This city never sleeps at night | Loki


Partagez | .
 

 This city never sleeps at night | Loki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Invité
Invité

MessageSujet: This city never sleeps at night | Loki   Mer 25 Mar - 18:46

This City Never Sleeps At Night
.





Main sur la poignée, elle se figea doucement. Tourna la tête, fit quelque pas en arrière et revint se placer devant le miroir.

C’était au moins la dixième fois qu’elle passait devant ce satané reflet, et ça faisait au moins dix minutes qu’elle aurait dû partir. Elle était certes prédisposée à arriver en retard, mais là, pour l’occasion, elle aurait préféré être à l’heure… Enfin, peu importait.

Darcy croisa ses propres yeux bleus, et se dévisagea une fois de plus. Elle était bien maquillée : ayant horreur de se cacher derrière mille poudres et artifices, elle avait misé sur la simplicité, jolis yeux, jolie bouche. Un rapide coup d’œil à la barrette de perles dans ses cheveux : pour les trois quarts d’heure qu’elle avait passé à tirer ses boucles brunes, ça pouvait rendre bien, oui. Bon, au moins, elle n’aurait pas besoin de cacher sa tête dans un sac en papier pour y aller.

Quant à la robe… Elle hésita à changer encore une fois. N’était-ce pas un peu trop décolleté ? Juste avant de partir, Jane lui avait assuré que non. Entre temps, Darcy avait revêtu une robe rouge (bien trop formelle, elle n’allait pas à un gala), une robe noire en dentelles (pas adapté), et voilà qu’elle hésitait entre une autre robe rouge et la bleue qu’elle portait actuellement.

Ce rendez-vous était un enfer. Elle rit nerveusement, essaya de se détendre : il n’y avait aucun enjeu. Et dire qu’elle acceptait quasiment un blind date ! Lors de sa dernière discussion labellisée « genre masculin et autres déboires » avec Jane, elles s’étaient amusées à se désespérer mutuellement en se créant des profils sur des sites de rencontre. C’était un pari débilissime : ni elle ni Jane ne se seraient jamais prises au jeu. Darcy n’était pas si désespérée !



Elle n’avait surtout pas prévu de recevoir des réponses. Plusieurs, en fait. Bon la plupart étaient de complets idiots sans intérêt, mais elles s’étaient bien marrées avec Jane à étudier les « profils » de ceux qui les contactaient. D’ailleurs, elles s’étaient aussi bien marrées à imaginer le niveau de désespoir des personnes qui espéraient actuellement qu’un rendez-vous obtenu en ligne avec un sombre inconnu allaient leur donner l’amour de leur vie. Avant de se resservir un grand verre de vin et de boire à la santé de leur célibat et à la longue vie de leur colocation.

Le temps avait passé, cette histoire complètement oubliée, et puis Jane avait annoncé à Darcy qu’elle devait rentrer chez elle voir ses parents. Rentrer pour deux semaines ? Hmm… D’un côté, Darcy était déçue de devoir passer la moitié du mois d'octobre seule alors qu’elles venaient à peine d’emménager ensemble, mais d’un autre côté, elle allait pouvoir avoir leur appartement pour elle toute seule et avancer sur les autres projets qu’elle avait en cours. Quinze jours tranquilles se profilaient à l’horizon… jusqu’à ce qu’elle ne reçoive une proposition de rendez-vous sur le fameux site en question sur lequel Jane et elle s’étaient inscrites. Darcy avait d’abord refusé d’en entendre parler (elle était assez grande pour aller draguer dans les bars ou les bibliothèques toute seule), mais Jane, visiblement ragaillardie par l’idée d’embarrasser son amie, l’avait poussé à accepter.

« Mais ça va pas ? Jamais de la vie… »  « Alleeez ! Ça pourrait être trop drôle ! En plus je pars pendant quinze jours alors… si ça se trouve… »  « Oh ferme-là, Jane. Et si jamais c’est un psychopathe ? S’il me kidnappe ? J’attendrai quinze jours avant que tu t’aperçoives de ma disparition ! »  « … »  « Bon, oui, j’ai mon taser, mais on sait jamais. » « … »  « Tu fais chier. »

Et sur ces paroles élégantes, elle avait consenti avec regret à accepter l’invitation. Bon, officieusement, Jane avait peut-être un peu moins insisté et Darcy avait été un peu plus curieuse, mais pas besoin de le savoir.  

Enfin bref, toujours est-il qu’un rendez-vous avec un inconnu posait de nombreux problèmes. Comment s’habiller ? Il avait fixé la rencontre à 21h00 dans un restaurant qui, selon le site internet, avait l’air plutôt chic : elle espérait en revanche qu’il aurait de quoi régler la note, car vu le lieu, il lui faudrait hypothéquer l’appart pour se payer le menu. Bref. Restaurant chic impliquait qu’elle devait laisser tomber son jean favori et son pull bleu et ses bottes montantes. Restaurant chic impliquait robe + coiffure + tout le bordel et franchement ? Elle n’était pas psychologiquement prête. En plus, elle devait rester un minimum sobre : elle n’avait pas trop l’intention de s’éterniser. Disons que plus l’heure fatidique approchait, plus elle se forçait à y aller. Et du coup, ça faisait trois heures qu’elle hésitait sur la couleur de la robe, et son impatience finit par avoir raison d’elle. Allez, fuck. De toute façon elle pourrait toujours abréger la soirée en claquant des doigts et en se sauvant discrètement, donc voilà voilà.

Elle enfila son manteau, ses gants, son écharpe, et descendit dans la rue héler un taxi. N’empêche, elle ne put réprimer un petit sourire de contentement en annonçant la destination, dans Manhattan. Clairement, elle n’avait jamais été invitée dans un endroit pareil.

Avec chance, elle arriva à l’heure (les vingt dollars agités sous le nez du conducteur pour qu’il prenne cette foutue rue déserte en contresens y étaient peut-être pour quelque chose) : faisant claquer ses talons sur le parvis, elle s’arrêta, le souffle coupé. Woooh. C’était magnifique. Intimidée, elle tenta de ne pas faire demi tour pour rentrer, se mettre en pyjama et enfoncer sa tête dans un oreiller : rassemblant son courage, elle se présenta jusqu’à la porte de l’établissement qu’elle n’eut même pas à pousser, puisqu’un gugus habillé en pingouin vint le faire pour elle. Elle sourit maladroitement. Elle ne savait même pas que ce… bâtiment existait à New-York ! Enfin, elle supposait qu’il y avait plus, mais pour un événement comme celui-ci, c’était… trop. On lui sourit à la réception, puis on lui indiqua une table.

Bon. Visiblement, elle était même en avance. Aaaaaaaaaaaaaaaah. Elle s’installa, le regard hypnotisé par la flamme de la bougie qui trônait sur la table. Voilà… plus qu’à attendre. Elle sortir son téléphone pour envoyer un message S.O.S. à Jane, mais pas de réseau… et hors de question de ressortir. Elle était dans un trois étoiles au moins, pas dans le bar du coin de la rue.

Allez, Darcy. Ça va aller. Elle n'avait plus qu'à attendre que... l'autre arrive. Et si personne ne venait ? Et si c'était un piège ? Ou une farce ? Et si, et si...

Gosh, elle haïssait les online dates.


Dernière édition par Darcy Lewis le Dim 21 Juin - 23:40, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Mer 25 Mar - 19:49



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Midgard avait beaucoup changé depuis la dernière fois qu’il s’y était rendu, Loki pouvait difficilement dire le contraire. Au revoir les huttes de pierres et de bois et les pillages de village suivit de grands festins vikings. Bonjour les gratte-ciels, les guerres au napalm et les soirées devant « L’incroyable famille Kardashian ». Autant dire que le changement était tout de même radical. Mais ce qui ne cessait encore d’étonner l’Asgardien, c’était l’avancée technologique qui avait été fait en l’espace d’un millénaire. Pour le coup, les Midgardiens avaient réussi un véritable tour de force.

Peu désireux de vivre dans le confort rudimentaire d’une cabane construite dans les bois, d’autant que la construction sauvage de ce genre d’édifice était semble-t-il illégale désormais, Loki avait opté pour le plan B qui avait tout simplement consisté à soumettre à sa volonté un étudiant des plus transparent qui avait l’avantage de n’avoir aucun amis et surtout de vivre dans un petit appartement payé par ses parents où personne ne venait jamais le déranger. Ce dernier lui avait apprit, avec un immense enthousiasme, les rudiments de l’utilisation de la télévision, d’internet et du micro-onde entre autre avant que Loki, craignant que cet idiot ne finisse par craquer et lâcher le secret pour se mettre enfin en valeur, ne lui ôte la vie, non sans le remercier avant de son enseignement.

Après avoir lu en large en long et en travers les recherches de Jane Foster, Loki avait commencé à mettre une ébauche de plan en place mais pour réaliser ses plans, il lui faudrait de l’aide. Or, il ne connaissait personne sur ce monde, c’était à peine s’il comprenait son fonctionnement. Franchement ? Midgard devait bien être la seule planète de l’Yggdrasil à être en guerre… Avec elle-même. Il commençait à comprendre pourquoi est-ce que Odin avait finalement décidé de laisser les Midgardiens se débrouiller seuls.

Ainsi, les jours passèrent. Plus à l’aise avec cet engin que son ancien mentor avait appelé ordinateur – une sorte de version très ancienne des systèmes de données Asgardiennes – Loki commença à apprécier ce système de recherche appelé Google à un détail près, ces saletés de « pages » apparaissant à tout moment, le plus souvent montrant des images de femmes très dénudées dans des postures que même les servantes d’Asgard refuseraient de prendre.

Et puis un jour, par accident, il cliqua sur un pop up lui annonçant que de nouveaux profils correspondant à ses recherches étaient disponibles. De toutes évidences, l’ancien propriétaire des lieux comptait sur internet pour trouver l’amour. Pas le moins du monde intéressé, Loki allait refermer la page quand une photo attira son attention. De grands yeux bleus, des lèvres pleines, un sourire mutin… Darcy Lewis.

Il ne fallut que quelques minutes pour que Loki voit enfin apparaitre la solution au problème qui l’empêchait d’avancer dans ses plans et cette chère Darcy Lewis pouvait l’y aider à condition de savoir la motiver.

Ainsi, sous le couvert d’un profil fictif sans photo qu’il avait un peu galérer à créer pour l’occasion, Loki lui envoya un message lui signalant que son profil lui plaisait mais que ne croyant pas à la froideur des messages écrit, il lui proposait directement un rendez-vous.

Bien sûr, au vue des goûts du « Dieu », il opta pour un restaurant luxueux, profitant de ce petit bout de plastique magique contenant de l’argent mit dessus tous les mois par les parents de celui que tout le monde pensait encore vivant.

Le soir du rendez-vous, Loki avait prit la peine de transformer sa tenue certes habituelle pour son monde d’origine mais peu commune ici en un costard noir et une cravate verte foncée, tenue sobre et élégante bien plus discrète malgré ses cheveux long plaqués en arrière.

On lui conduisit à la table où son rendez-vous l’attendait déjà et il eut un petit sourire en découvrant Darcy de dos quand il se rapprochait. Décidément, la surprise allait être des plus complètes. Faisant signe au placeur de s’en aller, Loki se pencha doucement sur l’épaule de la jeune femme qui l’attendait pour murmurer à son oreille, tout en effleurant son épaule du bout des doigts.

Soyez gentille et ne m’obligez pas à vous ligoter et bâillonner à nouveau ou à vous courir après suite à une scène, j’ai peur que cela ne fasse mauvais genre en ces lieux.

Avec un sourire amusé et un brin moqueur, il contourna la table et vînt s’installer face à elle comme si de rien n’était.

Vous vous êtes vraiment mise en beauté ce soir, j’en suis flatté.


Et là pour le coup, il était sincère.

copyright crackle bones


_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Mer 25 Mar - 23:04

This City Never Sleeps At Night
.






Le calme s’était enfin fait en elle, calmant les battements alarmés de son cœur et ses pensées confuses. Il n’y avait pas de raison que ça se passe mal. Elle savait – non, elle sentait – qu’elle avait fait une erreur en venant ici et en acceptant ce « rendez-vous » pour prouver à Jane qu’elle était capable de tout. C’était réglé : dès qu’il arriverait, elle annoncerait à son rendez-vous qu’elle avait un grave imprévu et qu’elle ne pourrait pas rester. C’était lâche, mais elle se sentait mal à l’aise et n’avait pas envie de mener la soirée au désastre. Elle pouvait se montrer extrêmement séductrice quand elle en avait envie, mais au mieux pourrait-elle saluer l’homme qu’elle attendait… Non, ce n’était pas la peine de s’acharner.

Darcy sentit sa présence dans son dos quelques secondes trop tard, ses lèvres effleurant son oreille, une légère caresse sur l’épaule. Son corps se raidit, et elle pâlit brusquement.

« Soyez gentille et ne m’obligez pas à vous ligoter et bâillonner à nouveau ou à vous courir après suite à une scène, j’ai peur que cela ne fasse mauvais genre en ces lieux. »

Elle ne sursauta pas, resta figée sur place, livide, la bouche légèrement entrouverte, si choquée qu’elle en oublia de respirer ; n’eut pas besoin de se tourner vers lui, regarda seulement impuissante son sourire moqueur s’installer en face d’elle.

Elle ferma les yeux deux secondes, mais lorsqu’elle les rouvrit, il était toujours là. « Vous vous êtes vraiment mise en beauté ce soir, j’en suis flatté. »

« … Loki… » Elle ne put que murmurer son nom, et du même coup, recommença à respirer alors que son cœur s’affola, et que son cerveau tentait vainement de chercher une explication plausible. Elle se sentait très, très mal – et le blush sur ses joues n’y faisait rien : elle devait être blanche à faire peur.

Ce n’était pas possible. Ce n’était pas rationnel. Ça n’avait aucun sens. Et pourtant… elle avait entendu sa voix, elle le voyait de ses propres yeux. Il ne portait pas ses habits asgardiens de la dernière fois, mais était habillé… normalement. D’une élégance irréprochable, ce qui n’était guère surprenant de sa part. Il semblait attendre une réaction de sa part, mais elle ne pouvait juste pas penser : le choc était trop grand.

Deux mois environ avaient passé depuis leur rencontre inopportune, depuis qu’il l’avait humiliée et littéralement prise en otage dans les locaux de travail de Jane. Depuis qu’elle l’avait sciemment laisser voler des documents en principe confidentiels et qu’elle l’avait, sans rien pouvoir faire, laissé sortir comme il était venu : en ombre silencieuse. Impossible de l’effacer de ses pensées la première semaine : elle devait se rendre à l’évidence ; elle attendait quelque chose, un signe, n’importe quoi. Elle aurait voulu un bête retour. Savoir qu’elle n’avait rien imaginé et qu’ils avaient bien été en contact. C’était futile et c’était typiquement humain, mais elle ne concevait pas de faire une rencontre aussi extraordinaire – et donc privilégiée – sans lui donner de suite. Et pourtant, la vie quotidienne avait repris son cours, et l’événement peu à peu oublié. De toute façon, il n’y avait rien à en attendre et depuis longtemps, Darcy avait appris à tourner la page rapidement, à passer à autre chose, à ne pas se laisser torturer par les choses passées. Comme beaucoup d’incidents, elle avait relégué la visite de Loki dans un coin lointain de son cerveau, certaine de ne pas devoir mobiliser ces souvenirs avant un bon moment.

Décidément, il arrivait toujours au moment opportun pour tout faire exploser en mille morceaux.

Et COMMENT avait-il appris à se servir d’Internet ? À aller sur des sites de rencontre ? Il n’allait pas lui faire croire qu’il avait créé un profil avec sa meilleure copine pour s’amuser ? Il était peut-être pervers et rusé mais de là à créer un faux profil d’étudiant tout à fait plausible ? Et… Et comment nom de Dieu était-il tombé sur ELLE ? Il ne l’avait pas cherché, quand même ? C’était carrément embarrassant que parmi les sept milliards de personnes vivant sur Terre ce soit un dieu nordique (non, CE dieu nordique) qui soit tombé à un instant T sur son profil à elle. Oui d’accord elle avait posté une photo de Thor sur Facebook lors de sa visite sur Terre mais voilà, son frère n’était pas obligé de vouloir en faire autant ! Atroce. Dès la seconde où elle serait dehors, elle proscrirait à jamais de sa vie ces sites à la con, ça ne faisait aucun doute. Du coin de l’œil, elle aperçut son téléphone s’allumer : un message de Jane, pour lui souhaiter courage. Tu parles… il allait lui falloir plus que du courage pour parvenir à sortir indemne d’ici – émotionnellement parlant.

En attendant, Loki paraissait tout à fait détendu, sûrement très fier de son petit trick. Darcy se demanda brièvement combien de temps il lui faudrait pour se jeter sur lui et l’étrangler… Bon, elle n’avait aucune chance, mais ça valait le coup d’essayer non ? Une bonne minute avait dû passer depuis que Loki s’était dévoilé, et hormis son nom, elle n’avait toujours rien prononcé. Ça n’augurait rien de bon. Où était passé sa répartie légendaire ?

Oh, wait. Elle se trouvait dans un restaurant des plus chics au cœur de Manhattan, avec Loki Odinson en guise de date. Sa répartie acerbe avait dû se perdre quelque part entre les deux éléments centraux de cette phrase – d’ailleurs, elle entendit à peine le compliment. Heureusement, parce-qu’elle n’avait pas besoin de virer au rouge pivoine, là. Okay, promis, elle n’allait pas crier, elle n’allait pas courir, elle n’allait pas faire de scène : simplement se lever lentement, doucement, et partir aussi vite que ses hauts talons le lui permettaient.

… euh, oui, mais après avoir appris ce qu’il faisait là. Visiblement il ne s’était pas trompé, c’était bien lui son soi-disant rendez-vous, mais ça n’expliquait en rien sa présence. Elle s’éclaircit la gorge.

« Bonsoir à vous aussi, Loki. Youpi, quel bon début ! Polie et tout… et elle était quasiment sûre d’avoir l’air à peu près froide, c’était parfait. Il ne serait pas en état de deviner le bordel à l’intérieur. Surtout qu'elle avait réussi à prononcer son nom sans que sa voix ne fléchisse, cette fois. Trop cool. Ne vous en faites pas, je n’ai rien d’une fille de mauvais genre », tenta-t-elle avec un sourire qu'elle voulait entendu, malgré les infimes tremblements de sa voix. Elle ne fit pas l'effort de le regarder dans les yeux, sachant à quel point cela serait perturbant : elle fixa donc le pied de son verre, haussant les sourcils comme si de rien n'était. « Okay, soyons honnêtes, je préférerais abréger immédiatement la soirée avant que ça ne tourne mal, mais j'ai deux questions. Je suppose que vous n’êtes pas revenu pour mes beaux yeux, donc, primo, que faites-vous ici, et deuxio, bordel, quand avez-vous appris à utiliser Internet et depuis quand exactement êtes-vous revenu ? »

Elle ne savait pas si son petit numéro de bluff « je-gère-la-situation » marchait avec lui, mais elle devait essayer, sinon, c’était la porte ouverte au chaos. Et elle savait que si elle s’attardait, vu le contexte et le charme empoisonné de son interlocuteur, il lui faudrait bien plus de forces que la dernière fois pour lui tenir tête, surtout qu’elle n’était absolument pas préparée psychologiquement à une telle entrevue.

Allez, Darcy. Hauts les cœurs.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Jeu 26 Mar - 14:50



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Tranquillement, le plus tranquillement du monde, Loki s’installa à table, ramenant sa chaise, observant le verre à pied encore vide, regardant les lieux autour de lui avant de reporter son attention sur sa charmante voisine. Des gestes criant de naturel qu’auraient n’importe quel homme arrivant au restaurant pour un rendez-vous galant. Rien en lui ne laissait deviner la moindre nervosité. Bien au contraire, il semblait curieusement dans son élément et pourtant le restaurant ne ressemblait à rien des tavernes vivantes et bruyantes dont il avait eu l’habitude sur Asgard. Mais c’était là une des caractéristique de Loki, toujours donner l’air d’être parfaitement à l’aise et à sa place, peu importe le lieu et la situation.

Il n’était pas pressé, ils avaient toute la soirée. Ainsi, il attendit tranquillement que Darcy reprenne ses esprits et cesse de le regarder comme si elle se retrouvait tout à coup face à un fantôme. Il se doutait bien que les circonstances étaient de loin les dernières dans lesquels elle aurait pu croire le revoir un jour mais Loki devait admettre qu’un bon repas était quand même plus appréciable qu’un enlèvement et des cookies. Et sa patience fut récompensée quand elle sembla enfin retrouver la parole.

Elle n’eut aucun hurlement, aucune menace ni insulte contrairement ce à quoi il s’était attendu et préparé. Mais elle ne le regardait pas pour autant, ce qui fit sourire l’Asgardien. Visiblement, il lui avait fait une forte impression à leur première rencontre et ça aussi, c’était plutôt flatteur.

Cela fait trois questions très chère, lui répondit-il gentiment avant de tourner son regard vers le serveur qui venait leur apporter les cartes et leur proposer les vins.

Le vin, voilà au moins une boisson commune à tous les mondes que Loki avait pu visiter au cours de son existence et même s’il devait admettre s’être découvert un certain attrait pour le coca cola, rien ne remplaçait un bon vin. Avec une courtoisie d’un naturel plutôt irréaliste de la part d’un type qui ne faisait encore que découvrir ce monde, Loki passa commande en « s’en remettant aux compétences » du serveur avant de se tourner à nouveau vers Darcy au départ de ce dernier.

Pourquoi vouloir abréger la soirée ? N’est-ce pas mieux ici qu’un thé et des cookies coincée sur votre lieu de travail ? Voyez le bon côté des choses, si je m’en prends à vous ici, je me retrouverai dans une situation délicate avec un certain nombre de témoins à éliminer. Non pas que cela soit véritablement un problème en soit mais j’ai peur que les caméras de sécurité dissimulées à différent endroits ne jouent en ma défaveur.

Loki avait dit cela en se penchant un peu sur la table, baissant sa carte pour observer Darcy tout en parlant à voix basse sur le ton de la confidence presque amusée. Mais c’était la vérité. Jane et Darcy étaient au courant de sa présence sur terre mais pour n’avoir vu nulle part d’avis de recherche ni entendu parler de la menace qu’il pouvait représenter, Loki en conclut qu’elles n’avaient eu personne à qui en parler. Ainsi, sa présence sur Midgard était encore secrète et il n’avait pas envie que son visage soit aussi rapidement connu des autorités. Après tout, d’après ce qu’il en avait vu au cours de ses recherches, pour les humains, l’idée de l’apparence qu’ils se faisaient «du Dieu Loki » n’était certes pas toujours des plus flatteuses pour lui mais au moins lui permettait de passer totalement inaperçu même dans les lieux publics pour le moment.

Pour répondre à vos questions
, reprit-il en se redressant tout en parcourant la carte. Je ne suis pas revenu compte tenu du fait que je ne n’ai jamais pu repartir.

Et ce malgré les notes volées. Mais les notes en questions n’étaient que des équations sur du papiers, rien de plus.

Et sérieusement ? Une des premières questions que vous vous posez en me revoyant est de savoir quand j’ai appris à me servir d’internet ? Soit… J’ai appris durant les dernières semaines, c’est un outil fascinant et n’ayez donc pas l’air aussi surprise, je vous rappelle que même si cela semble difficile à croire quand on à côtoyer mon frère et son intelligence plus que limitée, je viens d’un monde où l’avancée technologique est largement en avance sur la vôtre. Ce n’est pas un objet aussi archaïque qu’un ordinateur qui va m’effrayer
, ponctua-t-il en refermant la carte, posant son regard sur Darcy.

Etrangement, il était plutôt content de la revoir. Malgré les circonstances, son fort tempérament l’avait beaucoup amusé lors de leur rencontre. Elle avait été à l’opposé des jérémiades de Jane Foster. D’ailleurs, cela ne rendait que plus amusant encore son comportement en cet instant. Elle lui donnait l’impression d’hésiter entre vouloir en savoir plus et lui balancer toute la vaisselle à la figure mais sans jamais oser enfin le regarder dans les yeux.

copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Jeu 26 Mar - 21:15

This City Never Sleeps At Night
.





Vu de l’extérieur, la situation semblait la plus normale au monde. Un rendez-vous galant entre deux adultes élégants et courtois, assis à la table d’un grand restaurant pour passer une agréable soirée. Lorsque le serveur s’avança pour leur tendre la carte des vins, Loki avait déjà émis une remarque. Aucune agressivité dans sa voix, aucune nervosité, non : contrairement à leur première rencontre qui l’avait poussé à se montrer… défensif, il semblait parfaitement savoir où il mettait les pieds, ce qui n’était pas sans déstabiliser la jeune femme. Elle lui enviait son naturelle habilité, mais elle n’était pas dupe : Loki n’avait rien d’un homme ordinaire, et pour un dieu de la ruse et du mensonge, c’était le minimum qu’elle pouvait attendre. De même, elle ignora soigneusement le « très chère », qui s’il la fit sourire intérieurement, se conformait à sa ligne de conduite : ne pas se laisser berner pas ses belles paroles. Elle haussa les sourcils de soulagement lorsque le serveur partit : sans rire, elle allait besoin de beaucoup de vin pour passer la soirée. Et ça venait d’une experte en la matière, qui ne buvait presqu’exclusivement du vin en soirée. Ou pas en soirée, d’ailleurs.  

Elle vit du coin de l’œil Loki se pencher vers elle, mais Darcy garda ostensiblement les yeux fixés sur un coin de la nappe. Elle ne se sentait pas prête à l’affronter physiquement. Oui, elle savait pertinemment que ça indiquait au mieux une situation de gêne au pire une très claire intention de fuite, mais si elle se confrontait à Loki sans y être un minimum préparée, ce serait un désastre. Elle gardait en mémoire l’amertume de la dernière fois, et regrettait de s’être laissée si facilement manipulée – tout en ayant vraiment cru à un moment donner maîtriser la partie. Cette fois-ci, puisque l’occasion se présentait, elle arriverait à être autre chose qu’une poupée de chiffon. Au fond d’elle, elle se doutait qu’à sa place, personne n’aurait su vraiment empêcher le dieu d’atteindre son objectif, mais ce n’était pas non plus dans les cordes de Darcy d’accepter les défaites.

Elle fit la moue en entendant son premier élément de réponse. Pourquoi vouloir abréger la soirée ? Ha ha ha. De toute évidence elle ne comptait pas repartir avec lui (… pas dans ce contexte-là, mais ça ne changeait rien), et elle était encore trop confuse et vexée pour vouloir engager la conversation. Oooh… attendait-elle des excuses ? C’était débile.
Darcy réfléchit rapidement : pour une fois que Loki se manifestait, autant en profiter. De toute évidence il faisait partie de ceux qui vous trouvent, pas de ceux que l’on cherche. Donc… si elle le pouvait, autant essayer d’exploiter la situation non ? Enfin, si elle parvenait à recouvrer l’entièreté de ses capacités cérébrales, elle serait en mesure de faire… quelque chose. D’utile. N’importe quoi.
Elle ne répondait toujours pas, mais renversait clairement le rapport de forces – dans sa tête au moins. Bien. Elle le voyait parcourir la carte et continuer ses explications d’un air parfaitement nonchalant – que c’était rageant… - et ainsi il semblait décidé à rester. Très bien. Il voulait jouer ? Elle allait se prendre au jeu.

Le terrain sur lequel elle s’engageait serait glissant et dangereux, mais elle n’avait pas d’échappatoire, et elle devait avouer que la surprise passée, sa légendaire curiosité recommençait à la titiller.

Écoutant les mots de Loki, elle en déduisit que sa présence sur Terre était toujours inconnue. Et qu’il ne prendrait pas le risque de tuer qui que ce soit… ? Enfin, elle l’espérait. Certes, elle connaissait ses tendances meurtrières de masse pour avoir failli en faire les frais au Nouveau-Mexique, mais là… Darcy repoussa la petite voix qui lui demanda pourquoi elle n’avait pas averti le S.H.I.E.L.D. de la présence du dieu sur Terre. Elle ne voulait pas y réfléchir maintenant, elle devait se concentrer.

Et woh, il n’était pas reparti ? Donc les notes de Jane ne l’avaient pas aidé ? Ah, super, il allait pouvoir les lui rendre.

Darcy porta sa main devant sa bouche pour tenter de cacher son sourire lorsqu’il manifesta son étonnement à propos d’Internet. Question légitime en soi : ne serait-il pas étonné si sur Asgard elle apprenait à se servir de… euh, peu importe quelle technologie étrangère (enfin, si jamais elle y mettait les pieds) ? La dernière phrase lui fit lever les yeux, ironiquement – et pour la première fois elle croisa le regard de Loki. Maintenir son petit sourire semblait plus difficile soudain, et elle plaça sa main sous son menton, pour être sûre de pouvoir soutenir le perçant regard émeraude qui semblait la scanner.  

Darcy déglutit, respira. Evidemment, il fallait toujours qu’il ramène tout à sa soi-disante supériorité… gosh, que c’était agaçant. Elle balaya ses affirmation d'un air gentiment condescendant. « Mais bien sûr… Enfin, peu importe. Du coup, puisque vous m’invitez si gentiment, je suppose que nous allons pouvoir discuter de la raison effective de votre présence ici. Les notes de Jane étaient-elles incomplètes ?, insinua-t-elle d’un air innocent qui se voulait moqueur. Bien faaaaaait, bien fait pour lui s’il n’avait pas trouvé ce qu’il voulait. Je suis désolée, mais je n’ai pas le reste sur moi. Il va falloir vous contenter de ma simple présence et de mes bavardages. Ça ira, vous survivrez ? » Très évidemment, elle se mettait sur la défensive, était bien plus mordante qu’elle ne l’aurait souhaité. Bah, de toute façon, ça n’avait pas l’air de le rebuter. Satisfaite, elle prit la carte pour se donner un air – nul besoin de préciser qu’elle n’avait pas très très faim. Pfiou, c'était vraiment difficile de soutenir son regard. Plus difficile que la dernière fois - elle n'était pas aussi fatiguée, et surtout, sous les lumières du restaurant, elle distinguait parfaitement son visage. Et ça lui semblait évident : il était magique. Ça se voyait sur chaque centimètre de son visage, il n'avait rien d'ordinaire. Il avait beau avoir changé d'apparence, mais en jetant un rapide coup d'oeil aux autres clients, elle devait avouer que Loki était celui qui dégageait l'aura la plus forte. Bon, d'accord, c'était agréable pour elle de se sentir presque enviée par les regards des autres, mais ça aurait été encore plus agréable si la situation réelle n'était pas celle-ci. Si elle n'avait pas en fait envie de lui balancer le prochain verre d'eau à la figure.

« En tous cas vous auriez pu apporter des fleurs, mais je suppose que ça ne se fait pas sur Asgard », conclut-elle, nonchalante.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Dim 29 Mar - 15:57



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Contrairement à leur première rencontre, celle-ci avait été planifiée par Loki. Il ne s’était pas fait surprendre par hasard par Darcy. Ainsi, il était bien plus détendu et à son aise. Il l’était toujours quand il maitrisait la situation et il la maitrisait parfaitement. Le lieu était public, il comptait là-dessus pour mettre Darcy en confiance. Mais il comptait surtout sur l’élément de surprise, le fait que la situation puisse être suffisamment incongrue aux yeux de la jeune femme pour la déstabiliser et donc l’empêcher de trouver assez de repères pour garder levée sa garde.

Il ne pouvait en jurer mais cela lui semblait fonctionner. Darcy avait mit plusieurs très longues minutes avant d’enfoncer oser le regarder et elle peinait à retrouver ce mordant qu’elle avait eu sous la colère lors de leur première rencontre. Cela lui permettait de garder l’avantage sur elle. Du moins pour le moment car même s’il était confiant, Loki n’avait pas oublié le tempérament explosif de la Demoiselle.

Il eut un petit sourire amusé quand elle lui répondit avant de se cacher derrière la carte des menus qu’elle leva plus que nécessaire, comme pour ériger un mur entre eux deux.

Des fleurs ? Pourquoi par Odin aurais-je apporté des fleurs ?


La question était légitime. Les bouquets de fleurs décoratifs existaient aussi sur Asgard mais cependant, ce n’était là qu’un effet décoratif. Les bouquets de fleurs ne s’offraient généralement pas, encore moins lors d’un rendez-vous étant donné que du coup, ils se retrouveraient avec un bouquet de fleurs agonisantes sur les bras toute la soirée.

Quant aux notes de votre amie, elles sont très complètes, je vous rassure. Maintenant le problème qui se pose est que je ne suis pas un scientifique et c’est pour cela que je vous ai invité ce soir. Je peux avoir les moyens nécessaires mais je reconnais que je suis coincé en ce qui concerne le recrutement si je puis dire. Internet est un outil formidable mais pas aussi efficace que des conseils dirons-nous plus aviser.

N’appréciant que moyennement de parler au dos d’une carte et non a Darcy, Loki tendit la main pour gentiment mais fermement l’obligé à baisser son paravent improvisé. La manipulation était un art délicat et demandait le plus souvent un contact visuel pour être véritablement efficace. Et il devait également admettre qu’il préférait voir le visage des gens quand il leurs parlait, surtout quand il se trouvait face à une séduisante jeune femme.

N’êtes-vous donc pas fatiguée de toujours devoir rester dans l’ombre de Jane Foster ? N’avez-vous jamais eu envie de diriger votre propre équipe dans un travail de recherche de grandes envergures qui changerait radicalement et pour de bon l’histoire scientifique de votre monde ? Et je ne parle pas uniquement des théories restant éternellement sur papier de votre amie mais bien de faits concrets, de mises en œuvre réelles.


copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Mar 21 Avr - 12:18

This City Never Sleeps At Night
.





Combien de minutes s'étaient écoulées depuis que Darcy s'était assise ? Depuis qu'elle était partie ? Depuis qu'elle avait décidée d'aller à ce satané rendez-vous ? Et combien de temps encore depuis que son esprit oscillait entre plusieurs états extrêmement contradictoires ?  

Elle sourit à la réponse confuse de Loki. Non, pas de fleurs, du coup. Il lui faudrait encore quelques mois pour se fondre dans la masse des humains. Bizarrement - car la comparaison n'avait rien à voir avec rien - il lui rappelait un peu Steven Rogers, dont elle se chargeait personnellement de la nouvelle éducation... Bon, les hommes offraient toujours des fleurs, au début où à la fin du siècle, mais certaines choses n'étaient pas encore acquises pour lui. Il n'aimait pas spécialement l'avouer, mais il avait encore des progrès à faire. Comme Loki...

Toujours à moitié cachée derrière la carte, elle écouta la réponse sérieuse de son interlocuteur avec attention. Notes complètes ? Bah tiens, manquait plus que ça, encore heureux qu'elles étaient complètes ! Vu le temps que Jane passait à gribouiller sur des millions de feuilles de papier que Darcy avait la lourde tâche de collecter, assembler, retaper ou réécrire au propre, et compléter avec les travaux ultérieurs, il y avait plutôt intérêt à ce que le travail soit de qualité. Enfin, elle n'y comprenait pas toujours grand chose mais ça lui semblait quand même vachement bien fait. Par contre, elle ne put s'empêcher de sourire largement quand Loki lui annonça tout à fait solennellement qu'il n'était pas un scientifique et que c'était pour cela qu'il l'avait invité. Ha ha ha. C'était trop drôle. Ne l'avait-il pas remarqué la dernière fois ? Darcy était la gigantesque fraude dans le gigantesque système scientifique dans lequel elle gravitait. Encore une fois (ça commençait à faire beaucoup), son sourire trembla et s'évanouit quand la main de Loki lui saisit le poignet pour l'obliger à le regarder.

Elle ne s'habituait toujours pas à ses yeux verts, mais, curieuse de savoir ce qu'il lui voulait (enfin ce qu'il voulait à sa prétendue compétence scientifique en réalité inexistante), elle tenta de tenir bon. Damn, que c'était difficile. Aaah.

« N’êtes-vous donc pas fatiguée de toujours devoir rester dans l’ombre de Jane Foster ? » ... pardon? Elle cligna des yeux, une fois, deux fois. « N’avez-vous jamais eu envie de diriger votre propre équipe dans un travail de recherche de grandes envergures qui changerait radicalement et pour de bon l’histoire scientifique de votre monde ? » Mais... Quoi ? « Et je ne parle pas uniquement des théories restant éternellement sur papier de votre amie mais bien de faits concrets, de mises en œuvre réelles. »

La douceur de sa voix, la profondeur de son regard, la dureté de ses paroles. Elle resta un instant très confuse ; ce fut ce moment que le serveur choisit pour venir prendre leurs commandes. Oh, belle illusion : il tenait toujours son poignet mais moins fermement, leurs visages n'étaient pas si loin l'un de l'autre... C'était absolument n'importe quoi. N'importe quoi. Elle entendit vaguement Loki répondre au serveur, ne savant pas trop s'il avait commandé ou s'il lui avait demandé de revenir. Elle s'en fichait.

N’êtes-vous donc pas fatiguée de toujours devoir rester dans l’ombre de Jane Foster ?
N’êtes-vous donc pas fatiguée de toujours devoir rester dans l’ombre de Jane Foster ?
N’êtes-vous donc pas fatiguée de toujours devoir rester dans l’ombre de Jane Foster ?

Elle retira violemment sa main, enfin. Le dégoût dans ses yeux bleus, le choc sur ses lèvres tremblantes. Elle n'avait plus peur, elle n'était plus intimidée. Darcy se sentait révoltée. Elle s'adressa au dieu avec une voix calme et froide, qu'elle n'avait pas encore eu l'occasion d'utiliser en sa présence - une attitude qu'elle ne revêtait pas souvent, en général. « Comment osez-vous...? Jane est mon amie. C'est ma meilleure amie. C'est... c'est ma soeur. » Elle sentait la colère serrer son coeur. « Et je ne suis pas une scientifique ! » Elle avait haussé la voix, attirant le regard désapprobateurs de leurs voisins. Elle reprit son souffle, tenta de se calmer. « Je suis une... une quoi, au juste ? Une étudiante, une paumée, une assistante ? ... je n'ai rien à voir avec une scientifique. Une vraie. »

En fait, ce n'était pas inexact de dire que Darcy avait acquis de légères compétences en physique et en maths, mais ça ne suffisait pas à faire d'elle un génie : elle n'était qu'une étudiante en sciences politiques, et aussi bonne soit-elle dans sa matière, elle savait pertinemment qu'elle n'accomplirait pas de miracles. Travailler pour Jane s'était révélé être une véritable aubaine et après avoir découvert l'univers d'Asgard, Thor, et entrevu les secrets que couvaient le S.H.I.E.L.D., elle n'avait pas l'intention de tout abandonner. Elle aimait ce qu'elle faisait, même si ça avait de nombreux désagréments.

Darcy pouvait dire que Loki était interloqué par son soudain énervement, mais elle n'avait pas envie de s'arrêter. En fait, elle sentait même qu'elle devait se justifier.

« Je ne sais pas pour quoi vous me prenez, mais je ne lui tournerai pas le dos. Certes, on n'est pas toujours sur la même longueur d'onde et je mentirai si je disais que je ne l'enviais pas, mais rester avec elle, c'est mon choix. Et c'est comme ça que ça marche ! On ne peut pas tout avoir. Je ne veux pas tout avoir. Ce qui est intéressant c'est de se confronter à ses propres difficultés et de résoudre ses propres défis. Je n'abandonnerai pas Jane parce-que moi, pauvre petite Darcy, je suis un peu perdue. J'ai peut-être parfois envie de l'étrangler, mais Jane m'aide. C'est mon amie. Je ne la laisserai pas tomber. Vos mises en oeuvre concrètes, gardez-les pour vous. Il va falloir être plus persuasif que ça. » Pas une fois elle n'avait baissé les yeux.

« Vous me décevez, Loki. Je pensais que vous aviez une meilleure opinion de moi. »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Mar 21 Avr - 18:57



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Il y avait une chose que les femmes d’Asgard et de Midgard avaient en commun. Sur un monde comme sur l’autre, elles étaient impossibles à suivre et encore moins à comprendre. Loki avait toujours regretté de ne pas pouvoir entrer dans leurs pensées pour enfin comprendre ce qui pouvait bien les pousser à être ainsi lunatique. Et encore, au moins sur Midgard elles semblaient relativement calmes contrairement aux furies guerrières de son monde d’adoption.

Mais au moins à l’époque sur Asgard il avait toujours pu jouer sur le fait qu’il était le fils d’Odin. Ce n’était pas rien d’autant que plusieurs s’accordaient à dire que ce serait certainement Loki qui succéderait à son père, comme ce dernier l’avait cruellement laissé penser à leur entourage. Cela lui avait toujours donné disons un avantage. Certes, Thor était celui qui avait généralement eu la préférence avec sa tignasse blonde et son vocabulaire presque inexistant mais Loki n’avait pas eu à se plaindre non plus. Mais sur Midgard, c’était visiblement une toute autre histoire…

Sa meilleure amie, sa sœur… Des termes que Loki connaissait bien pour les avoirs lui aussi longtemps utiliser à une époque lointaine, dans une autre vie, lorsqu’enfant il posait sur Thor un regard d’admiration sans borne. Avant qu’il ne comprenne que son frère ne s’intéressait qu’à ses propres exploits et surtout, bien avant qu’il ne découvre la vérité sur les mensonges de son existences.

Et ainsi donc il l’a décevait ? Pour cela, il fallait d’abord qu’elle ait un minimum de respect pour lui et pourtant, il aurait été prêt à jurer qu’après leur petite entrevue imprévue, elle ne pouvait ressentir pour lui qu’un certain mépris.

Sans dire un mot, il avait écouté avec attention son plaidoyer. Elle avait défendue Jane et sa position envers elle avec véhémence, preuve d’un caractère bien trempé mais cela, Loki avait déjà eu l’occasion de s’en apercevoir.

Je ne comprends définitivement pas comment Thor a pu vous préférer Jane, dit-il d’une voix douce quand Darcy eu terminé tout en s’accoudant à la table, posant son menton dans sa main sans quitter la jeune femme de son regard transperçant. Il n’avait pas dit cela pour la flatter, c’était une simple constatation. Darcy était tellement plus… vivante. Pour le peu qu’il l’avait vu, Jane lui avait juste donné l’impression de passer son temps à pleurnicher sur son sort.

C’est justement parce que j’ai une très haute opinion de vous que c’est vous que je veux pour diriger mon équipe et je vous en prie, je ne suis pas stupide, je sais très bien que vous n’êtes pas scientifique.

Le serveur revînt avec le vin qu’il fit goûter à Loki. Il ne valait pas celui des cuvées privées d’Odin mais il était tout de même excellent. Quand le serveur voulu prendre les commandes, Loki lui fit signe de revenir d’ici quelques minutes. Avec tout ça, ils n’avaient toujours pas choisit et il tenait surtout à mettre les choses au clair tout de suite.

Je sais que vous étudiez les sciences politiques et que malgré le nom, que cela n’a rien à voir avec les sciences. Mais j’ai cru comprendre que cela devait faire de vous un leader et c’est exactement ce dont j’ai besoin. Un leader pour m’aider à recruter des scientifiques et pour diriger ce petit monde.

Tranquillement, Loki prit sa carte et commença à lire les différents mets proposé avant de reprendre la parole sans relever les yeux.

Dans le fond, je veux exactement la même chose que votre amie. Un pont qui me permettrait de retourner sur Asgard. Je recruterai bien Miss Foster d’ailleurs mais j’ai peur qu’elle refuse de m’écouter.

Ayant plus ou moins choisi, Loki reposa la carte et planta à nouveau son regard dans celui de Darcy.

La seule différence est que je ne dépends d’aucun organisme pouvant me mettre des bâtons dans les roues. Allons Darcy, n’êtes-vous donc pas curieuse de pouvoir visiter d’autres mondes ? Sur Álfheim, les fleurs ne fanent jamais, elles s’étendent à perte de vue. Et sur Vanaheim, il y a des sources d’eau chaudes où l’on peut se baigner et l’on prétend que les arbres de leurs forêts se chuchotent entre eux pendant la nuit. Quant à Asgard… Vos tours de verres font pâle figurent comparé au palais.

Loki avait beau avoir de la rancœur envers Thor et Odin, il ne pouvait s’empêcher de continuer d’éprouver de l’amour pour ce royaume qui, durant un court instant, avait été sien mais dans lequel il avait grandit.

copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Sam 25 Avr - 21:58

This City Never Sleeps At Night
.





Étrangement, ce sentiment de vulnérabilité disparaissait peu à peu. Darcy se débattait intérieurement entre la tentation de céder à l'aura de Loki et le besoin impérieux de lui tenir tête. Ses pensées, brouillées, oscillaient entre lucidité et imaginaire. Pourtant, elle ne se souvenait pas avoir ressenti cela lorsqu'elle avait rencontré Thor, et même ses trois compagnons. Était-ce ça, la magie ? une ineffable sensation qui cherchait à se mêler à elle, et qu'elle ne pouvait que repousser ?

Elle avait été en contact avec des êtres qui n'étaient pas humains à proprement parler, mais jamais elle n'avait eu à faire à un être véritablement magique. Et Loki... eh bien, il lui suffisait de repenser à cette nuit au labo - et les fils d'argent apparaissant de nulle part, enserrant ses poignets - pour lui rappeler qu'il en était un. Et pas des plus fiables, selon les récits. Dès lors, pourquoi lui ferait-elle confiance ? Sans compter qu'il avait failli faire brûler une ville entière simplement pour... pour quoi déjà ? À cause d'une querelle d'héritage avec Thor ? Ça n'avait pas de sens. Cet évènement avait remué de profonds traumatismes et l'idée même de destruction lui était insupportable. Elle n'avait pas besoin de Loki dieu de la ruse et des mensonges pour anéantir son monde. Sa méfiance était légitime, et elle n'appréciait guère le ton condescendant, ou du moins le croyait-elle, avec lequel il lui avait parlé. Elle n'était qu'une humaine, qu'une mortelle, qu'une anonyme parmi sept milliards d'êtres humains, mais elle ne le laisserait pas retourner ses principes aussi facilement.

Donc, elle attendait Loki au tournant. Oh, bien sûr, elle n'allait pas quitter la table : ils s'étaient trop avancés sur un chemin glissant et autant tirer profit de la situation. Certes, Darcy n'était certainement pas la personne la plus discrète, la plus fine ou la plus rusée, mais bon, avec son tempérament et sa persévérance, elle était habituée à faire tomber certaines barrières. Et donc, elle ne craignait plus les mots de Loki. Quelque part, il avait touché en elle une corde sensible et avait enclenché son mécanisme défensif le plus primaire. Rester dans l'ombre. Tu parles.

Et lui répéter qu'elle était préférable à Jane n'aidait pas. Elle se contenta de croiser les bras et de lui offrir sa plus belle moue boudeuse - au fond d'elle, son coeur se remit à battre avec plus d'entrain. Elle détestait le montrer, mais comme n'importe quel humain, elle était sensible aux compliments, et Loki savait s'y prendre. Elle écouta la suite de sa réponse en tentant de rester impassible.

Oh, bien sûr. Qu'avait-elle cru ? Qu'elle serait plus intelligente que lui ? Évidemment qu'il avait des plans pour elle. Elle ne s'en sortirait pas aussi facilement. Soudain, la vague impression d'être prise au piège lui enserra la poitrine. Que faisait-elle vraiment ? La jeune femme fut incapable de masquer son ahurissement lorsqu'elle l'entendit distinctement dire qu'il la voulait pour diriger son équipe. Et... qu'elle était un leader ?

Ça devenait trop intense. Elle avait besoin de respirer, se sentait suffoquer, mais innocemment, il continuait son petit monologue. C'était ça, son idée de génie ? Une coopération ? Dans le dos de Jane ? Dans le dos du S.H.I.E.L.D. ? Lui et elle, associés pour construire un pont ? Trop de questions se bousculaient. Elle ne parvenait pas à comprendre. « Allons Darcy, n’êtes-vous donc pas curieuse de pouvoir visiter d’autres mondes ? » Elle ferma brièvement les yeux, écoutant la description. Álfheim, Vanaheim, Asgard… Trois des neufs royaumes de l'arbre d'Yggdrasil. Après la rencontre de Thor et l'ouverture du portail vers Asgard, la jeune femme avait consacré une grande partie de son temps libre à se renseigner sur la mythologie nordique, et en avait retiré beaucoup d'informations. Et donc ces neufs royaumes, oui, Darcy en avait connaissance, mais lui avaient-ils seulement parus réels ? Dans les vieux livres ne se trouvaient que des descriptions aléatoires, incomplètes et fastidieuses que les contes avaient probablement transformé au fil du temps. Loki lui rappelait qu'ils existaient vraiment.

Il lui fallut quelques secondes pour réaliser qu'il avait terminé. Bien. La balle était dans son camp ; mieux valait se montrer prudente. « Si je comprends bien, vous souhaitez que je m'associe avec vous, que je parvienne à recruter des scientifiques expérimentés et probablement déjà affiliés à des organismes puissants et riches, et que je fasse l'intermédiaire entre eux et vous pour que vous parveniez à construire un pont magique pour retourner dans votre... monde. » Ouais, bon, elle aurait pu mieux présenter la chose, mais si elle avait tout bien compris, il s'agissait exactement de cela. « Okay, je retire ce que j'ai dit tout à l'heure : je me sens plutôt flattée. - ce qui était parfaitement vrai. Mais qui serait assez fou pour lui confier une telle mission ? Le problème, c'est que je n'ai aucune influence. Pas d'argent. Pas de moyens. Pas de contacts. Je... le S.H.I.E.L.D. nous a eu à l'oeil de très près jusqu'à peu. Je suis officiellement surveillée par une organisation secrète. Et puis, franchement ? Je ne sais pas. Pour être absolument honnête, si, je rêve de pouvoir visiter d'autres mondes. Emmenez-moi, faites vous plaisir, je vous serai redevable à vie pour une semaine de tourisme sur Asgard. Mais je n'ai pas les capacités de faire ça... pas seule. Je ne peux pas devenir votre assistante en claquant des doigts. ». Wow. Venait-elle vraiment de se projeter en tant que chef assistante de Loki dans ses projets ? Incroyable.

« Et puis vous m'excuserez aussi d'avoir des doutes quant au bien fondé de votre but. Vous avez failli faire cramer une ville entière sans sourciller car Thor s'est assis sur le trône avant vous. Vous avez failli me faire mourir. » Elle pencha légèrement la tête, baissa les yeux, respirant pour que sa voix ne tremble pas. « Beaucoup de choses laissent à penser que vous êtes un monstre et que je ne retirerai rien d'autre qu'une immense torture psychologique. Je refuse de vendre mon âme au diable... Elle leva soudainement les yeux. Encore une fois, vert contre bleu. Mais si vous me donnez une preuve de votre bonne foi, une preuve concrète qui puisse me montrer que je peux vous accorder un minimum de confiance, alors... je pourrai y réfléchir plus sérieusement. ».

Ta-daaah, maintenant elle sentait son pouls s'agiter comme après un marathon. Ce qu'elle venait de dire était incroyablement osé, trop peut-être, plus que jamais, mais elle n'avait plus peur. Elle releva la tête, mimant Loki en posant son menton entre ses mains ; le temps lui semblait suspendu. Elle savait qu'il ne lui ferait pas de mal, et que la contraindra n'amènerait rien de bon. Elle avait l'avantage de pouvoir de prévenir le S.H.I.E.L.D. de ses manigances, même de sa présence sur Terre. Darcy ne pensait pas le faire, en tous cas pas avant d'avoir fini d'en découdre avec Loki, mais pour sa fierté, son égo et tout ce qui allait avec, elle préférait quand même, au moins faire semblant, de négocier selon ses propres conditions.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Mer 29 Avr - 13:47



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Loki s’en voulait un peu de s’être laissé aller à s’épancher sur Thor et Odin. Si seulement il pouvait les chasser une bonne fois pour toute de sa mémoire, les choses seraient tellement plus simple. Mais il n’y parvenait pas et à chaque mentions d’eux, il ressentait toujours ce tourbillon de sentiments monter en lui et qu’il cherchait à tout prix à étouffer. Il en voulait à Odin, le haïssait pour la mascarade qu’il avait monté pour lui faire croire que tout comme Thor, il était son fils. Il lui en voulait terriblement de l’avoir laissé l’aimer comme un père quand il n’en n’était rien. Odin l’avait-il seulement un jour aimé comme un fils en retour ? Il ne pouvait s’empêcher d’en douter car maintenant que la vérité avait éclaté, il comprenait à quel point Thor avait toujours été son préféré, et pour cause vu que lui était bel et bien son fils. Dès l’instant où il avait apprit la vérité, Loki s’était senti trahit et la douleur de découvrir que toute son existence n’avait été qu’un mensonge ne le quittait plus depuis.

Ces sentiments pour Thor étaient plus compliqués. Bien sûr qu’il lui en voulait. Il le jalousait depuis l’enfance mais cette jalousie n’avait jamais été haineuse. Il avait été sincère le jour où son frère aurait dû être couronné, il avait réellement pensé ce qu’il lui avait dit quand ils attendaient le grand moment et ce, même si l’attaque avait été de son fait. Cela n’aurait dû être qu’un contretemps, une sorte de petite vengeance personnelle et mesquine à l’encontre d’Odin - qui avait finalement choisit Thor au lieu de lui – et non pas à l’encontre de son frère. Loki n’avait jamais anticipé les événements qui résulteraient de cette histoire. Si Thor ne s’était pas montré aussi têtu à vouloir aller chercher vengeance, offensé que son couronnement ait pu être dérangé et repoussé à plus tard… Alors les choses auraient été bien différentes de maintenant. Alors oui, ses sentiments envers Thor étaient particulièrement conflictuels. Il le haïssait d’être tout ce qu’il ne serait jamais, tout ce qu’il aurait dû être. Il le haïssait d’être le seul fils de ces parents que Loki avait pourtant lui aussi sincèrement aimé. Mais malgré cela, malgré toute cette amertume à son encontre, il n’arrivait toujours pas, au fond de lui, à ne pas considérer Thor comme son frère. Et c’est pour cela qu’il en était arrivé à ce dire que les choses seraient plus faciles si Thor venait à mourir. Si Thor disparaissait, peut-être que la douleur que Loki ressentait à son encontre disparaitrait également.

Sur le carré de danse, Loki suivait le rythme lent de la mélodie au piano tout en gardant Darcy presque serrée contre lui. Ils n’avaient pas ce genre de chose sur Asgard. Les Danses étaient généralement des spectacles donnés par des danseuses et des danseurs mais ceux pour qui cela n’était pas une profession ne dansaient pas. S’en était presque dommage, ce genre de danse langoureuse n’était pas pour déplaire à Loki.

Bien sûr que vous avez le choix, lui répondit-il d’une voix douce. Il n’avait pas l’intention de la menacer pour la forcer à accepter. Mais êtes-vous vraiment sûr de vouloir en parler à votre amie ? Je crains qu’elle ne court prévenir les autorités et là, je ne pourrais rien pour vous quand ils vous enfermeront pour m’avoir aidé. Je me doute bien que les dirigeants de votre monde n’hésiteront pas un seul instant à me tomber dessus s’ils apprennent ma présence ici.

Voyant du coin de l’œil le serveur déposer leurs repas sur la table, Loki prit Darcy par la main pour la reconduire à leur place.

Pour ce qui est de votre première condition, je préfère être franc une fois de plus. Je ne veux pas vous faire de promesse que je pourrais ne pas être en mesure de tenir, lui dit-il après lui avoir tiré sa chaise et d’être allé se rasseoir en face d’elle.

Après tout, la mort de quelques-uns des vôtres est-il si important ? Cela semble plutôt difficile à croire quand on sait que votre peuple n’a de cesse de s’entretuer à coup de milliers de morts chaque jour qui passe. Les guerres, les meurtres, les attentats… des milliers d’innocents meurent chaque jour de vos propres mains et tout le monde préfère fermer les yeux car vous refusez de voir le mal qui est en vous mais quand un être d’un autre monde fait quelques morts suite à une guerre ancestrale qui vous dépassent alors là, tout le monde s’offusque. Parce que les humains sont des meurtriers mais vous refusez de le voir, vous faites comme si cela n’existait pas car vous refusez de vous blâmer mais quand l’attaque est le fait d’un être venant d’un autre monde alors là, vous êtes tous bien prompte à le condamner. Et pour tout vous dire, si ma survie dépend de celles d'autres, alors je choisis ma vie à la leur.

Loki avait parlé d’une voix calme, presque caressante. Après tout, il ne faisait qu’exposer un fait, rien de plus. Marquant une pause, il coûta son plat qui était réellement délicieux, avant de reprendre avec un petit sourire.

Et je tiens à souligner pour ma défense que si Thor n’avait pas cherché absolument à me voler le trône et s’était gentiment contenté de profiter de sa nouvelle vie sur Midgard avec sa chère Jane… Il n’y aurait eu aucun mort, ni même la moindre attaque.


copyright crackle bones

_________________

God of Mischief


Dernière édition par Loki Odinson le Ven 1 Mai - 18:28, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Ven 1 Mai - 16:24

This City Never Sleeps At Night
.





Sa première réponse ne fut pas vraiment celle à quoi elle s'attendait. Visiblement, le sujet du trône d'Asgard demeurait toujours sensible pour Loki. Elle avait juste placé ça dans la conversation presque "comme ça". Parce-qu'elle savait que les querelles de succession se soldaient souvent en guerres... il y a des centaines d'années. Et en fait, ne connaissant rien à Asgard, ça lui avait paru un motif futile. Déclencher une guerre interplanétaire pour conserver le trône, ça paraissait un peu extrême. Pourtant, en écoutant Loki, elle réalisa sa propre ignorance. Ils parlaient d'un royaume millénaire, d'une dynastie aussi vieille que le temps, surement. D'un autre lieu mythique, du Roi Odin. D'un univers parallèle, d'un monde qui n'avait jamais existé que dans les livres et les films... pourtant, bien réel. Darcy s'adressait non pas simplement à Loki, qu'elle envisageait comme, finalement, un humain particulier. Elle s'adressait à un dieu, à un... Roi, un être surhumain et magique, dangereux, fascinant. Réaliser cela lui fit se rendre compte de son insignifiance. Loki avait eu mille vies, mille lieux - et il en aurait encore mille autre. Il voyageait entre les mondes, maîtrisait la magie, n'avait rien d'humain hormis l'apparence - et certains goûts, visiblement. Il dominait. Avait-il eu la bonté de lui faire croire qu'elle pouvait pese dans la balance ? Un battement de cils, et il l'anéantissait. Elle comprenait, en fait, qu'il puisse mépriser les humains. Elle comprenait que Thor puisse les aimer. Il n'y avait rien de comparable... hormis la nature profonde des êtres. Sur Terre ou sur Asgard, le pouvoir, la gloire, comptaient toujours autant.

Soudain, elle mourrait d'envie d'en apprendre plus sur Loki.

Darcy conserva le silence. Elle ne s'attendait pas à ce qu'il se justifie auprès d'elle. Je préfère dire que c’est simplement dans ma nature. Sympa. Rassurant, aussi. Et le voilà enchaînant sur Odin. Elle fronça légèrement les sourcils. Oui, il avait raison, mais... c'était il y a des millénaires. Les vikings, notamment, étaient des civilisations à priori violentes. Rien n'était institutionnalisé, et rien n'était compris. Les croyances en les dieux étaient fortes, la loi du plus fort prévalait, et ils n'avaient que les guerres pour s'imposer. Aujourd'hui, c'était différent. L'était-ce pour eux aussi ? Des êtres presque immortels avaient-ils la même notion du temps ? Darcy pouvait en douter. Les questions affluaient, soudain, Loki lui ayant ouvert l'esprit sur un monde inconnu. Je trouve cela bien hypocrite de me faire passer pour le monstre quand c’est Thor et Odin qui sont vénérés par vos ancêtres comme étant des Dieux guerriers sanguinaires.

Elle ne pouvait décemment pas nier ce fait. Néanmoins, plus personne ne vénérait Thor ou Odin aujourd'hui, et quand bien même, si l'un d'entre eux venait sur Terre pour détruire une ville, le terme de monstre s'emploierait aussi. Se pouvait-il... se pouvait-il que Loki ait juste eu de la malchance ? C'était atrocement naïf et complètement idiot, mais Darcy ne pouvait s'empêcher d'éprouver de la sympathie pour lui. Ouais... elle n'aurait su l'expliquer, mais clairement, il n'était pas le fou qu'on lui avait dépeint, ni l'être perfide dont elle avait lu la description dans les livres. Avec elle, il était charmant, il était joueur. Oui, il l'avait kidnappé (certes, et elle ne l'oublierait jamais), mais il ne l'avait pas menacée sérieusement. Elle ne savait pas quoi en penser. Damn, il avait vraiment le chic pour lui retourner le cerveau cent cinquante fois par heure. Produire ce genre d'effet sur autrui devrait être illégal.  Consciemment, inconsciemment, elle se savait manipulée. Son avis, biaisé. Elle n'était pas aussi forte qu'elle le pensait. Pourtant, Loki souffrait - ça crevait les yeux. Même mille ans plus tôt, peut-être encore, il serait parvenu à ses fins sur Terre, aurait été vénéré non pas décrié. Les temps avaient changé. Elle hésita, se tut. Ce n'était pas le moment.

Il repris, une fois la commande passée. Son assurance était insolemment naturelle - il la fit sourire. « J’avoue que ce type de pensées me fait terriblement penser à… moi. » Oui, eh bien, après tout, ce n'était peut-être pas un hasard total s'ils dînaient ce soir en tête à tête. Elle avait l'impression d'être dans un film d'espionnage. Genre... la James Bond Girl. Avec le méchant de James Bond... et plus le temps de se demander si c'était une bonne chose. Elle n'avait qu'à se laisser aller, se laisser porter. Elle ne s'attendait plus à changer le cours des choses, et c'était rassurant. Darcy comprenait que Loki maîtriserait toujours la situation face à elle, alors, les dés étaient jetés... non ? D'ordinaire, la jeune femme croyait plutôt au libre-arbitre de chacun, en la possibilité de décider, que rien n'était écrit par avance. Peut-être se trompait-elle.

Eh, par contre, s'il mettait encore une fois le coup de la visite du palais sur la table, il allait vraiment devoir s'y tenir. C'était comme un teaser de film qui revenait régulièrement, mais le film ne sortait jamais. Et pareil pour la petite phrase de fin... Okay. Là, elle ça frisait la torture. Il faisait exactement comme dans les films ! Distillait de petits indices par-ci, par-là, ne révélant jamais l'entièreté du plan. Bon sang, on n'était pas dans Usual Suspects.

La jeune femme croisa les bras, réajusta un peu sa coiffure. Ah, parce-qu'il attendait une réponse ? Ben tiens. Oui, elle était influençable, et le charme de Loki agissait indéniablement sur elle - c'était déjà assez humiliant de se rendre compte de son impuissance. Elle n'allait pas en plus rentrer volontairement dans son petit jeu. Elle se contenta de faire une petite moue, tenta un regard blasé, fit un effort monumental pour ne pas poser les cinquante questions qui lui venaient à l'esprit. Allez, Darcy, discipline !

Elle abandonna ses petites mimiques lorsqu'il se leva. Wow. C'était inattendu Qu'allait-il...? Prenant sa main, il lui fit signe de se lever. Euh... d'accord ? Elle s'exécuta, un peu maladroite. Ils partaient déjà ? Puis, elle le vit jeter un oeil en direction du... CARRÉ DE DANSE ? Noooon ! Non ! Loki ! Non ! Il ne pouvait pas faire ça ! Ignorant son regard de panique, il la conduisit doucement sur la piste. Tellement surprise qu'elle était à court de mots, elle eut cependant le bon réflexe de tourner au bon moment. Sérieusement ? Il voulait danser ? Pas moyen, elle n'était clairement pas assez ivre pour ça et surtout pas dans son état normal. Elle revint face à lui, et sans vraiment comprendre comment, se retrouva soudainement bien trop près de lui.

Physiquement. Sans blague, il outrepassait définitivement les cercles d'intimité, là - à tel point qu'elle en oublia de respirer... puis sentit son bras à lui se glisser dans son dos à elle. La brûlure sur ses joues lui donna envie de s'enterrer.

Elle dansait avec Loki. Elle, Darcy Lewis, jeune femme en errance professionnelle, née de nulle part à la Nouvelle-Orléans, dansait avec Loki Odinson, dieu et Roi d'Asgard.
Touuuut allait bien.  

Eusse-t-elle été une super-héroïne, une espionne, une femme fatale, une James Bond Girl, justement, elle aurait dansé sans gêne, arrivant à mener la danse d'une manière sensuelle et impeccable, se jouant de la situation et même renversant le rapport de forces. Heureusement pour Loki, certainement, mais malheureusement pour elle, Darcy ne possédait aucune de ces qualifications, alors... elle se laissa faire. Youpi. Elle était presque sûre que son coeur ou son cerveau étaient entrain de fondre.

Si c'était ce que Jane avait ressenti au contact de Thor, elle comprenait pourquoi elle avait passé deux ans de sa vie à le chercher, et pourquoi elle le cherchait encore. Cette sensation était magique, terriblement envoûtante. Bon. Au moins, pendant qu'il était occupé à la faire rougir comme une collégienne, elle pouvait partir à la recherche de sa dignité et de son courage, là, elle allait vraiment en avoir besoin.

Darcy faillit presque trébucher en entendant la justification de son cavalier. « J’ai vu ça dans Dancing with the stars. » Euh. Non. Dans quel monde était-ce possible ? Dancing with... non mais allez, même elle ne regardait pas ça (et pourtant, elle en regardait des trucs). Elle choisit soigneusement d'ignorer cette phrase (mais nul doute qu'elle la gardait en mémoire pour la ressortir à la prochaine occasion... sans déconner, elle pouvait ruiner n'importe quelle prétention d'accession au trône avec un dossier comme celui-là.) et tenta de se concentrer. Bon, pour se concentrer, il aurait fallu que Loki s'écarte probablement d'une bonne dizaine de mètres, surtout pas qu'il se rapproche jusqu'à pratiquement toucher son visage. Elle allait probablement vomir. Ou l'embrasser. Ou les deux. ... euh non, pas les deux.

Elle sourit lorsqu'il eut terminé de parler, murmura à son tour.  

« Eh bien... je suppose que... je n'ai pas vraiment le choix, de toute manière. Je ne peux pas vraiment refuser un projet pareil en pleine danse, ce serait terriblement impoli.. Elle n'avait aucune idée de ce qu'elle disait. Je vous aiderai. À une condition... Après tout, elle pouvait bien tout tenter, maintenant. Elle profita d'un temps de la danse pour éloigner légèrement leurs visages - pour pouvoir respirer, et pour pouvoir réfléchir. Je veux aller sur Asgard. Et promettez moi de ne tuer personne, sinon, faites une croix dessus. Et pas de secrets. Et je dois pouvoir en parler à Jane. Et à la moindre entourloupe, je sors mon taser. Et surtout... donnez-moi la garantie que je pourrai me retirer du projet à tout moment. Vous comprenez, question de sécurité. »

Hmm, ce n'était pas exactement comme ça qu'elle avait prévu de présenter les choses. Tant pis, au pire, elle se rattraperait, non ?

La musique s'arrêta, deux secondes, avant qu'une autre ne reprenne.

« Je ne savais pas que vous saviez danser. »
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Ven 1 Mai - 18:49



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Loki s’en voulait un peu de s’être laissé aller à s’épancher sur Thor et Odin. Si seulement il pouvait les chasser une bonne fois pour toute de sa mémoire, les choses seraient tellement plus simple. Mais il n’y parvenait pas et à chaque mentions d’eux, il ressentait toujours ce tourbillon de sentiments monter en lui et qu’il cherchait à tout prix à étouffer. Il en voulait à Odin, le haïssait pour la mascarade qu’il avait monté pour lui faire croire que tout comme Thor, il était son fils. Il lui en voulait terriblement de l’avoir laissé l’aimer comme un père quand il n’en n’était rien. Odin l’avait-il seulement un jour aimé comme un fils en retour ? Il ne pouvait s’empêcher d’en douter car maintenant que la vérité avait éclaté, il comprenait à quel point Thor avait toujours été son préféré, et pour cause vu que lui était bel et bien son fils. Dès l’instant où il avait apprit la vérité, Loki s’était senti trahit et la douleur de découvrir que toute son existence n’avait été qu’un mensonge ne le quittait plus depuis.

Ces sentiments pour Thor étaient plus compliqués. Bien sûr qu’il lui en voulait. Il le jalousait depuis l’enfance mais cette jalousie n’avait jamais été haineuse. Il avait été sincère le jour où son frère aurait dû être couronné, il avait réellement pensé ce qu’il lui avait dit quand ils attendaient le grand moment et ce, même si l’attaque avait été de son fait. Cela n’aurait dû être qu’un contretemps, une sorte de petite vengeance personnelle et mesquine à l’encontre d’Odin - qui avait finalement choisit Thor au lieu de lui – et non pas à l’encontre de son frère. Loki n’avait jamais anticipé les événements qui résulteraient de cette histoire. Si Thor ne s’était pas montré aussi têtu à vouloir aller chercher vengeance, offensé que son couronnement ait pu être dérangé et repoussé à plus tard… Alors les choses auraient été bien différentes de maintenant. Alors oui, ses sentiments envers Thor étaient particulièrement conflictuels. Il le haïssait d’être tout ce qu’il ne serait jamais, tout ce qu’il aurait dû être. Il le haïssait d’être le seul fils de ces parents que Loki avait pourtant lui aussi sincèrement aimé.

Et surtout, il le haïssait de lui avoir volé ce qui lui était pourtant revenu de droit. Par ses actions irréfléchies, Thor avait déclenché une guerre et pour cette raison, il avait été banni. Puis Odin était tombé dans son sommeil et en tant que seul fils restant à Asgard, Loki avait été placé sur le trône. Il n’avait rien volé, il ne l’avait même pas prévu au départ ! Il avait été Roi par droit, parce que c’était là son privilège en tant que fils d’Odin. Pour la première fois de sa vie, il était reconnu, il était enfin sorti de l’ombre de son frère. Mais Thor, comme à son habitude, n’avait pas supporté d’être relégué au second plan et avait tout fait pour le destituer.

Mais malgré cela, malgré toute cette amertume à son encontre, il n’arrivait toujours pas, au fond de lui, à ne pas considérer Thor comme son frère. Et c’est pour cela qu’il en était arrivé à ce dire que les choses seraient plus faciles si Thor venait à mourir. Si Thor disparaissait, peut-être que la douleur que Loki ressentait à son encontre disparaitrait également.

Sur le carré de danse, Loki suivait le rythme lent de la mélodie au piano tout en gardant Darcy presque serrée contre lui. Ils n’avaient pas ce genre de chose sur Asgard. Les Danses étaient généralement des spectacles donnés par des danseuses et des danseurs mais ceux pour qui cela n’était pas une profession ne dansaient pas. S’en était presque dommage, ce genre de danse langoureuse n’était pas pour déplaire à Loki.

Bien sûr que vous avez le choix, lui répondit-il d’une voix douce. Il n’avait pas l’intention de la menacer pour la forcer à accepter. Êtes-vous vraiment sûr de vouloir en parler à votre amie ? Je crains qu’elle ne court prévenir les autorités et là, je ne pourrais rien pour vous quand ils vous enfermeront pour m’avoir aidé. Je me doute bien que les dirigeants de votre monde n’hésiteront pas un seul instant à me tomber dessus s’ils apprennent ma présence ici.

Voyant du coin de l’œil le serveur déposer leurs repas sur la table, Loki prit Darcy par la main pour la reconduire à leur place.

Pour ce qui est de votre première condition, je préfère être franc une fois de plus. Je ne veux pas vous faire de promesse que je pourrais ne pas être en mesure de tenir, lui dit-il après lui avoir tiré sa chaise et d’être allé se rasseoir en face d’elle.

Après tout, la mort de quelques-uns des vôtres est-il si important ? Cela semble plutôt difficile à croire quand on sait que votre peuple n’a de cesse de s’entretuer à coup de milliers de morts chaque jour qui passe. Les guerres, les meurtres, les attentats… des milliers d’innocents meurent chaque jour de vos propres mains et tout le monde préfère fermer les yeux car vous refusez de voir le mal qui est en vous mais quand un être d’un autre monde fait quelques morts suite à une guerre ancestrale qui vous dépassent alors là, tout le monde s’offusque. Parce que les humains sont des meurtriers mais vous refusez de le voir, vous faites comme si cela n’existait pas car vous refusez de vous blâmer mais quand l’attaque est le fait d’un être venant d’un autre monde alors là, vous êtes tous bien prompte à le condamner.

Loki avait parlé d’une voix calme, presque caressante. Après tout, il ne faisait qu’exposer un fait, rien de plus. Marquant une pause, il coûta son plat qui était réellement délicieux, avant de reprendre avec un petit sourire.

Et je tiens à souligner à ma décharge que si Thor n’avait pas cherché absolument à me voler le trône et s’était gentiment contenté de profiter de sa nouvelle vie sur Midgard avec sa chère Jane… Il n’y aurait eu aucun mort, ni même la moindre attaque.


[hj: en mode pas douée que je suis, j'ai réussi l'exploit d'enregistrer le rp sur ma dernière rp en voulant juste éditer pour récupérer mon code... désolée...]



copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Ven 5 Juin - 23:40

This City Never Sleeps At Night
.




La danse continuait, et dans leurs mouvements, elle trouvait un certain apaisement. Encore une fois, ses émotions faisaient des montagnes russes : son angoisse disparaissait. Émotionnellement, elle devait en avoir à revendre pour ne pas craquer complètement. Leurs pas s'arrêtèrent à la fin de la - courte - musique, et levant son regard vers Loki, elle rencontra une question qui sonnait très juste. Si elle-même ne savait pas vraiment pourquoi elle acceptait d'aider Loki (alors qu'il avait failli la tuer, et non, ça, elle n'allait pas l'oublier), elle doutait arriver à convaincre Jane, peu importe le nombre de cookies et de thés qu'elle lui préparerait. Et qui sait comment elle pourrait réagir à cette annonce ? Jane ne se perdrait pas en hésitations et confusions... là ou Darcy se montrait conciliante avec Loki, Jane irait sans doute chercher le S.H.I.E.L.D... ou pas ? Après tout, si Loki était là, ça voulait dire que Thor pouvait l'être aussi. Et Jane ne cherchait-elle pas à le retrouver inlassablement ? D'un autre côté, elles étaient surveillées. Bon, moins depuis qu'il n'y avait eu aucune activité récente, mais si jamais elles se montraient imprudents, c'en était fini. Bizarrement, Darcy tenait à garder la venue de Loki secrète. C'était un boulet de nature et une gaffeuse professionnelle, mais elle s'emploierait à ne pas trahir ce secret-là ; il faut dire qu'elle n'avait pas envie d'affronter la colère du dieu s'il était pris... ni celle de Fury pour lui avoir menti... oui, bon, c'était mieux qu'elle garde ça pour elle. Pour le moment. Ça n'allait certes pas être facile, mais déjà, Jane était absente pour deux semaines, ce qui lui laisserait le temps de travailler sur leur nouvelle "collaboration" : ses cours ne lui prenaient pas tant de temps que ça, et son job au café non plus. Elle aurait les mains libres.

Elle concéda donc ce premier point à Loki avec une moue vaincue, puis le laissa la ramener tranquillement vers leur table, où le serveur apportait les plats. Toujours gentleman, il la laisse s'asseoir, puis une fois installé à son tour, il reprit la parole. Il semblait contrit, et dit quelques mots qui la surprirent. Je ne veux pas vous faire de promesse que je pourrais ne pas être en mesure de tenir. Quelle touchante attention...  mais non. Elle voulait aller sur Asgard. Genre, vraiment. Et puis si elle faisait affaire avec un dieu – et pas n’importe lequel – il fallait bien qu’elle y trouve des avantages ! Réparer le Bifrost allait devenir son objectif (plus ou moins, certes) et donc l’utiliser n’était que le juste retour de ses efforts. Et puis elle parlait à un mec qui voyageait allègrement entre les mondes, ça va quoi… il n’aurait qu’à la porter ! Promis elle ne serait pas lourde. Elle emporterait juste une petite valise, respectant même la limite de poids. Et puis zut, s’il ne pouvait même pas l’emmener faire un tour sur dieuland, ça servait à quoi ? « Faites-moi plaisir, Loki, faites-moi cette promesse. Vous venez bien squatter la Terre, ce n’est qu’un juste retour que je vienne visiter votre pays… et puis vous me devez bien ça », ajouta-t-elle avec des yeux qu’elle voulait suppliants, avant de rire. Et de perdre son sourire dès qu’il enchaîna.

La mort de « quelques uns » était-elle si importante ? Euuh what ? Et le pire n’étaient pas ses propos, mais le ton qu’il employait pour les lui servir, comme s’il réalisait un banal exposé. Elle se sentait visée. Vexée, même. Était-il sérieusement en train de l’insulter de barbare ? « Ah ouais c’est clair que les Asgardiens qui se mettent sur la tronche pour une histoire de trône c’est mieux… oh, non, attendez, ce n’est pas mieux, c’est pareil. PA-REIL. Vous savez, les grecs dotaient leurs dieux de passions purement humaines : Zeus était infidèle, Héra jalouse… ce n’est pas parce-que vous êtes considéré comme un mythe antique qu’il faut vous exonérer hein. Le seul problème, c’est que nous, ce sont nos affaires. Les humains sont ce qu’ils sont, certes. On n’est pas parfaits, loin de là, mais ça fait quoi, cinq mille ans que ça dure ? Plus ? En tous cas ce sont nos affaires. Le monde oscille entre guerre et paix, mais nous sommes capables de régler nos problèmes tous seuls. Ce qui dérange, c’est que quelqu’un d’autre s’en mêle. Vous aimeriez que l’un d’entre nous vienne arbitrer vos différends, en débarquant comme ça sur une autre planète – une autre planète bon sang ! – et qu’on en tue « quelques uns » en guise de dommages collatéraux ? Et laissez tomber ce ton mielleux là, ça ne marche pas du tout. Vous… vous… vous n’avez juste pas le droit de dire ça ! Je ne dis pas que notre espèce est parfaite, et je suis l’une des premières à la blâmer. Vous ne savez pas ce que je pense, mais je vous condamne effectivement car vous faites de nous des dégâts accessoires, des pions sur votre échiquier qui ne vous servent qu’à assouvir une vendetta personnelle. Loki, ce n’est pas juste. Le problème est d’ailleurs le même au niveau des pays, ou même des voisins… si je m’engueule avec mon voisin, je n’aimerais pas qu’un autre s’en mêle. Vous voyez la logique ? Sauf que vous avez encore moins de légitimité qu’un potentiel voisin ou Etat parce-que vous êtes étranger à ce monde… Elle le dévisagea brièvement. … malgré votre effort vestimentaire. » Darcy but une gorgée de vin, ayant la vague impression d’avoir beaucoup parlé… mais comme personne ne semblait les regarder, elle en conclut qu’elle n’avait pas parlé fort. Tant mieux. Bon, elle savait que ses propos pouvaient paraître un peu exaltés, passionnés, mais lorsqu’elle le désirait, elle pouvait se la jouer discrète. « Et bon sang, arrêtez de tout ramener à Thor. Payez-vous un psy, j’en sais rien, mais vous ne pouvez pas constamment tout mettre sur son dos… et puis, voyons le côté positif, s’il n’y avait pas eu cette petite guerre entre vous, vous ne m’auriez pas rencontré ! »

Et hop, sourire et oui, bois Darcy, bois, ça ira mieux. Visiblement, sa verve et son sens de la démonstration brillante revenaient. Leur charmante danse improvisée semblait l’avoir décontractée maintenant, et les manières du dieu y contribuaient également.

« Mais félicitations pour le choix du restaurant en tous cas, les plats sont exquis, » dit-elle joyeusement après avoir goûté la première bouchée. C’était déjà ça.



Dernière édition par Darcy Lewis le Dim 21 Juin - 22:59, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Sam 6 Juin - 20:32



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Loki fronça des sourcils, la promesse qu’il ne voulait pas faire de peur de ne pas la tenir concernait les éventuels morts qu’il y aurait entre son objectif et lui, pas un éventuel voyage sur Asgard mais soit, tant que cela permettait que Darcy oublie ce petit souci de pertes humaines, autant ne pas relever son erreur de compréhension.

Très bien. Si je trouve un nouveau moyen de voyager entre les mondes, dès que mes petits problèmes d’ordres familiaux seront réglés, je vous emmènerai sur Asgard.

Il était préférable qu’il règle d’abord ses problèmes avec Thor et Odin sinon quoi, c’était les geôles d’Asgard que la jeune femme surveillerai et rien d’autre. Et même s’il comptait simplement sur elle pour l’aider à parvenir à ses fins, Loki l’appréciait sincèrement de plus en plus. Et puis, à quoi bon enfin gagner et reprendre ce qui lui avait été revenu de droit et retiré de force sans avoir quelqu’un à ses côtés pour le vivre avec lui ?

Mais pour l’instant, Darcy semblait à nouveau piquer la mouche et se fut bien patiemment tout en buvant une gorgée de vin que Loki l’écouta argumenter avec force. Elle avait décidemment un tempérament de feu cette fille.

Si vous pouviez mettre autant d’énergie à m’aider dans ma quête que dans vos argumentaires, ce serait parfait, répondit-il tout simplement quand elle eut fini. Il n’avait pas la moindre idée de qui pouvaient être Zeus ou Héra mais dans le fond, ce n’était qu’un détail tant qu’ils restaient dans leur coin et qu’ils ne venaient pas eux aussi lui mettre des bâtons dans les roues.

Arrêter de tout rapporter à Thor, c’était plutôt difficile vu que malheureusement sa vie entière avait gravité autour de celle de Thor, qu’il l’ai voulu ou non. Cet abruti blond était au centre d’absolument tous ses problèmes. Alors évidemment, tout ce rapportait toujours à son prétendu frère.

Je veux bien mais c’est quoi pour une arme un psy ?


A supposé que ce soit une arme. C’était peut-être un appareil ayant une toute autre utilité mais quoi qu’il en soit, le mot lui échappait totalement. C’était un peu frustrant d’un côté. Midgard était le seul monde avec qui ils avaient coupés tout contact depuis des siècles. Résultats, maintenant qu’ils y retournaient, ils n’y comprenaient plus grand-chose.

Et voyez le bon côté des choses, si je ne reportais pas tout sur Thor, nous ne nous serions jamais revu.

Posant son attention sur son plat, il devait reconnaître que Darcy avait au moins raison sur un plat, la nourriture était délicieuse à cet endroit. Il commençait vraiment à s’habituer à certaines nourritures sur Midgard bien plus fine et raffinée que les banquets d’Asgard.

Puis-je raisonnablement en conclure que malgré quelques petits différents, vous acceptez de venir à mon aide dans ma quête à un moyen de voyager entre les mondes d’Yggdrasil maintenant que le Bifrost n’est plus en état ?


Et de toutes manières, même réparé, le Bifrost était désormais hors de sa portée avec cet empêcher de tourner en rond Heimdal planté sur le pont comme un chien de garde.



copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Dim 21 Juin - 23:47

This City Never Sleeps At Night
.






Elle porta le verre à ses lèvres. Le vin était bon. Un allié solide, pour cette soirée pleine de surprises et de rebondissements. De péripéties, même. Elle espérait juste qu'elle n'allait pas finir soûle (dans le meilleur des cas). Comment se terminait une soirée de ce genre ? Elle n'en avait pas la moindre idée, et elle y pensait parce-qu'au fond d'elle, elle se doutait que leur petit manège (qui avait mis du temps à démarrer, gosh) ne durerait pas éternellement. Pourtant, Loki était patient. Très patient. Patient comme un psychopathe. Mais gentil, aussi. Elle lui adressa un regard triomphant lorsqu'il concéda à sa demande. Était-il las ? Peu importe. La jeune femme brune se sentait comme une enfant à qui l'on promettait un voyage au pays du Père Noël, ou bien à Poudlard. Il y avait une éventualité pour qu'un jour dans sa vie elle visite un autre monde que la Terre, faisant ainsi mieux que Neil Armstrong. Elle réprima un léger frisson d'excitation - elle n'y était pas encore... mais se laissant porter par le cours de la soirée qui se déroulait sans incident majeur, elle s'autorisa à apprécier cette promesse de papier.

Comme à son habitude, Loki répondit à ses tirades théâtrales et enflammées par deux-trois mots laconiques. Jane était clairement une meilleure compagne de débats, même si elles ne débattaient en général pas sur la même chose au sein de la même conversation. Mais Jane n'était pas un dieu.

Elle faillit s'étouffer avec son vin. Tout s'expliquait ! Shit, elle devrait lui donner la carte de son psychologue. Si le pauvre garçon n'avait pas eu l'occasion de s'allonger sur le divan pour expliquer son complexe d'Oedipe à quelqu'un, pas étonnant qu'après plus ou moins deux mille ans de refoulement il  pète les plombs... Pour une civilisation « avancée », ils n'allaient pas bien loin dans les progrès de la psyché. Si ça se trouve, ils se déplaçaient à dos de chevaux et se soignaient avec des herbes. Oh non ! Et si Asgard c'était le Moyen-Âge en plus sympa ? Et s'ils vivaient comme les vikings ? Elle ferait peut-être bien de se renseigner avant d'accepter une expédition touristique. Darcy se mordit la lèvre pour cacher son rire naissant, et entrepris d'expliquer sérieusement : après tout, la brunette ne pouvait décemment pas le laisser repartir dans la plus complète ignorance de cette profession. « Un psy... ça veut dire psychologue, ce n'est pas une arme. C'est... c'est quelqu'un qui est spécialiste de la psychologie, du comportement humain... C'est une personne qui aide les autres à aller mieux. Un peu comme un médecin... un médecin de l'esprit, en fait. Elle avait vaguement l'impression de lui parler comme à un enfant mais bon, elle ne savait pas jusqu'où ses connaissances s'étendaient dans le domaine. Et clairement, il en avait besoin. Les psys aident quand on a des problèmes personnels, ou de relations, ou des problèmes sociaux. Elle laissa son regard s'appuyer sur Loki intentionnellement, avant de reprendre naturellement. Il n'y a rien de honteux à aller voir un psy, ça ne veut pas dire qu'on est fou ou qu'on a un problème, mais... c'est... ça aide, parfois. » Elle se tut, l'image d'elle-même assise en face d'un docteur s'imprimant dans son esprit. Vieux souvenir. Frisson. Après Katrina... le chaos, la peur, l'impuissance... elle avait eu besoin d'aide. Elle but encore, espérant dissoudre la vision par le goût de l'alcool. « Vous avez sérieusement besoin de cours de rattrapage à propos de la Terre, vous... », murmura-t-elle machinalement, presque pour elle-même, pas tout à fait sortie de ses souvenirs peu agréables.

« Puis-je raisonnablement en conclure que malgré quelques petits différents, vous acceptez de venir à mon aide dans ma quête à un moyen de voyager entre les mondes d’Yggdrasil maintenant que le Bifrost n’est plus en état ? »

Elle leva les yeux. Quelques petits différends. Quelques gros petits différends oui, mais... la formulation était séduisante. Voyager entre les mondes d'Yggdrasil. S'il la prenait par les sentiments... Darcy voulait faire durer le suspense, intercaler une page de pub, lui demander un délai de réponse. Elle voulait dire oui. Le devait-elle ? Le débat était clos. Au fond d'elle, la jeune femme restait incertaine, préférait pour le moment se dire que le choix ne lui appartenait pas vraiment, ça semblait plus facile ainsi. « Oui. » Un oui, ferme, définitif. Regrettable ? Sûrement. « Je déteste dire ça, mais j'accepte. Par contre, sans rire, s'il se produit le moindre, infime, minuscule dérapage de votre part, vous le regretterez. Si vous vous comportez bien, tout ira bien... tant que vous n'êtes pas pressé. Je n'ai jamais été forte en deadlines, et encore moins lorsqu'il s'agit de bosser sur un truc que je ne comprends pas. Et si j'échoue... eh bien, vous aurez l'amabilité de ne pas vous en prendre à ma délicate personne. » Elle sourit encore. Elle radotait horriblement, mais, consciente de cela, ne pouvait s'empêcher de poser des conditions. Ç'avait l'air léger, mais Darcy gardait bien en tête qu'elle ne traitait pas avec n'importe quel quidam. Elle tenait à la vie. Et à son corps et son esprit en un seul morceau.

Le temps était passé vite... elle arrivait à la fin de son plat. Venaient-ils de commencer ? Elle ne s'en souvenait pas. Derrière les grandes vitres, derrière les somptueuses lumières, la nuit noire et la lune, blanche et brillante. Son corps, malgré la danse, lui paraissait soudain raide. Elle serait bien sortie faire une promenade... Manhattan était un paradis la nuit. Ville-lumière.

« Dites-moi, le dessert était-il dans le menu ? Car je vous avoue que si merveilleux le restaurant soit-il, je serais bien sortie prendre un peu l'air après. » Elle ne lui proposa pas de l'accompagner, trop sceptique de la réponse. C'était juste un fait, elle ne risquait rien.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Mer 24 Juin - 21:40



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Loki fronça écouta Darcy avec une grande attention. De toutes évidences, il était dans l’erreur en voyant dans un « psy » une arme quelconque. Un médecin pour la tête ? Qui aidait à régler les problèmes d’ordres sociaux ou conflictuels ? Cette notion le dépassait totalement et cela se devinait à la manière dont il écarquillait les yeux en l’écoutant avec attention. Décidemment, les Midgardiens étaient vraiment le peuple le plus étrange d’Yggdrasil. Il n’avait jamais rien entendu de tel sur aucun autre monde. Il y avait bien des médiateurs qui, parfois, tentaient de régler diplomatiquement les conflits entre deux peuples avant que cela ne tourne en guerre mais en dehors de ça. Loki ne voyait pas trop l’utilité de parler à quelqu’un de ses problèmes relationnel juste… Pour en parler. Car de toutes évidences, le psy en question n’intervenait pas entre les différents partis pour régler les conflits. Cela ressemblait plus à une sorte de confident.

Là d’où je viens, on règle nos problèmes directement, par la parole ou par la violence. On ne se contente pas d’en parler à un tiers en espérant que cela se résoudra ensuite tout seul.

Loki essayait d’imaginer la tête des Asgardiens si, pour trouver une solution à un conflit, on leur demandait d’aller juste uniquement d’en parler à une personne extérieur. Cette idée même le fit sourire. Autant dire que celui qui arriverait avec cette idée se ferait rallier par ses paires pendant très longtemps.

Comme je vous l’ai dis, je n’étais pas revenu depuis un bon millénaire…

C’était tout de même normal que Midgard ait évolué depuis. L’inverse aurait été pour le moins inquiétant. Mais Loki parcontre doutait sur le fait que ce monde ait vraiment évolué en bien. Un monde où les habitants se faisaient la guerre entre eux, cette notion même était totalement dingue et surréaliste. Cela arrivait parfois sur certains monde moins évolué, c’était vrai, mais pas à une échelle aussi importante. Le fait d’avoir passé plus d’un millénaire couper de tout n’avait pas réellement profité à Midgard à ce niveau-là. Se trouver des ennemis semblait être dans la nature de toutes les races après tout. Donc logiquement, à défaut d’en avoir sur d’autres mondes, ils s’étaient retourner les uns contre les autres.

Mais le plus important dans l’immédiat était que Darcy acceptait de se joindre à lui dans sa quête. Avoir une humaine lui serait d’une grande utilité car, comme elle aimait tant à le souligner, il souffrait encore de quelques problèmes de compréhension face à ce monde qu’il redécouvrait depuis peu. Cela avait d’ailleurs un côté assez frustrant de devoir admettre que Thor s’y était habitué tout aussi vite que lui, voir plus. Mais Thor avait trouvé des alliés dès son arrivée, ce qui n’avait pas été le cas de Loki.

J’ai peur que notre notion de dérapage soit assez différente, répondit-il tranquillement. Mais la menace de la jolie brune le fit sourire. Elle le lui ferait regretter ? Et comment ? Il voulait bien voir ça.

Il n’avait aucune idée de ce que pouvait être une deadline mais il comprit où elle voulait en venir. Son âge se comptait en millénaire. Pour lui, un siècle n’était pas plus long qu’une simple année donc là aussi, leur notion de lenteur était bien différente. Loki n’était pas pressé au sens « midgardien » du terme. Il n’avait pas besoin que tout soit en plus en quelques mois.

Quant à la notion d’échec, loki répugnait à se l’avouer mais dernièrement s’était hélas un domaine dans lequel il semblait exceller.

C’est dans l’échec que l’on apprend, répondit-il tranquillement. Une notion qu’Odin avait plus ou moins tenté de leur inculquer à Thor et lui mais visiblement sans vraiment y croire lui-même. Mais Loki, lui, voulait y croire. C’était la seule chose à laquelle il pouvait encore se rattacher pour ne pas baisser les bras et abandonner.

Non, nous pouvons nous en aller si vous le souhaiter.

Lui-même avait envie de sortir. Sur Asgard, il était rare de trouver des pièces complètement fermées comme ici. Elles étaient généralement dotées de grands balcons ouverts et il devait avouer que cela lui manquait quelque peu.

Faisant signe au serveur, il sortit la carte volée pour régler l’addition – au moins il avait eu le temps d’apprendre le fonctionnement de cet étrange petit objet en plastique – puis se leva et tendit son manteau à Darcy avant de la guider vers la sortie.

Dehors, l’air était frais mais toujours aussi pollué et la nuit était si bruyante. C’était vivant, certes, mais l’odeur de pollution était une véritable infection.

Comment pouvez-vous respirer cet air en permanence toute votre vie durant sans finir par étouffer ?

copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Jeu 2 Juil - 14:26

This City Never Sleeps At Night
.







La grosse vague de tension qu'elle avait ressenti une bonne partie de la soirée s'en était allée, Darcy le savait avec certitude. Ne restait qu'une méfiance naturelle nichée au creux de son ventre, mais hormis ça, elle se sentait plutôt bien. Certes, le cadre, l'ambiance, aidaient, mais elle n'avait pas peur de Loki. Bien qu'elle s'efforçât de ne pas baisser sa garde - après tout, elle devait sans cesse se remémorer qu'il était bel et bien le Dieu de la ruse et des mensonges..! - la brunette ressentait une curieuse impression d'être à l'aise. Ce sentiment tranchait radicalement avec ces hauts et bas d'émotions contradictoires qu'elle avait éprouvé jusqu'alors, et n'était, du coup, pas pour lui déplaire. Et Darcy devait bien avouer que Loki savait se comporter. Peut-être qu'au fond d'elle, elle aurait préféré qu'il soit ouvertement cruel et odieux afin qu'elle puisse le détester. Elle le prenait pour un monstre au départ, mais il avait raison sur un point : leurs perspectives étaient radicalement différentes.

Loin de lui trouver des excuses ou d'admettre son comportement (un peu) psychotique, elle n'avait pas d'autre choix que de lui concéder ceci : la vie d'un humain ne représentait pas grand chose pour lui. Sa race lui apparaissait clairement inférieure : ils étaient des Dieux bon sang. Elle ne s'attendait pas à des marques de respect de sa part. Bien évidemment, Darcy, toute humaniste qu'elle était et pétrie de convictions tout à fait honorables, ne cautionnait pas ce point de vue (ha ha, comme si elle allait volontairement admettre qu'elle était une mortelle faible et limitée) ; son désarroi résidait dans le fait qu'elle ne pouvait rien faire de concret. Quoiqu'elle dise quoiqu'elle fasse, elle doutait fortement que Loki changeât de point de vue aussi aisément que Thor l'avait fait. Thor, tombant amoureux de Jane, avait réévalué Midgard (à sa juste valeur, selon son propre avis). Loki ? Ça serait une autre paire de manches pour lui faire admettre que non, les humains n'étaient pas que d'éventuels dommages collatéraux dans sa quête de pouvoir ou de royauté. La seule chose qu'elle pouvait mettre en oeuvre efficacement, c'était de limiter les pertes humaines sur Terre dues à la présence de Loki. Pas glorieux, mais elle ne tenait pas à avoir des morts sur la conscience par ricochet. Et justement, cette notion de « dérapage » prenait tout son sens. Malgré elle, la jeune femme se sentait investie d'une mission de protection, envers ses semblables, mais aussi envers son nouvel allié, aussi étrange que cela puisse paraître. Oui, cet instinct de protection se justifiait aisément par son besoin impérieux de sauver sa peau si jamais quelqu'un apprenait la présence de Loki sur Terre (donc il ne fallait pas que ça arrive, sous aucun prétexte, genre jamais never ever), mais aussi car elle avait un peu pitié de lui. Enfin, pas pitié dans le sens mépris, mais plutôt car elle le voyait débarquer sans repères sur une planète qui avait radicalement évolué depuis la dernière fois qu'il y avait posé les pieds.

Clairement, tout aussi puissant qu'il soit, dieu ou pas dieu, il allait avoir un mal fou à s'adapter aux comportements humains pour passer inaperçu. Il allait avoir besoin d'un guide... non ? D'un repère. Et comme elle était probablement la seule humaine à laquelle il s'était dévoilé sous sa vraie identité, ce rôle lui échouait, qu'elle le veuille ou non. Darcy ne doutait pas trente seconde de la capacité de son interlocuteur à s'adapter au moins superficiellement à son monde, mais s'il comptait y rester pour un petit moment, au moins le temps des recherches, il serait confronté à des difficultés dont il ne pourrait se sortir en tuant le pauvre bonhomme qui aurait eu le malheur de se mettre en travers de son chemin.

« C'est dans l'échec que l'on apprend. » Elle lui jeta un regard surpris. La jeune femme ne s'attendait pas à ce genre de remarques : c'était étonnamment... normal. Elle se sentit un peu coupable, comme si elle l'avait mal jugé. Elle savait que la route lui serait longue et ardue avant de pouvoir cerner véritablement Loki, mais elle avait vraiment le sentiment de lui avoir jeté la pierre trop vite. Ce terrain-là était dangereux, mais bon, maintenant qu'elle avait pactisé avec Loki himself, ils allaient bien être amenés à se cerner "pour de vrai" - bien que son cas était sûrement plus facile. Elle répondit doucement, simplement. « C'est vrai. » Elle-même s'était sentie comme une machine à échec dans son adolescence. En avait-elle puisé de nouvelles ressources, des leçons à ne pas oublier ? Indéniablement.

Ils quittèrent le restaurant, son faste et ses lumières, pour se retrouver au coeur de Manhattan. Par chance, ses chaussures (de superbes escarpins, achetés trois fois rien dans une obscure petite boutique de Brooklyn) ne lui faisaient pas mal aux pieds : elle ne trébucherait pas s'ils marchaient un peu. Tous deux sur le trottoir, ils regardèrent passer le flot infini de voitures, traînées de lumières de toutes les couleurs, tandis qu'elle réajustait son écharpe et ses gants. Elle appréciait d'être sortie, l'air frais lui faisait du bien. Ce fut alors que Loki émit une remarque sur la pollution de l'air, ce qui la fait sourire. Ah ça, ils devaient être bien tranquille sur Asgard !

« Pour vous avouer, je n'en ai aucune idée ! Je ne suis pas new-yorkaise d'origine : eux, je ne suppose que ça ne les dérange pas, mais moi, ça me prend toujours à la gorge... » Elle ferma les yeux deux secondes, essayant de recréer une image fidèle de ses souvenirs : puis, elle indiqua d'un mouvement de tête une direction. « Si vous cherchez de l'air frais, on peut aller faire un tour à Central Park... L'endroit est gigantesque, magnifique, et coupé de toute circulation. En plus, à cette heure-ci et à cette période de l'année, il ne devrait pas y avoir grand monde. » Le parc n'était pas loin : elle se félicita de cette idée. L'un des plus remarquables endroits de la ville. « En fait, je viens de Louisiane. C'est tout dans le sud du pays, qui touche le Golfe du Mexique. C'est une ancienne colonie française... c'est magnifique. Un coin de rêve, vraiment... C'est pollué aussi, mais là où je vivais enfant, ça ne l'était pas. On n'avait que l'odeur des pins et de la terre sauvage. Près du bayou c'était bizarre, mais l'air était vif et bon. Unique. » Son sourire s'était élargi au fur et à mesure de ses paroles. « Enfin, rien de comparable à l'air d'Asgard je suppose. » Un silence, puis une question, timide, alors qu'ils s'enfonçaient dans la nuit. « Ça... ça ne vous manque pas trop ? »

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Mer 8 Juil - 15:00



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Immobile pendant que Darcy terminait d’ajuster ses affaires, Loki observait les lumières de la ville. Les voitures, les immeubles, les enseignes, les lampadaires… Toutes ses sources lumineuses et souvent criardes ressemblaient plus à une agression visuelle qu’à autre chose à certains moments. Mais avec le temps, il avait apprit à s’y habituer et même si le manque d’harmonie était plus que flagrant, il avait fini par déceler malgré tout une certaine beauté dans ce mélange de lumières colorées partant en tous sens.

A priori, il n’était pas le seul à être incommodé par la pollution et les odeurs peu agréables qui régnaient dans l’air. Il avait fini par se demander si les Migardiens n’avaient pas développé une sorte de filtre naturel dans leurs poumons pour parer à tout cela mais à la réponse de Darcy, ce n’était peut-être pas le cas finalement. Mais alors pourquoi s’obstiner à polluer ainsi l’air si eux-mêmes peinaient à y respirer ? A quoi cela pouvait-il bien leur servir à part à se bousiller la vie ? Il ne leur venait donc pas naturellement à l’idée d’y remédier au plus vite ? Peu importe ce qu’en pensaient Thor ou Odin, Loki était de plus en plus persuadé que Midgard se porterait bien mieux avec quelqu’un pour régner sur ce monde et reprendre un peu les choses en mains. On lui avait retiré le trône d’Asgard, à lui de prouver de quoi il était capable en élevant au sommet Midgard.

Central Park, Loki en avait entendu parler mais n’avait pas encore eu l’occasion de s’y rendre alors pourquoi pas après tout ? S’ils pouvaient trouver un peu de calme, il n’était pas contre. Cette ville était tellement bruyante que même enfermé dans l’appartement qu’il avait… réquisitionné – disons-le ainsi – il avait de la peine à se concentrer pour lire.

Je vous suis, répondit-il en lui faisant signe de lui montrer le chemin pour s’y rendre.

Tout en marchant, Darcy se remit à parler. C’était à croire qu’elle ne s’arrêtait jamais mais cela ne dérangeait pas Loki qui trouvait même son bavardage plutôt agréable en fin de compte, que ce soit pour tenter de le remettre à sa place ou pour lui parler de sa vie dans des endroits qu’il ne connaissait absolument pas. La Louisiane, le Bayou, le Golfe du Mexique… Il n’avait aucune idée d’où tout cela pouvait bien se trouver. Il fallait dire que non seulement sa dernière visite remontait à un bon millénaire mais que, en prime, les autres et lui s’étaient surtout concentré sur cette partie du monde appelé désormais la Scandinavie. Une région d’ailleurs magnifique qu’il comptait bien revoir. Et où il aurait peut-être eu meilleur temps de se rendre dès le départ. Faisant partie de la mythologie de cette région, cela aurait peut-être été un peu plus facile de s’y imposer.

Mais pour en revenir aux propos de Darcy, l’odeur des pins et des terres sauvages, ça oui, ça lui parlait en revanche. C’était presque difficile à croire qu’il restait encore de tels endroits quand on voyait New York.

Bien que notre technologie soit plus avancée, nous ne connaissons pas la pollution, confirma-t-il tranquillement.

La question que lui posa alors la jeune femme eu le mérite de le prendre par surprise et pourtant, il en fallait beaucoup pour y arriver. Mais là, il devait avouer qu’il ne s’était pas attendu à ce qu’elle se soucie de savoir s’il avait le mal du pays. Tout en ralentissant le pas sans vraiment s’en rendre compte, Loki réfléchit à sa réponse.

Asgard est une cité magnifique, dit-il sans vraiment répondre clairement oui ou non. La plus belle des neufs royaumes, je dois bien le reconnaître. Il n’y a pas grand-chose de comparable aux reflets du soleil brillant sur le palais royal.

Tout en parlant, Loki avait reprit un rythme de marche normale. Est-ce que Asgard lui manquait ? Lui-même n’était pas sûr de la réponse. Il y avait eu sa vie, ses amis et ce qu’il avait cru être sa famille. Mais il y avait également été trahit par les siens, y avait connu l’oppression de grandir auprès d’un frère qui avait toutes les préférences. Alors oui, il aurait voulu y rester, y poursuivre son règne. Parfois même, il se demandait comment les choses auraient tourné s’il n’avait pas eu l’idée de cette petite blague ayant si mal tourné et l’ayant conduit au déclin et au rejet lors du couronnement de son frère.

Conscient qu’il n’avait pas vraiment répondu à Darcy, Loki resta silencieux quelques secondes avant d’ajouter sur le ton de la simple conversation comme s'il parlait de la météo, le regard perdu quelque part en direction du trottoir qu’ils suivaient.

Ma mère me manque…

Cela pouvait sembler pathétique et immature, surtout venant d’un Dieu, mais c’était la vérité. Malgré sa haine envers Odin et la colère qu’il ressentait face au mensonge même de son existence, elle n’arrivait pas à en vouloir à Frigga et continuait de l’aimer comme sa mère.

Après cette révélation qui, pour une fois, était des plus sincères, Loki tourna son regard vers Darcy avec un petit sourire.

J’imagine que certaines attaches sont plus difficiles à oublier que d’autres.

copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Dim 26 Juil - 20:05

This City Never Sleeps At Night
.







La brise automnale la fit frissonner ; elle serra son manteau contre elle tandis que leurs pas s'accordèrent. Avait-elle jamais douté qu'il la suivrait ? Le halo des lampadaires projetait leurs ombres sur le trottoir ; celle d'une gamine du fond de la Louisiane, et celle d'un dieu torturé. Que pouvaient-ils bien partager en leur for intérieur ? Invisibles aux yeux des passants, elle avait l'impression que la nuit se déroulait devant eux, infinie, prête à les envelopper, à les accueillir. Darcy n'avait pas peur. Elle qui se souvenait de tant de nuits terribles goûtait la quiétude particulière de celle-ci. L'immensité de la ville en soi semblait un réceptacle à tous ses battements de coeur : il n'y avait qu'une harmonie tranquille, ce soir. Elle soupçonnait l'aura de Loki d'être à l'origine de ce sentiment. De lui n'émanaient ni colère ni peur, ni gêne ni malice. Quelques heures avant, si la jeune femme avait pu savoir ce qui l'attendait, jamais au grand jamais ne se serait-elle aventurée dehors. Jamais n'aurait-elle osé aller au-devant du danger, retrouver Loki dieu d'Asgard. La réalité de la situation avait modifié la perception qu'elle avait de lui, et il semblait gagner des points à chaque nouvelle phrase. Le vrai Loki portait-il le masque du monstre, ou celui de la bienveillance, gardant sa nature cachée ?

La jeune femme sourit en entendant ses quelques mots. Asgard, la plus belle des neufs royaumes. Réduisant New-York ou Paris à de minuscules cailloux, sûrement. Ses rêves n'étaient pas assez grands pour qu'elle puisse l'imaginer et la construire dans son esprit ; les livres sur la mythologie nordique n'évoquaient pas la question. « ... est-ce que... quelqu'un est déjà venu sur Asgard ? Quelqu'un qui... n'était pas une divinité, je suppose ? » demanda-t-elle, du bout des lèvres. Quelqu'un comme un humain, par exemple, se garda-t-elle de préciser. Quelqu'un qui aurait pu être témoin de cette cité hors du temps et de l'espace, millénaire et toujours digne. De cette magnificence qu'on ne trouve pas sur Terre, sublimée par la magie et un soleil d'un autre monde.

« Ma mère me manque... »

La phrase tomba, légère comme une plume, aussi douce qu'un murmure, avec la grâce qui le caractérisait, sans qu'elle ne paraisse ni déplacée ni tragique. Et le coeur de Darcy se figea ; et si elle avançait toujours, guidée par un chemin invisible dont elle-seule connaissait l'issue vers le parc, son esprit fut violemment projeté des années en arrière ; bousculé par la pensée de cette mère que Loki venait d'évoquer.
Avant de réfléchir à ses paroles vis-à-vis de lui, elle fut contrainte de se confronter à ce qu'elles évoquaient en elle. À cette femme blonde et aux yeux bleus, à l'air sévère, dont le souvenir était pourtant lointain, et les traits, flous. À celle qu'elle avait rarement eu l'occasion d'appeler "maman", tant elle paraissait lointaine. À cette jeune et belle femme coincée dans une ville qui ne l'intéressait pas, prise au piège dans une vie de famille dont elle ne voulait pas, avec un mari qu'elle n'aimait pas et une enfant qu'elle n'était pas prête à assumer. Passionnée par un métier qui ne pouvait pas s'épanouir dans cette région si sauvage et dans lequel elle investissait tout. Un mauvais choix de vie, à un instant quelque part, aux conséquences lourdes, qui l'empêchait de dormir le soir et qui tournait en rond dans sa tête. Et un matin, quand Darcy s'était levée, elle n'avait trouvé que son père assis à la table de la cuisine, et une longue lettre à son nom. Pleine de pardons et d'excuses pas crédibles pour les dizaines d'années à venir, la promesse d'être "toujours là" et ces mots que l'on veut réconfortants mais qui sonnent faux quand ils n'existent pas. Un au revoir bâclé et un "je t'aime" mal gribouillé à une jeune enfant qui s'en retourna se coucher, les larmes bloquées dans la gorge et une atroce envie de se déchirer. Et seuls les baumes du temps parvinrent à effacer ces cicatrices à vif et les pleurs et les fuites en avant ; et seules les épreuves et les méandres de la vie qu'on ne peut jamais prévoir ni tout à fait comprendre purent tourner les pages et la conduire vers une vie dont elle n'avait jamais rêvé et un futur plein de mystères.

Ainsi, Loki avait une mère, lui aussi. Évidemment. Une mère qui, à en juger par ces quelques mots, l'avait aimé, protégé. L'avait élevé, sûrement conseillé. Avaient-ils ri ensemble, partagé des confidences et des sourires entendu ? Existait-elle cette complicité qu'il existe naturellement entre les mères et leurs enfants - à condition qu'elles aient une once d'amour à leur porter ? Et comment était-elle ? Blonde, brune ? Aux yeux clairs ou sombres et profonds comme la nuit ? Darcy ne se souvenait plus de ce qu'elle avait lu et peu lui importait ; la réponse aux choses vraies ne se trouvaient pas dans les livres. Lorsqu'il était malade, l'avait-elle veillé ? Lorsqu'il était triste, réconforté ? Élevé dans l'or et la lumière d'un palais royal, sans jamais avoir à se soucier de ce qu'il deviendrait ? Et pourtant, fauché en plein vol, à un moment où à un autre. Comment avait-elle réagi lorsqu'elle avait su ce qu'il avait fait ? Ce qu'il était en train de faire ? Que lui avait-elle dit, regretté de ne pas avoir fait ? Avait-elle... aimé Thor plus que lui ? Ou, incapable de donner à un fils ce qu'elle prenait à l'autre, avait vécu comme une déchirure leur querelle ? Que penserait-elle de lui, à présent ? Souhaitait-il, parfois, se réfugier dans ses bras ; la seule à l'avoir jamais compris ?

« J’imagine que certaines attaches sont plus difficiles à oublier que d’autres. »

Elle se sentit triste pour lui. Eut-il été n'importe qui d'autre, elle l'aurait pris dans ses bras ; se protégeant de la tristesse amère des souvenirs et de la mélancolie cachée. Une étreinte silencieuse, comme elle l'avait souvent fait, avec Jane, Selvig, des amis, des inconnus parfois, son père. Mais elle avait peur de casser cet instant qu'elle sentait fragile comme du cristal en interrompant leur marche, alors, parce-qu'elle était fondamentalement incapable de ne rien montrer, elle pressa doucement mais avec confiance la main de Loki avant de la lâcher. Pour lui signifier qu'il n'était pas seul. Et qu'elle connaissait la douleur des êtres qui nous manquent. Elle se fichait de ce qu'il pouvait en penser, ou de comment il pouvait réagir.  Ça comptait pour elle. Parce-que personne n’avait été là pour lui tenir la main, ne serait-ce qu’un quart de seconde, quand elle en avait eu le plus besoin – depuis c’avait été le cas de nombreuses fois, mais la sécheresse et la pitié dans les yeux des autres a l’effet d’une gifle, à dix ans. Et Loki s’ouvrait à elle. L’avait-il jamais fait ? Vis-à-vis de quelqu’un d’autre – vis-à-vis d’une simple, insignifiante, mortelle ? Elle lui en était reconnaissante.

« Certaines attaches ne s'en vont jamais. » Même balayées par un ouragan, pensa-t-elle. Ce n'étaient pas ses parents dont elle avait eu le plus de mal à se défaire, mais la vie, le paradis qu'elle s'était construit et dont on l'avait arrachée de force pour ne lui redonner que des ruines à reconstruire. « Comment est-elle ? » Darcy ne pouvait pas se sentir détachée en posant la question. Pauvre petite, trop émotive, sans doute. Après tout, demander à Loki de lui décrire la personne qui lui manquait le plus semblait une bonne parade.

Au loin, la silhouette de Central Park se dessina parmi les ombres.
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Dim 2 Aoû - 19:02



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Loki avançait tranquillement en suivant Darcy dans les rues animées et bruyantes de New York. Prendre l’air, même pollué, lui faisait du bien et durant un instant, il en oubliait même presque sa rancœur et ses envies de vengeances alors qu’il discutait paisiblement avec la jeune femme. Le rapport de force semblait avoir cessé, d’une manière ou d’une autre, il avait l’air d’avoir réussi à avoir au moins partiellement sa confiance, chose qui n’avait de loin pas été gagnée d’avance. Et si lors de leur première rencontre on lui avait dit qu’il trouverait en Darcy Lewis une alliée, il n’y aurait tout simplement pas cru. Peut-être que l’âme de la jeune femme était plus sombre qu’elle ne voulait bien laisser le croire finalement. Ou peut-être que sa curiosité et son besoin de s’affirmer avaient été plus forts.

A la question de Darcy, Loki ralentit légèrement le pas en se tournant vers elle, sourcils froncés.

Bien sûr. Le passage se fait plus ou moins librement entre la plupart des mondes d’Yggdrasil. Avec ceux avec qui nous sommes en paix tout du moins. En général ceux des autres mondes appellent Heimdall pour qu’il leur ouvre un passage… Et voilà.

Scène à laquelle Darcy avait pu assister lors du départ de Thor si la mémoire de Loki était bonne.

A l’époque du règne d’Odin sur votre monde, certains de vos chefs sont venus, ajouta-t-il ensuite tranquillement. Sinon, comment auriez-vous pu avoir des témoignages parlant d’Ásgard ou du Bifröst ?

Après, il était vrai que maintenant qu’il y réfléchissait, plus aucun Midgardiens n’étaient revenu sur Ásgard depuis cette époque lointaine. Loki n’était même pas vraiment sûr des raisons qui avaient fait qu’ils avaient finalement peu à peu rompu les liens entre les deux mondes. Une des nombreuses lubies d’Odin très probablement. Mais à l’époque, Loki était encore un jeune homme et avait eu d’autres choses en têtes que de se soucier du sort de Midgard.

Jamais Loki n’aurait pensé confier à quelqu’un que Frigga lui manquait, et encore moins à une humaine qu’il connaissait à peine et qui devait probablement quand même toujours le détester malgré tout. Mais étonnement, de l’avouer ainsi à voix haute au lieu de continuer à le garder pour lui lui fit du bien, quand un point que l’on ôterait de sa poitrine.

Bien sûr, il savait maintenant que Frigga n’était pas réellement sa mère. Sa mère avait été une géante des glaces, morte bien avant qu’il ne soit en âge de pouvoir se souvenir d’elle. Et malgré le fait qu’il ait finalement connu Laufey, Loki n’avait même jamais songé à questionner son père sur sa mère biologique. Pour lui, cette géante des glaces était une notion abstraite et irréelle. C’était Frigga qui l’avait bercé, qui lui avait chanté des berceuses, qui l’avait consolé, soutenu et – surtout – aimé, pas Fárbauti.

Qui donc ? Ma mère ?, demanda-t-il pour le moins surprit que Darcy le questionne sur le sujet avant d’hausser les épaules et de poser son regard sur les arbres qui apparaissaient au loin. C’est une Reine avec tout ce que cela signifie. Elle est cultivée, majestueuse et forte. C’est elle qui m’a fait don de sa magie en la partageant avec moi lorsque Thor a eu Mjöllnir.

Un magnifique cadeau, Loki ne pouvait pas le nier. Frigga, contrairement à Odin, avait toujours traité ses deux fils de la même façon et donner la magie à Loki avait été un moyen de compenser le fait que son frère avait hérité du fameux marteau. Une manière de rétablir l’équilibre entre eux. Un geste que Loki n’oublierait jamais et encore moins maintenant qu’il savait qu’il avait été adopté et que donc rien n’avait forcé Frigga a partager sa magie avec ce fils qu’Odin lui avait imposé.

Et vous, êtes-vous toujours en contact avec votre famille ? On ne sait jamais des fois qu'il y ait quelqu'un à prévenir s'ils vous arrivez quelque chose...

copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Sam 15 Aoû - 20:04

This City Never Sleeps At Night
.






Elle ralentit le pas inconsciemment, en arrivant à l'orée du parc. Un sourire de contentement se peignit sur son visage, et, Loki à ses côtés, s'enfonça dans l'ombre touffue des arbres de Central Park. Nul doute qu'ils pouvaient s'y perdre, et que l'endroit n'était pas forcément bien fréquenté a une heure aussi tardive. C'était d'ailleurs la première fois que Darcy s'y aventurait de nuit. Et même, elle n'y aurait jamais pénétré ainsi vêtue. Mais la présence de son nouvel... allié ? la rassurait. Elle doutait fortement courir le moindre danger, accompagnée du dieu Loki en personne. Cette pensée élargit son sourire. Ses talons crissaient à peine contre les graviers, et les bruits de la circulation new-yorkaise – donc agitée – s’effacèrent comme par magie dès qu’ils s’aventurèrent un peu dans l’allée, mais la lumière persistait. Différents de ceux des néons des rues, les halos blancs, petites boules scintillantes accrochées aux lampadaires, balisaient leur chemin et se perdaient au loin. Peut-être leur faudrait-il à un moment dévier de l’avenue principale, trop impersonnelle, trop exposée.  

La jeune femme tourna alors la tête vers Loki, qui entreprenait de lui expliquer le passage vers Asgard - événement auquel elle avait en effet assisté. Ça semblait d'une simplicité enfantine, et elle hésita à poser sa question. Après tout, Loki devait déjà la prendre pour une "migardienne" cinglée et ignorante au vu des questions dont elle l'avait bombardé... Elle n'en n'était pas à une près, si ?

« Donc... Si je voulais, il me suffirait de crier "Heimdall, ouvre le passage" - elle essaya d'imiter la grosse voix de Thor, ce qui finit par la faire rire, autant plus qu'elle écorcha sans doute le nom du Gardien - et pouf, je me retrouve sur Asgard ? Enfin, pas là maintenant, vu que le Bifröst est détruit, mais sinon... Je pourrais ? » Elle tentait d'avoir l'air le plus innocent possible mais il était clair qu'à la moindre confirmation de Loki elle garderait cette information bien au chaud dans son esprit. Comptait-elle réellement mettre ce projet fou à exécution ? Se rendre sur Asgard ? Non. Pas seule, en tous cas. Mais Jane et elle pourraient y faire une petite visite clandestine, non ?
Enfin, il y avait une foule d'interrogations à laquelle elle ne pouvait pas répondre – secondaires, mais qui affluèrent dans son esprit sitôt sa question posée. L'air était-il respirable pour les humains ? Est-ce qu'il fallait un genre de passeport galactique ? Et est-ce que la gravité était plus ou moins grande que sur Terre ? Est-ce qu’il y avait des offrandes à faire aux dieux ? Est-ce qu’il y avait du réseau là-bas ?

Darcy haussa les épaules quand à la question, probablement rhétorique, que lui adressait Loki. « Beaucoup pensent que ce ne sont que des inventions. Des mythes... Sans fondements. Le résultat d'esprits imaginatifs, créatifs... Qui datent en plus de plusieurs dizaines millénaires ! Alors bonjour la précision des descriptions. Moi-même quand j'ai effectué mes premières recherches sérieuses, je n'ai pas trouvé grand chose. Elle marqua un temps. Et puis, personne ne se doute que c'est réel, vous savez ? Que vous êtes réel ? Elle lui décocha un grand sourire un peu moqueur. Et j'ignorais jusqu'à la moindre trace de votre existence jusqu'à ce que Thor tombe du ciel. Littéralement. Tout s’est enchaîné si vite ensuite, on n’avait pas le choix d’y adhérer… Mais on ne pouvait pas y croire au début, c'était tellement... dingue ! Vous auriez dû voir la tête de Jane à l'hôpital quand elle a annoncé à l'accueil qu'elle venait s'enquérir d'un certain Thor. C'était hilarant. »

Et encore une fois, elle rit à ce souvenir, insouciante, comme si encore une fois, la situation était normale. A l'évidence, la jeune femme semblait plus détenue et on sentait qu'elle baissait sa garde, progressivement mais sûrement. Pour le moment, elle reléguait leur "arrangement" dans un coin de sa tête, sûre de ne pas avoir assez de recul pour en démêler les vrais enjeux. Elle y réfléchirait le lendemain à tête reposée, pesant calmement les avantages et inconvénients, les risques et les gains. Tenterait de faire pour le mieux sans mettre en danger quiconque... En attendant, elle tentait de profiter au maximum du visage avenant et du comportement irréprochable qu'affichait Loki à son égard. Mais Darcy étant Darcy, la méfiance n'était, derrière la naïveté et les sourires, jamais bien loin. Cependant, la confession de l'Asgardien l'avait touchée. Ce qui suivit l'impressionna plutôt. Encore une fois, elle n'avait pas fait le lien pourtant si évident entre Loki, prince, et sa mère, reine. Elle se mordit la lèvre, pensive. De ses paroles émanaient fierté et orgueil. Il devait probablement la tenir en très, très haute estime. Jamais elle n'avait entendu pareille déclaration... Comment même imaginer une Reine alors qu'elle n'en avait jamais vu ? Que sa propre mère n'avait rien d'admirable ni de noble ? Il n'y avait pas seulement un monde qui les séparait, ni un univers : un milieu, aussi. Il était un vrai Prince habitué aux palais et dont le destin était de régner sur son peuple : elle n'était qu'une américaine issue de la classe moyenne qui ne savait pas toujours bien quoi faire de ses dix doigts. Loki avait été éduqué dans le but de devenir roi, ou au moins quelqu’un d’essentiel sur leur planète. Avec toutes les responsabilités que ça engageait, l’étiquette, les manières, les stratégies politiques, le comportement. Indéniablement, Thor aussi avait subi cela. Avec un mélange d'étonnement et de tristesse, elle songea à Jane et son amant cosmique. Sur ces derniers points, le dieu-roi et la fille normale, Jane et Darcy, Loki et Thor, se ressemblaient en tous points. Pourtant, dans sa tête, Darcy imaginait que Jane pouvait sans difficulté endosser le rôle d'une princesse. Son amie possédait assez de grâce et d’intelligence pour se fondre dans une famille princière… au moins humaine. Mais d’une autre race ?

« C’est elle qui m’a fait don de sa magie en la partageant avec moi lorsque Thor a eu Mjöllnir. » Si elle ne s'arrêta pas de marcher, elle ne put masquer son étonnement. Ni son émerveillement passager, qui transforma l'expression de son visage pendant quelques secondes, alors que son cerveau enregistrait le sens des paroles. Don. Magie. Myeuh-myeuh ? Intéressant, tout ça. Alors ainsi, la magie s'apprenait. Ensuite, c'avait représenté un cadeau pour Loki considéré, probablement comme équivalent à celui que recevait son frère... Deux cadeaux pour deux hommes. L'un, favorisant l'intellect et la finesse, l'esprit ; l'autre, la force physique, les combats, le corps. Darcy eu en tête Loki portant Mjöllnir... non, ça n'allait pas. La magie et ses secrets lui convenaient bien mieux. Elle hésita à poser une nouvelle question mais cette fois, se ravisa. Elle pressentait qu'elle aurait plus tard l'occasion de lui soumette une nouvelle salve d'interrogations. Mais en attendant, la jeune femme devait répondre à la sienne.

Elle esquissa un rictus, et répondit d’un ton faussement innocent. « Quoi, des fois que vous me ligotiez une nuit entière dans mon propre laboratoire ? Ah ha ! Elle était parvenue à le caser. Ou, ajouta-t-elle, espiègle, que vous me preniez en otage car je n’aurai pas honoré notre accord ? » Elle redevint sérieuse, et plus gênée qu'elle ne aurait souhaité malgré tout. Elle hésita sur la conduite à tenir, hésita à éluder la question. Après tout, elle ne s'en était jamais ouvert et seule Jane pouvait se targuer de connaître en détails la vie de Darcy. Puis, elle songea à ce que Loki venait de partager avec elle. Beaucoup de non-dits, elle s'en doutait - elle avait glané quelques informations avec la venue de Thor, mais après tout, il s'était dévoilé à elle alors que rien, strictement rien, ne l'y obligeait. Ils ne partageaient rien, ne se connaissaient même pas et il devait la mépriser malgré ses airs sympathiques. Pourtant, il lui avait sûrement confié bien plus qu’à d’autres, en une toute petite phrase. Elle sentait que par honnêteté, et aussi parce-qu'après tout, ça importait peu, elle lui devait la vérité.

« Pour être sincère, non. La seule personne à prévenir en cas urgence serait Jane. Je... J'ai perdu contact avec ma famille depuis longtemps. Ma mère est partie quand j'étais enfant, et mon père... je suppose qu'il n'a jamais été là de toute façon. » Elle retint un soupir, au lieu de ça, baissa les yeux. Elizabeth et Abraham Lewis, un couple on ne peut plus mal assorti. Elle avait éprouvé beaucoup de tendresse pour son père, mais sa mélancolie chronique qui le poussait à s'accrocher vainement au vide que sa mère avait laissé avait fini par la lasser. Il n'était jamais présent pour s'occuper d'elle, lui faire faire ses devoirs, préparer le repas, inviter des amis, l'éduquer tout simplement, lui apprendre comment tourne le monde. Non. Elle avait poussé toute seule, comme une plante au tuteur fragile, réussissant en dépit de mauvaises dispositions de bases, à évoluer de manière positive. Pour ça, il y avait eu ses amis - et les parents de ses amis, qui avaient souvent été les siens aussi. Quand elle y pensait (c’est à dire, jamais), la seule vraie fois où Abraham était comporté en père, usant de son autorité de droit, ce fut avec l’ouragan. Darcy refusait de partir, accrochée comme une démente à ce qu’elle répugnait à abandonner. Il l'avait forcé, malgré ses cris, ses suppliques, et l'avait emmené loin de chez eux. Où elle s'était empressée de revenir sitôt la catastrophe finie alors qu'il était resté en Caroline du Sud. Elle n'avait que seize ans.

« Je n'ai jamais vraiment eu de famille. A part mes grands-parents, qui m'ont vraiment aimée mais qui vivaient trop loin de nous. Et puis, après l'Université, j'ai rencontré Jane... Elle est comme ma sœur. Je lui confierai ma vie, je crois. Le reste... Elle haussa à nouveau les épaules. Je ne pense pas compter à ce point pour d'autres personnes qu'elle. » Puis, elle sourit. « Et elle viendrait sûrement vous botter les fesses si elle apprenait qu'il m'est arrivé quelque chose... surtout en votre compagnie », insinua-t-elle, malicieuse.

Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Lun 31 Aoû - 14:27



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Au moment où Darcy tenta d’imiter Thor en interpellant Heimdall, Loki, sourcils légèrement froncés, jeta tout de même un coup d’œil au ciel au cas où. Après tout, on ne savait jamais ! Il avait quitté Asgard depuis des mois, le Bifrost pouvait très bien avoir déjà été réparé depuis. Mais à priori le pont ne s’ouvrit pas pour la jeune femme et mine de rien, Loki en fut quelque peu soulagé.

Si vous pouviez évitez de trop attirer l’attention d’Heimdall quand je me trouve à vos côtés, cela m’arrangerai, lui dit-il en guise d’avertissement.

Ce fichu gardien avait déjà ses yeux partout alors si en plus on l’interpelait pour attirer son attention… Loki n’était pas très désireux de voir toute la garde de son père rappliquer sur terre pour le ramener, chaines aux poignets, sur Asgard pour son jugement. Encore moins s’ils débarquaient avec Thor aux commandes.

Et pour vous répondre, non. Ce n’est pas aussi simple que ça. Midgard n’est plus un allié d’Asgard depuis longtemps… Et Heimdall a ses têtes.

Quand Darcy lui répondit en parlant notamment du manque d’exactitude dans les descriptions, Loki ne put s’empêcher de rire en repensant à ce qu’il avait lui-même découvert à son sujet depuis son arrivée sur Midgard.

J’avoue que les représentations que j’ai pu voir de moi sont plutôt loin d’être flatteuse, c’est presque insultant. Je ne pensais pas qu’une petite blague ou deux suffiraient pour que les Hommes se souviennent de moi comme d’un hideux personnage.

Enfin une petite blague ou deux, tout était relatif. Loki n’avait pas gagné ses galons de Dieu de la Discorde juste avec une simple « t’as une tâche, pistache ». Mais l’Asgardien aimait mettre ça sur le fait qu’à l’époque, il n’était encore qu’un très jeune homme, tout juste sorti de l’adolescence que depuis un siècle ou deux. Et de toutes manières, niveaux bêtises, il n’égalait pas les records de son cher frère à la même époque. Et après on se demandait pourquoi Odin avait jugé préférable de couper les liens avec les pauvres Midgardiens qui n’avaient rien demandé à personne avant de se prendre les deux frères turbulent dessus.

Loki avait interrogé Darcy sur sa famille en réalité que par pure curiosité à son égard. Il émanait d’elle un quelque chose de rare qui lui donnait envie d’en savoir plus sur elle, ce qu’il préférait qu’elle ignore accessoirement, d’où la manière dont il avait tourné sa question. Et visiblement, les pères étaient un sujet sensible plutôt récurrent aussi bien sur Asgard que sur Midgard. Ou alors était-ce juste Darcy et lui qui étaient nés sous une mauvaise étoile.

Parfois il est préférable de compter sur ses amis plutôt que sur sa famille, c’est un fait.

Sauf que soyons réaliste des amis, Loki n’en n’avait plus. Pas après ce qu’il avait fait à Thor. Quant à sa famille, Frigga ne pouvait pas grand-chose pour lui. Il était seul, vraiment. Mais il avait décidé de ne pas se laisser abattre pour autant. Il était bien décidé à prouver à ses anciens compagnons dequoi est-ce qu’il était capable.

Je crois que je vais éviter de me mettre encore plus Jane à dos dans ce cas, répondit-il avec un sourire et bien que sa réponse en resta là, cela ne l’empêcha pas de songer de que toutes manières, la scientifique ne serait plus la seule à vouloir veiller sur la sécurité de la jolie brune. Mais pourquoi devrait-il vous arriver quelque chose en ma compagnie ? Me craignez-vous ?, demanda-t-il sans se départir d’un petit sourire à la fois amusé mais qui en même temps n’était pas du genre totalement rassurant.

copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Mar 1 Sep - 12:42

This City Never Sleeps At Night
.






Darcy ne s'attendait pas à être (vaguement) réprimandée par Loki pour sa (brillante) imitation de Thor appelant Heimdall. Elle ? Attirer l'attention? Ah nooon, c'était mal la connaître. Elle faillit bouder, se ravisa. Elle comprenait sa remarque en fait, et si, conformément à ce qu'elle avait lu, Heimdall voyait tout... dans l'intérêt de Loki, il valait mieux faire profil bas. N'empêche..

« Eh bien regardez, nous voilà en train d'arranger ça... Diplomatiquement, on est en train de passer un accord entre nos deux mondes, non ? » avança-t-elle en réponse à Loki. Et puis si Thor avait bel et bien jeté son dévolu sur Jane, les relations entre "Midgard" et Asgard deviendraient sans doute plus fréquentes. Si jamais il revenait.

« J’avoue que les représentations que j’ai pu voir de moi sont plutôt loin d’être flatteuse, c’est presque insultant. Je ne pensais pas qu’une petite blague ou deux suffiraient pour que les Hommes se souviennent de moi comme d’un hideux personnage.
— "Loin d'être flatteuses" ? Et "petite blague" ? Vous alors... Les représentations vous dépeignent carrément comme un être fourbe et sans scrupules, vil, sans coeur, bref, le genre de personne avec laquelle on n'a pas vraiment envie de dîner dans un restau chic ou de faire une balade nocturne en plein milieu d'un bois. Dissimulant son sourire, Darcy jeta un coup d'oeil à Loki, et haussa les sourcils, l'air de rien. ...bien que ça puisse ne pas être l'exacte, absolue et vraie vérité, vous avez du faire de sacrées conneries pour mériter ces surnoms. Néanmoins, elle fut incapable de cacher le sourire dans sa voix.Mais je dois reconnaître que "Dieu de la ruse et du mensonge", ça en jette. »

Quel serait son titre à elle, si elle devait en avoir un ? Darcy, reine de... euh... Bon, il faudrait qu'elle y réfléchisse. Darcy Lewis, ça faisait moins classe que par exemple reine de la ruse et du mensonge, sauf que Darcy n'était ni particulièrement rusée, ni une très bonne menteuse (elle était même une pitoyable menteuse, Jane la grillait à des kilomètres). En revanche, elle était perspicace, instinctive, souvent sarcastique, et portée sur le vin rouge. Reine du sarcasme et du vin rouge ? Hmm... ça faisait vraiment alcoolique de bas étage. Quand elle n'aurait rien à faire elle prendrait son temps pour se trouver un épithète qui claque.  

Elle fut surprise par la conclusion de Loki. « Oui, enfin bon, compter sur ses amis c'est un fait mais encore faut-il avoir des amis sur lesquels on peut vraiment compter. Elle savait de quoi elle parlait : de nombreuses fois elle avait été déçue en amitié car ses soi-disants amis se révélaient toujours plus fourbes qu'elle ne l'aurait cru. Après c'est toujours plus complexe que ça hein, les histoires de confiance, tout ça, mais c'est très difficile d'entretenir une vraie relation d'amitié - ou une bonne relation familiale. Enfin, j'ai l'habitude de me débrouiller seule alors je ne me pose pas trop la question. »

Ils marchaient depuis de bonnes minutes déjà, et, absorbée dans la conversation, Darcy faillit rater l'embranchement. S'arrêtant brusquement, elle attrapa le bras de Loki et le conduisit quelques pas en arrière, lui montrant un petit chemin qui serpentait dans le bois. Elle le regarda en lui adressant un sourire radieux : « Venez, on va par là ! J'ai une surprise à vous montrer ! » Pour son plus grand bonheur, le parc était presque désert : non seulement c'était la première fois qu'elle traversait Central Park de nuit - et c'était magnifique - mais elle soupçonnait que la vue du lac serait encore plus belle. Il fallait que Loki voie ça !

Elle reprit ensuite leur discussion le plus naturellement du monde, évitant de justesse une racine sournoise qui avait failli la faire trébucher. « Mais pourquoi devrait-il vous arriver quelque chose en ma compagnie ? Me craignez-vous ? » Bien malgré elle, Darcy éclata de rire quelques secondes, avant de poser son regard sur le sourire de Loki - et d'en frissonner. Mieux valait ne pas trop en rajouter. La jeune femme reprit un air plus ou moins sérieux - évidemment, elle ne pouvait pas traiter ce genre de question avec une réponse sensée. « Moi ? Vous plaisantez ? Je n'ai pas peur de vous ! Ce n'était pas exactement vrai, elle le savait, il le savait, et elle savait qu'il le savait, mais elle décidait de jouer le jeu. Après tout, il n'allait pas brutalement l'assassiner alors qu'elle le conduisait à travers les arbres pour atteindre un lac illuminé. Mais je me méfie, ajouta-t-elle, joueuse. Mes parents m'ont appris à me méfier des sombres et mystérieux inconnus. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

avatar
Messages : 294

Compétence du personnage
Compétences:

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Mer 16 Sep - 21:19



This city never sleeps at night
Personne, voyant le mal, ne le choisit, mais attiré par l'appât d'un bien par un mal plus grand que celui-ci, l'on est pris au piège.

Dire qu'ils étaient entrain d'avoir un accord diplomatique entre leurs deux mondes étaient peut-être s'avancer un peu quand même. Loki avait perdu le trône et il ignorait s'il arriverait à le reconquérir malheureusement. Ce n'était pas pour rien qu'il mettait désormais ses efforts sur Midgard. Autant commencer par un monde plus... fragile. Plus facile à conquérir.

Avec un sourire amusé, Loki écouta Darcy faire son éloge. Enfin, si on pouvait dire ça comme ça. A vrai dire, les termes utilisés étaient vraiment dur à entendre. D'autant que Loki estimait ne pas les mériter. Ou peut-être que si finalement. Mais il n'avait jamais rien fait d'autre que ce que l'on attendait de lui au final. Il n'avait jamais envisagé la destitution de Thor et c'était retrouvé sur le trône un peu malgré lui. Ensuite de quoi, il avait simplement défendu sa place légitime face à son frère qui refusait purement et simplement de reconnaître sa supériorité. N'importe quel monarque de n'importe quel monde aurait agit comme lui pour défendre sa place légitime face à une tentative d'usurpation. Mais ça, il était évident qu'il était le seul à le penser. Pour tout le monde, c'était Thor la victime de l'histoire, le héro sauveur. Tout le monde oubliait que non, Loki n'avait bel et bien pas voler la place de son frère, que c'était l'inverse qui se serait produit sans le réveil d'Ondin.

Alors oui, même s'il était le premier à reconnaître qu'il était passé maître dans l'art de la fourberie, Loki supportait mal d'entendre parler de lui comme d'un être vil, sans scrupules et surtout sans coeur. Car un coeur il en avait un. Un qui souffrait plus que personne ne pouvait l'imaginer depuis qu'il avait été trahit par les siens. Un coeur qui réclamait vengeance pour l'affront que l'on lui avait fait sur Asgard.

J'étais encore jeune..., répondit-il comme si cela expliquait tout. Et j'adorais faire des farces. Ligoter des jeunes filles sur des chaises, ce genre de choses...

Et autant les Midgardiens que les Asgardiens en avaient fait les frais.

Mais ravis que mon... titre vous plaise, ajouta-t-il avec une sorte de petite courbette, amusé.

Pour ce qui était d'avoir à se débrouiller seul, Loki ne savait que trop bien ce que c'était. Ses « amis » avaient toujours préféré Thor à lui. Pour preuve, ils n'avaient pas attendu un jour avant de le trahir lorsqu'il avait été couronné Roi. Avec des amis comme ça, qui avaient besoin d'ennemis ? Et qui aurait cru que ce serait-là un point qu'il aurait en commun avec la sauvage Darcy Lewis ?

Restant silencieux, il la suivit tranquillement jusqu'à ce qu'elle le tir soudainement en arrière pour changer de direction. Les surprises, Loki avait apprit à s'en méfier avec le temps mais soit, il ne voyait pas trop quel risque il encourait. Enfin sauf si la charmante demoiselle le conduisait tout droit à une embuscade du SHIELD.

Il se mit à rire quand elle affirma haut et fort ne pas avoir peur de lui. Étrangement, il en doutait quelque peu. Et pour être franc, lui-même arrivait à se faire peur depuis qu'il était guidé par son envie de vengeance alors il n'y avait rien d'étonnant à ce qu'il fasse peur à d'autres.

Aux propos de Darcy, et tout en continuant de marcher, il se pencha sur elle pour lui répondre à voix basse, sur un ton caressant.

Vous devriez vraiment commencer à écouter vos parents.
copyright crackle bones

_________________

God of Mischief
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   Lun 23 Nov - 11:33

This City Never Sleeps At Night
.







« J'étais encore jeune... Darcy tourna la tête vers Loki, se retenant d'exploser de rire. Ah, bah s'il était encore jeune... ça expliquait tout non? Une aussi bonne excuse que s'il lui avait dit "c'est pour le travail"! Et j'adorais faire des farces. Ligoter des jeunes filles sur des chaises, ce genre de choses... » Elle prit un air faussement outré. « Quoi? Vous voulez dire que je n'étais pas la première à faire les frais de votre tour de magie avec la chaise? Je suis teeeeellement déçue, je pensais que vous m'aviez réservé quelque chose de... spécial. » Tout en priant pour qu'elle n'ait jamais à recevoir un traitement spécial de la part de Loki - après tout, même s'il s'était comporté en parfait gentleman toute la soirée, il restait un psychopathe (un peu).

L'air était frais, mais il n'y avait toujours âme qui vive sur ce sentier de Central Park, hormis leur deux ombres qui avançaient entre les arbres. Le lac ne devait plus être très loin maintenant. Elle ralentissait un peu le pas, histoire de se repérer, quand elle perçut un changement de ton dans la voix du dieu, changement de ton qui la fit frissonner. Damn.  

« Vous devriez vraiment commencer à écouter vos parents. » Eh bien décidément, il était très fort à ce jeu. Puisqu'ils commençaient à approcher du lac - Darcy reconnaissait le sentier, notamment grâce à une souche d'arbre qui était si grosse qu'elle s'asseyait dessus parfois en été, pour lire ou pour se reposer - elle s'arrêta, posa les mains sur les hanches, endossant son petit regard de défi.

« Dans ce cas dommage pour moi... je ne les ai jamais écoutés, ce n'est pas aujourd'hui que ça va commencer. Et puis, quand on y réfléchit bien, vous n'êtes même pas si sombre et si mystérieux. » La dernière phrase, moqueuse, s'accompagna d'un haussement de sourcil et d'un sourire en coin. Alors, est-ce qu'il se vexerait ? Fière de sa petite boutade, Darcy fit volte-face et fit signe à Loki d'avancer : parcourant encore quelques mètres, sortant du sentier, ils arrivèrent enfin sur les bords du lac, s'étendant sur des kilomètres. Des dizaines de petites lumières comme autant de petites lucioles se reflétaient dans l'eau, scintillant d'un halo blanc.

Elle attendit que Loki se place à ses côtés. « Alors ? Bon, je suis sûre que ça ne vaut pas les merveilles d'Asgard mais... bienvenue à New-York. » Et cette vue provoquait toujours chez elle une merveilleuse sensation d'apaisement.

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé

MessageSujet: Re: This city never sleeps at night | Loki   

Revenir en haut Aller en bas
 

This city never sleeps at night | Loki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» This city never sleeps at night | Loki
» city night line...la composition?
» Apprentit Barman au New York city bar =)
» Metropolis City
» THOR VS LOKI DIORAMA

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Marvel Infinity :: Archives :: Archives RP-