en bas
 

Quand on rencontre son ennemie sans le savoir (Norman 8))

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» [Poème] - Sans même le savoir - G
» Sejourner seul quand on est mineur?
» Une personne décédée à expedition everest ce matin
» j'ai semble t'il une seagull sans le savoir
» Saint Seiya : Inferno et Elysion

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Infinity :: Résidences :: Résidences :: Maison des Osborn - Manhattan-